Publicité

2 dollars les 10 heures aux champs : la photographe, le sociologue, et la Grande dépression

Par
Migratory Cotton Picker, Eloy, Arizona 1940
Migratory Cotton Picker, Eloy, Arizona 1940
- Dorothea Lange

Dorothea Lange a forgé notre regard sur la crise sans équivalent aux Etats-Unis dans les années 30. Robert et Helen Lynd, sociologues, parachèveront notre représentation de la Grande dépression.

Les photographies prises par Dorothea Lange aux Etats-Unis pendant la Grande dépression sont restées iconiques. Tellement emblématiques que près d’un siècle après cet épisode de profonde récession, ce sont d’abord ses images à elle qui matérialisent pour notre œil collectif et dans notre imaginaire ce désastre économique survenu dans la foulée de la crise de 1929. Plusieurs dizaines de ces clichés, dont la mythique série communément appelée “Migrant mother” de 1936, comptent parmi les photos exposées à partir de ce jeudi 18 octobre au Jeu de Paume, dans le cadre d’ une rétrospective consacrée jusqu’à janvier 2019 à la photographe américaine morte en 1965.

Une des cinq vues de la série dite "Migrant mother".
Une des cinq vues de la série dite "Migrant mother".
- Dorothea Lange, exposition au Jeu de Paume

Dorothea Lange n’était pas Gisèle Freund, et la photographe, qui est issue d’une famille modeste et viendra à la photo après avoir renoncé à être institutrice, ne deviendra pas sociologue. Pourtant, elle documentait certaines de ses vues de façon méthodiquement ethnographique - 2 dollars pour 10 heures de travail au champ, apprend-on ainsi de la légende du magnifique portrait d’un cueilleur de coton, en noir et blanc comme tout son travail.

Publicité

Les nouveaux pauvres et la faim

C’est en suivant le nouvel homme de sa vie, Paul Schuster Taylor, que Dorothea Lange commencera à photographier ces femmes, ces hommes et ces enfants, tous victimes de la Grande dépression. Lui est économiste, spécialiste de l’agriculture et salarié de l’administration américaine, alors en plein New Deal. L’un des programmes du New Deal, la FSA (“Administration de sécurité des fermiers”), mis en place par Roosevelt en réaction à la Grande dépression, restera particulièrement célèbre, notamment parce que l’institution embauchera des photographes incroyables, comme Walker Evans ou, justement, Dorothea Lange, pour documenter le sol qui s’ouvre, béant, aux pieds de l’Amérique.

5 min
Damaged Child, Shacktown, Elm Grove, Oklahoma
Damaged Child, Shacktown, Elm Grove, Oklahoma
- Dorothea Lange

Ensemble, Lange et Taylor feront en tout cinq grandes campagnes pour la FSA, durant lesquelles Dorothea Lange photographiera l’exode et la misère de milliers de nouveaux pauvres américains. Elle ne leur demandera pas toujours leur prénom ou leur âge mais ils lui raconteront souvent qu’ils ont dû, pour se réchauffer, faire flamber des graines au lieu de les planter, ou encore vendre les pneus de leur voiture pour manger, se condamnant à stagner dans un paysage désolé où la terre est gelée, la nourriture rare et le travail, insuffisant. Sur les photographies de Lange, les gens ont faim.

Ralentissant toujours plus au volant, la photographe parcourra des centaines de campements de fortune où des pauvres qui crèvent de froid, de faim ou d'angoisse, accepteront de se faire photographier. Parfois parce qu’ils imaginent que faire savoir ne pourra pas leur nuire. Sur l'un des clichés, on découvre le visage de Tom Collins, qui dirigeait un camp de "migrants" (le mot qu'on utilisait alors pour décrire ces exilés de la misère), en Californie. Collins est connu des lecteurs de Steinbeck : le directeur de ce camp de la vallée de San Joaquin, près de Bakersfield, est le personnage du septième roman de John Steinbeck, Les Raisins de la colère, paru en 1939. En 1935, le romancier avait arpenté ce coin de Californie et chroniqué la misère pour le compte du San Francisco News, avant d'en faire un roman, resté classique. 

59 min

De son labour du terrain, le couple Lange-Taylor tirera de son côté An American exodus ("Un Exode américain”), paru en 1939. Dans l'introduction, le couple défend un objet hybride : "Ce n'est ni un livre de photographies, ni un livre illustré au sens traditionnel du terme. Sa forme particulière s'explique par l'emploi de techniques de composition et d'agencement qui facilitent une lecture claire et vivante. Nous utilisons l'appareil photographique comme un outil de recherche. Clichés, légendes et textes sont le trépied sur lequel nous avons établi une réflexion qui s'est forgée au cours de longues observations sur le terrain.

Vue de "An American exodus", paru en 1939.
Vue de "An American exodus", paru en 1939.
- Dorothea Lange et Paul Taylor

A parcourir l’exposition du Jeu de Paume, largement tramée autour des archives de la photographe, on comprend qu’ils auraient probablement eu de quoi publier un travail proprement sociologique, inestimable sur cette crise économique majeure qui jettera 300 000 Américains sur les routes de l'exode. L'un des cartels indique par exemple, sous la photo Free speech ("Liberté d'expression"), 1930 : "Au verso, on lit l'inscription suivante : La culture commerciale du coton a débuté en Californie en 1909. En 1939, la Californie produisait 3,3% du coton réalité aux Etats-Unis. Bakersfield, Californie - automne 1937. Le coton est la culture qui répand le mal avec elle - l'exploitation la plus brutale, la plus grossière, maltraitant tous ceux qui y prennent part."

