Publicité

10 romans de la rentrée littéraire 2020 sélectionnés par France Culture et l'Obs

Rentrée littéraire 2020 : sélection
Rentrée littéraire 2020 : sélection
- Couvertures de livre (éditeurs). Photos (via Wikimedia Commons)

La littérature ne meurt jamais et se porterait même mieux avec la maladie des hommes ! Après l'annulation des nombreuses rencontres littéraires, France Culture et L’Obs s’associent pour vous proposer une sélection de dix textes et y voir plus clair dans les quelques 500 nouveaux opus de la rentrée.

Jeudi 27 août, à l'occasion de la rentrée littéraire de l'été 2020, Guillaume Erner et son équipe des Matins recevaient Sandrine Treiner, directrice de France Culture, Arnaud Laporte, producteur de l’émission Affaires culturelles sur France Culture, Mathias Enard, producteur du nouveau magazine littéraire La Salle des machines sur France Culture, Jérôme Garcin, rédacteur-en-chef culture à L’Obs, Elisabeth Philippe, journaliste littéraire à L’Obs, et Pascal Thuot, directeur général de la librairie Millepages à Vincennes.

43 min

La sélection de France Culture

  • Histoire du fils, de Marie-Hélène Lafon (Buchet-Chastel)

Entre 1908 et 2008, entre le Lot, le Cantal et Paris, Marie-Hélène Lafon déploie le portrait d’un fils face aux silences de sa famille et dessine la grâce des paysages pour mieux ajouter la tendresse aux saisons. Une écriture envoûtante, simple et grave comme le passage du temps.

Publicité
  • Sous le ciel des hommes, de Diane Meur (Sabine Wespieser)

A Landvil, capitale imaginaire du Grand Duché d’Éponne se joue la farce du monde – les outrances de l’argent, la cruauté des utopies. Une magnifique fable pleine d’ironie sur les hypocrisies de notre capitalisme décadent.

  • Chavirer, de Lola Lafon (Actes Sud)

Lola Lafon ausculte les rouages d’une pseudo-fondation qui n’est qu’un miroir aux alouettes pour très jeunes filles de milieu modeste, livrées en pâture à des hommes puissants. Sans jamais tomber dans le pathos, la romancière panse et pense la déferlante #MeToo.

  • Autoportrait en chevreuil, de Victor Pouchet (Finitude)

Avril, la compagne d’Elias, dit que pour le débarrasser des drames de l’enfance, il faudrait les rassembler dans une caravane et y mettre le feu. Comment se libérer de la folie mais conserver la tendresse ? Un roman plein d’humour et de larmes.

  • Nickel Boys, de Colson Whitehead (Albin Michel, prix Pulitzer 2020)

Noir dans un monde de Blancs, le jeune Elwood rêve d’égalité, mais, victime d’une erreur judiciaire, va vivre le cauchemar d’une maison de correction. Inspiré d’une histoire vraie des années 60, ce roman est aussi celui de George Floyd et de l’Amérique d’aujourd’hui.

26 min

La sélection de L'Obs

  • Yoga, d'Emmanuel Carrère (P.O.L)

Emmanuel Carrère poursuit sa quête littéraire et spirituelle dans ce récit où il est question de méditation et de dépression, de sagesse et de folie - celle de l’auteur, hospitalisé à Sainte- Anne. S’entremêlent aussi les attentats, la tragédie des migrants et la poésie. Un grand livre sur la condition humaine.

Emmanuel Carrère dans une série de "La Compagnie des Œuvres" : Le réel d’Emmanuel Carrère
58 min
  • La Tannerie, de Celia Levi (Tristram)

La Tannerie, c’est le centre culturel de banlieue où Jeanne, jeune Bretonne montée à Paris, est embauchée en CDD. Là, elle va découvrir l’amour fou à sens unique, la fièvre de Nuit Debout, et les dures lois de la solitude contemporaine. Une « Education sentimentale » au féminin.

  • Comédies françaises, d'Éric Reinhardt (Gallimard)

Un journaliste de l’AFP tente de comprendre pourquoi Giscard a laissé partir aux Etats-Unis les découvertes de l’ingénieur français Louis Pouzin, à l’origine d’Internet. Ce portrait de la France capitaliste des années 70 se double d’un autoportrait d’Eric Reinhardt. Passionnant.

  • Les Lionnes, de Lucy Ellmann (Le Seuil)

Une seule phrase de plus de mille pages : Lucy Ellmann relève le défi. La narratrice est une mère de famille qui évoque aussi bien l’éducation de ses enfants que la politique américaine. Un monument littéraire et une prouesse romanesque.

  • Histoires de la nuit, de Laurent Mauvignier (Minuit)

Dans un hameau du centre de la France où vivent un couple, leur fille, et une artiste-peintre débarquent trois hommes armés. Ce roman noir et haletant de 630 pages plonge dans l’horreur une famille ordinaire, rattrapée par les secrets du passé. D’une force exceptionnelle.