Publicité

Trombone Shorty revient avec l'album "Lifted"

Par
Trombone Shorty
Trombone Shorty
- Justen Williams

Écho du bouillonnement créatif de La Nouvelle Orléans, l'album capture l'énergie des live du tromboniste dans un tourbillon groove de sonorités jazz, rock, funk, R&B et pop.

Assister à un concert de Trombone Shorty est l'assurance d'une cure d'énergie extatique venue de La Nouvelle Orléans et trouvant son groove métisse dans le jazz, le gospel, le funk des brass band et des marching band de NOLA, les riffs rock psychédéliques ou le R&B. Cinq ans après Parking Lot Symphony, Troy Andrews est retourné dans son studio Buckjump pour capturer cette énergie sur une collection de titres aussi raffinés que frénétiques, réunis sur l'album Lifted sorti sur le label Blue Note.

« Je crois qu’on n’a jamais réussi à aussi bien capturer l’essence d’un concert sur un enregistrement. Généralement, quand je suis en studio, j’essaie de faire la chose la plus propre possible mais cette fois j’ai dit à tout le monde de se laisser aller, et de jouer comme si on était sur la scène d’un festival » déclare l'artiste entouré ici du producteur Chris Seefried (Fitz and the Tantrums, Andra Day) et de quelques invités comme le New Breed Brass Band, Gary Clark Jr., Lauren Daigle ou la section rythmique du marching band de son lycée.  Si certains s'étonneront des couleurs pop de certains titres, qu'ils se rassurent le jeu des virtuoses est toujours musclé et le groove omniprésent. L'album est en écoute ci-dessous :

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Musicien prodige du fameux quartier de Tremé, il a été affublé de son pseudonyme Trombone Shorty du fait de son jeune âge, quatre ans, quand il fait sa première apparition au Jazz Fest aux côtés de Bo Diddley et quand a six ans, il dirigeait sa propre fanfare. Devenu star, il a tourné avec Lenny Kravitz, Jeff Beck ou les Red Hot Chili Peppers, collaboré avec Pharrell, Bruno Mars, Mark Ronson, les Foo Fighters, Ringo Starr et les membres du mythique groupe funk de la Cité du croissant The Meters avec lesquels il a enregistré son album Say That To Say This.

Comme dans ses textes militants et rassembleurs, l'artiste s'est investi dans la vie de sa ville et de ses habitants en lançant la Trombone Shorty Foundation pour soutenir l’éducation musicale de la jeunesse, en organisant le mini festival Voodoo Threauxdown ou en manageant sa propre parade de Mardi Gras. Trombone Shorty vient d'être récompensé aux Grammy Awards pour sa contribution à l'album de Jon Batiste.

A propos de la pochette de l'album Lifted, l'artiste déclare dans un communiqué « Je dois tout ça à ma mère. Elle est morte récemment mais elle n’a cessé de m’inspirer jusqu’à ce qu’elle passe de l’autre côté, et c’est pourquoi j’ai mis une photo d’elle qui me porte pendant une parade sur la pochette de cet album. Elle m’a porté toute ma vie ».

Trombone Shorty est en concert:
le 28 mai à la Salle Pleyel, Paris
le 10 juillet au festival Jazz à Vienne
le 11 juillet au festival Jazz à Juan