Premier best-seller sociologique

Faute d'avoir plus de leurs travaux, c’est une autre enquête qui fait aujourd’hui figure de classique d’une sociologie de la Grande dépression : l’enquête Middletown, menée au même moment par Robert et Helen Lynd. Il n’existe pas d’images iconiques comme celles de Lange de leur travail à Middletown, mais cette enquête est restée comme le premier best-seller de sociologie tant sa notoriété sera singulière lorsque les Lynd publieront Middletown : a Study in Contemporary American Culture, en 1929.

Comme Lange et Taylor, Robert et Helen Lynd nous ont légué un regard sans équivalent sur l’Amérique des années 30 ; comme Lange et Taylor, ils étaient aussi un couple rivé à raconter le monde social. Mais les Lynd, eux, étaient sociologues, gravitant sans l’incarner complètement autour de l’école de Chicago. Avant d’enseigner la discipline à l’université de Columbia, Robert Lynd choisira avec son épouse cette ville moyenne dans l’Etat de l’Indiana, 35 000 habitants en 1924 lorsque les sociologues mettent le doigt dessus. 

50 min

C’est le Middle West des Etats-Unis, et en 1924, la modernisation accélère le pas : la place de la religion va decrescendo, la voiture se démocratise, et une femme sur deux travaille dans la classe ouvrière. Le tissu économique est irrigué par une industrie en particulier : la fabrique de verre qui concentre alors le gros des emplois à la sortie de la Première guerre mondiale. 

Dans Middletown : a Study in Contemporary American Culture, paru en 1929, les Lynd regardent la classe moyenne comme un anthropologue appréhende une tribu. En réalité, “Middletown” ne s’appelait pas “Middletown”, mais "Murcie". Mais dès ces premiers travaux, les Lynd anonymiseront la ville avec ce néologisme génial de “Middletown” comme on dit “Français moyens” ou “Monsieur-tout-le-monde”. Ce premier travail ethnographique est antérieur à la Grande dépression. Mais en 1935, Robert Lynd décidera de retourner à Murcie pour revisiter son terrain, afin justement d’y observer les effets de la Grande dépression.

Quand Lynd revisite Lynd : de "Middletown I" à "Middletown II"

Après avoir publié le premier best-seller sociologique, il contribue ainsi à inventer la pratique de la revisite. Et même si Middletown II a pu être moins bien reçu, les Lynd restent une référence importante en matière de revisite, près d’un siècle plus tard, comme le notait le sociologue Gilles Laferté en 2006 dans la revue Genèses :

À l’exception de quelques cas, la pratique de la revisite reste largement inédite dans l’anthropologie de langue française. Pour l’ethnographie sociologique constituée dans les sociétés occidentales, la démarche se limite à quelques travaux autour de l’école de Chicago (Lynd 1937 ; Burawoy 1979 ; Boelen 1992). Seules les anthropologies américaine et britannique ont délibérément conduit des revisites sur des terrains exotiques occasionnant plusieurs controverses scientifiques aujourd’hui célèbres.

Exode rural, détresse et grand vide

Moins de trois ans après ce second terrain à Murcie, Lynd publiera, en 1937, Middletown in Transition : a Study in Cultural Conflicts, qui propose une vision sans équivalent de cet épisode de la Grande dépression et de ses conséquences. A Murcie, entre 1935 et 1937, l’exode rural est palpable, la détresse d’une partie de la population, sensible. Comme Lange avec ses photos de la campagne désolée, Lynd documentera tout cela sociologiquement avec une batterie d’entretiens qui brassent très large : travail, famille, religion, rapport au gouvernement, connaissance de l’actualité, fêtes… 

Dorothea Lange sur son terrain photographique, en mission pour la FSA avec Paul Taylor
Dorothea Lange sur son terrain photographique, en mission pour la FSA avec Paul Taylor

En 1981, le sociologue américain Ted Kaplow, de passage à Paris, sera interviewé par le journal Le Monde. Quatre ans plus tôt, Kaplow avait découvert à son tour Murcie et revisité le terrain de Robert Lynd, qui fut son tout premier professeur de sociologie. Au Monde, Kaplow expliquera avoir repris la grille d’enquête de Lynd et parfois, sur certaines thématiques, répliqué rigoureusement les mêmes questions, quarante-trois ans après son aîné. De ce "Middletown III", il dira ceci :

Les deux études successives de "Middletown" ont exercé une influence énorme sur la sociologie américaine et la sociologie mondiale, où elles ont introduit des idées capitales. Par exemple, contre l'idéologie régnante d'une égalité quasi absolue entre les habitants des petites collectivités urbaines, elles ont imposé l'idée qu'il y avait une stratification sociale indéniable. D'autre part, elles ont montré que les différents éléments qui composent une culture moderne changent continûment, mais chacun à son propre rythme, sans coordination avec le rythme des autres. 

L'essai de 1935 n'a pas été renouvelé, et on ne s'est plus intéressé à la répétition méthodique des études de collectivités urbaines entières, indispensables pourtant si l'on veut saisir les changements sociaux de manière détaillée et précise. Aussi ai-je entrepris en 1977, avec mes collaborateurs Bahr et Chadwick et une vingtaine d'autres sociologues, de réaliser une troisième réplique de l'étude originale - Middletown III. Nous ne cherchions pas à prouver une thèse quelconque, mais simplement à découvrir ce qui s'était produit de nouveau à "Middletown" depuis cinquante ans.

1h 19