Publicité

Wey Nedo, l'éthio-transe addictive de Kutu

Par
Kutu
Kutu
- Aurore Fouchez

Le prodigieux violoniste français et les captivantes chanteuses éthiopiennes dévoilent un nouveau titre cosmique sorti des nuits survoltées d'Addis-Abeba.

Né dans la tête-girouette du troubadour Théo Ceccaldi, qui pointe vers toutes sortes de sources, ce projet inédit reflète une fois de plus son audace. Passionné par la collection Éthiopiques créée et dirigée par Francis Falceto, Théo Ceccaldi s'est plongé au cœur de la vie nocturne de la capitale de l'Éthiopie, siège de l’Union africaine. Ici le mariage des arts est roi. Dans les azmari bet, lieux dévolus aux musiques traditionnelles, à la danse et à la poésie, de table en table les chants s'improvisent à partir de mélodies traditionnelles. C'est ainsi qu'au Club Vardas, le violoniste tombe sur le groupe Jano et se focalise sur le charisme des deux chanteuses Haleluya Tekletsadik et Hewan Gebrewold. Il les invite à l’Alliance Française d’Addis où il tient atelier. Une séance d'improvisation avec elles a suffit à le convaincre. Kutu (qui signifie "on y va !" ou "Aller de l’avant") a pris corps. En avant-première on écoute Wey Nedo (Qu'est qu'il se passe ? / Qui suis-je en train de devenir ?) écrit par une des deux chanteuses, Hewan Gebrewold :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Théo Ceccaldi s'est inspiré des rythmes asymétriques et du système modal pentatonique de la musique éthiopienne pour inventer un éthio-rock-électro-jazz électrisant qui met en lumière les poèmes politiques et féministes et les mélodies enivrantes en amharique de Haleluya Tekletsadik et Hewan Gebrewold. Une révolution en Ethiopie, précise un communiqué, tant il est mal vu que des chanteuses fassent autre chose que d’interpréter les chansons écrites par des hommes, et composées par d’autres hommes. Pour Théo Ceccaldi, "c’est un message fort d’émancipation, et c’est la posture qui a plus de sens que le fond lui-même. C’est un premier pas vers un chemin plus singulier, à la marge de ce qui se fait traditionnellement depuis des décennies… ». Le titre Baamet Beal écrit par Hewan Gebrewold qui part d'une mélodie traditionnelle éthiopienne, célèbre les moments de retrouvailles en famille ou entre amis où l’on partage de la nourriture, de la musique et des rires :

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Portées par l'énergie punk-rock et la liberté folle de Théo Ceccaldi, de Kemi Fujimori au clavier, de Valentin Ceccaldi à la basse et de Cyril Atef à la batterie, les performeuses déchaînées n'ont plus qu'à s'envoler sur les grooves tribaux et les envolées débridées de la belle équipée :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Guramayle, un album que l’on pourra découvrir, on l'espère, à la rentrée.

En concert :

24.06 Jazz à La Défense - La Défense (92) 
25.06 L’Usine à Chapeaux - Rambouillet (78)
 02.07 Charlie Free - Vitrolles
(13) 03.07 Fête de la Goutte d’Or - Paris (75) 
06.07 Festival Convivencia - Ramonville Saint-Agne (31) 
14.07 Chauffer dans la Noirceur - Montmartin-sur-Mer (50) 
15.07 Banlieues Bleues Summer Camp - Clichy sous Bois (93) 
22.07 Vague de Jazz - Sables d’Olonne (85) 
23.07 Jazz à Millau - Millau (12) 
30.07 Jardin des Remparts - Vannes (56) 
07.08 Festival du Bout du Monde - Crozon (29)