Publicité

Vieux Farka Touré se connecte à ses racines songhaï sur "Gabou Ni Tie"

Par
Vieux Farka Touré - Photo Kiss Diouara
Vieux Farka Touré - Photo Kiss Diouara
- Kiss Diouara

Le guitariste virtuose puise son inspiration dans la force des traditions maliennes sur un sixième album moderne dont il dévoile un premier titre enregistré avec Amadou Bagayoko d'Amadou & Mariam.

Cinq ans après son dernier album Samba, Vieux Farka Touré a profité d'une période sans tournée pour se reconnecter avec la musique songhai du nord du Mali: « J'avais envie de faire un album plus traditionnel depuis très, très longtemps. C'est important pour moi et pour le peuple malien de rester connecté à nos racines et à notre histoire ». Un projet que le fils de feu Ali Farka Touré a réalisé pendant deux ans à Bamako dans son home studio et qui prend toute sa force alors que le Mali est à nouveau meurtri par l'obscurantisme et la violence de groupes jihadistes. En attendant la sortie de l'album Les Racines, le 10 juin via World Circuit, celui que l'on surnomme le "Hendrix du Sahara" présente le titre Gabou Ni Tie, un sommet de groove incantatoire gravé avec Amadou Bagayoko d'Amadou & Mariam à la guitare.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Depuis ses débuts en 2006, Vieux Farka Touré a réussi à marier la modernité avec la force des traditions, créant son propre son au fil de collaborations audacieuses avec des artistes comme Dave Matthews et le guitariste de jazz John Scofield, d'un album avec l'auteure-compositrice-interprète américaine Julia Easterlin et de deux disques avec l'artiste israélien Idan Raichel sous le nom de Touré-Raichel Collective.

Publicité

Tout au long des dix compositions originales de l'album Les Racines, le guitariste et chanteur aborde avec une certaine profondeur sa vision contemporaine d'un monde fragile: « Au Mali, beaucoup de gens sont analphabètes et la musique est le principal moyen de transmettre des informations et des connaissances » explique-t-il avant de rajouter « Mon père s'est battu pour la paix et en tant qu'artistes, nous avons l'obligation d'éduquer sur les problèmes auxquels notre pays est confronté, de rallier les gens et de les guider vers la raison ».

34 min