Publicité

15. La série Défis fantastiques

Par
A la fin des années 1990, la collection Fighting Fantasy compte 59 tomes.
A la fin des années 1990, la collection Fighting Fantasy compte 59 tomes.

Après le succès du "Sorcier de la Montagne de feu", la collection "Fighting Fantasy", ou "Défis fantastiques" en français, est lancée.

Zagor, Balthus, Volgera, Yazstromo, Zambar… Peut-être ces noms vous évoquent-ils de lointains souvenirs. Si c’est le cas, c’est probablement parce que vous avez parcouru, il y a maintenant quelques années, les ouvrages de la série Fighting Fantasy, ou Défis fantastiques en français.

En août 1982, le succès du Sorcier de la montagne de feu est tel qu’il est inconcevable pour l’éditeur, Puffin Books, de ne pas créer une suite. “Le Sorcier de la montagne de feu a bien marché, mais on ignorait à quel point, se remémorait Ian Livingstone en 2014, lors d’une conférence donnée lors du premier Fighting Fantasy Fest, le festival consacré aux Livres dont vous êtes le héros. Toujours est-il que le boss de Puffin Books nous invite à déjeuner, et il nous demande deux autres livres. Qu’on doit livrer en un mois ! La seule façon de s’en sortir, c’est que moi j’en fasse un, et Steve [Jackson] un autre. C’est ainsi qu’on a cessé de travailler ensemble…”

Publicité

Il faut dire que les ventes du Sorcier de la montagne de feu ont dépassé de très loin les espérances de la maison d'édition. “Nous ne savions pas vraiment si le succès était au rendez-vous, se rappelle l’éditrice de Puffin Books, Philippa Dickinson. 1982, c’était une époque où on devait compter les ventes à la main. A chaque vente, on remplissait une petite fiche. On pensait que 5 000 ventes, ce serait déjà une belle aventure. ” Et Ian Livingstone de surenchérir : “ On en a vendu 17 millions !”

Après le "Sorcier de la montagne de feu" paraissent "La Citadelle du Chaos", "La Forêt de la malédiction" et "Le Marais aux scorpions".
Après le "Sorcier de la montagne de feu" paraissent "La Citadelle du Chaos", "La Forêt de la malédiction" et "Le Marais aux scorpions".
- Puffin Books

De tels chiffres motivent à agir vite. Rapidement, la collection Fighting Fantasy émerge et les titres s’enchaînent : La Citadelle du chaos de Steve Jackson, puis La Forêt de la malédiction de Ian Livingstone. Le premier livre à ne pas être signé des deux créateurs de la série est Le Marais aux scorpions , écrit par… Steve Jackson, un homonyme américain. “A l’apogée, on imprimait 80 000 exemplaires pour une première édition, se souvient Philippa Dickinson. A l’époque, pour la littérature jeunesse, vendre 3 000 exemplaires, c’était déjà un énorme succès !”

Les Livres dont vous êtes le héros n’échappent d'ailleurs pas à la panique morale qui, au milieu des années 1980, associe jeux de rôle et cultes sataniques. “Un homme qui avait lu Le Sorcier de la montagne de feu avait vu le diable, relate l’éditrice Geraldine Cook. Un autre avait eu des stigmates en lisant le livre, mais ceux-ci avaient mystérieusement disparu après qu’il l’a lâché. Un autre prétend avoir vu le livre léviter. Un prêtre est même venu s’enchaîner aux portes de Puffin Books en disant qu’il ne partirait que lorsque le livre serait retiré de la vente…”

De fait, la collection Fighting Fantasy bénéficie déjà d’un bouche-à-oreille très efficace, que corroborent les chiffres de vente. Avec une production aussi importante, les premiers Livres dont vous êtes le héros s’éloignent assez rapidement de la fantasy : dès le quatrième volume, La Galaxie tragique flirte avec la science-fiction, Le Manoir de l’enfer propose une aventure plus horrifique et Rendez-vous avec la M.O.R.T permet au joueur de rencontrer des super-héros…

Entre "Le Mercenaire de l'espace" et "Le Combattant de l'autoroute", les livres-jeux Défis fantastiques font des incursions dans la SF ou le post-apo.
Entre "Le Mercenaire de l'espace" et "Le Combattant de l'autoroute", les livres-jeux Défis fantastiques font des incursions dans la SF ou le post-apo.

Il en faut pour tous les goûts, au risque de créer un univers sans queue ni tête. Mais le rythme de parution effréné a pour fâcheuse conséquence de rendre l’univers dans lequel se déroule les différentes aventures difficile à appréhender. Il faut attendre quelques années et l’adaptation de Fighting Fantasy en jeux de rôle (la boucle est bouclée !) pour que l’univers, appelé Titan, fasse enfin un peu sens. ”C’est devenu un univers consistant au bout de quelques années, vous fait remarquer Florent Haro, directeur des éditions Scriptarium et spécialiste du monde de Titan. Mais je ne suis pas certain que les lecteurs de la série, pour la plupart, aient réellement conscience de la cohérence de l’univers”.

La grande force de la collection Fighting Fantasy, en effet, reste d’avoir fait de chaque ouvrage un “one-shot”. En prenant n’importe quel livre au hasard, le joueur peut vivre une aventure épique, sans se demander s’il a raté un événement important dans un ouvrage précédent. C’est d’ailleurs certainement en partie dans cette facilité pratique que réside le succès de cette collection, qui reste encore à ce jour la plus vendue au monde. Ces résultats exceptionnels n'empêcheront pourtant pas l'éditeur, Puffin Books, d'arrêter brusquement la série, alors qu'elle atteint les 59 tomes, en 1995...

  • Impossible de ne pas mentionner, au sein de la collection Fighting Fantasy, la série Sorcellerie ! Plus mature, plus complexe, tous les auteurs de LDVELH la citent avec admiration. Si vous souhaitez en apprendre plus à son sujet, rendez-vous en 16.
  • Si vous vous demandez pourquoi les Livres dont vous êtes le héros, malgré leur succès, ont soudainement cessé d’être vendus, alors rendez-vous en 4.
  • En France, ce sont les éditions Gallimard qui ont, les premières, repéré et édité les LDVELH. Si vous souhaitez en apprendre plus à ce sujet, filez en 17.
  • Mais peut-être aimeriez-vous reprendre depuis le début pour emprunter un autre chemin ? Auquel cas, retournez en 1.

Contrairement à Défis fantastiques, deux autres célèbres collections proposent de suivre les aventures d’un même personnage :