Publicité

4 femmes spoliées de leur découverte scientifique... et d'un Nobel

Par
Lise Meitner, Rosalind Franklin, Mileva Einstein et Jocelyn Bell
Lise Meitner, Rosalind Franklin, Mileva Einstein et Jocelyn Bell
© Radio France

Vidéo . Au début des années 1980, l’historienne des sciences Margaret Rossiter théorise "l'effet Matilda" : elle remarque que les femmes scientifiques profitent moins des retombées de leurs recherches, souvent au profit des hommes.

Quel est le point commun entre Lise Meitner, Mileva Einstein, Rosalind Franklin et Jocelyn Bell ? Voici le portrait de quatre femmes spoliées de leurs découvertes.

Lise Meitner, physicienne, 1878 - 1968

Elle sort de l’université de Vienne avec la plus haute mention, mais ne peut pas poursuivre sa carrière en tant que femme. En 1907, elle part à Berlin où certaines femmes sont autorisées à mener des travaux de recherche. En parallèle de ses travaux en physique nucléaire, elle collabore avec Otto Hahn, puis avec Fritz Strassman dans le “projet uranium”. En 1938, ensemble, ils parviennent à fragmenter de l'uranium en deux noyaux plus légers : c'est le principe de la fission nucléaire. En 1944, Otto Hahn et Fritz Strassman obtiennent le prix Nobel de chimie. Mais pas Lise Meitner. Leurs travaux conduiront à la création de la bombe atomique, ce contre quoi Lise Meitner s’est toujours battue.

Publicité

Mileva Einstein, physicienne, 1875 - 1948

1896, Mileva Marić est la seule femme élève à l'Institut polytechnique de Zurich où elle rencontre Albert Einstein. En 1900, à la sortie de l’école, leurs moyennes sont quasiment les mêmes : 4,7 pour Mileva Marić, 4,6 pour Albert Einstein. Ils commencent à travailler ensemble et se marient en 1903. Albert Einstein publie plusieurs articles en son seul nom, mais dans leurs lettres privées, ils parlent de leur travail commun.

Comme je serai heureux et fier quand nous aurons tous les deux ensemble mené notre travail sur le mouvement relatif à une conclusion victorieuse ! Albert Einstein le 27 mars 1901

Aujourd’hui encore, la reconnaissance de son travail est soumise à débat.

Rosalind Franklin, chimiste, 1920 - 1958

1951, Rosalind Franklin prend un poste au King’s College, à Londres, et se consacre à la structure de l’ADN. C’est elle qui détermine la structure de l’ADN en hélices grâce au cliché 51. Ses travaux lui permettent de réfuter les modèles d’ADN établis auparavant par le Dr. Maurice Wilkins. Leur relation se détériore ; à son insu, Wilkins montre les travaux de Rosalind Franklin à d’autres chimistes. En 1962, Maurice Wilkins, James Watson et Francis Crick obtiennent le prix Nobel de médecine pour leurs travaux sur l’ADN, qui n’aurait pas été possible sans Rosalind Franklin. Elle décède quelques années plus tôt, à cause de sa surexposition aux radiations.

Jocelyn Bell, astrophysicienne, née en 1943

Au milieu des années 1960, Jocelyn Bell participe à la construction d’un radiotélescope qui étudie les quasars, ces source céleste d'ondes hertziennes analogue à une étoile. En étudiant les données, elle remarque quelque chose d’anormal.

Jocelyn Bell, opérant un radiotélescope, détecte des signaux bizarres dans une région du ciel. Au lieu de la friture habituelle, elle reçoit une séquence très régulière de “bip bip bip”. 30 bips par seconde. Cela ressemble à du morse ultra rapide. S’agirait-il d’un message codé en provenance d’une source céleste ? Une manifestation depuis si longtemps attendue d’extraterrestres ?" Hubert Reeves, 18 juin 2006

Contre l’avis de son patron Anthony Hewish, Jocelyn Bell continue ses recherches et découvre les pulsars (source de rayonnement électromagnétique, se manifestant par des émissions brèves à intervalles réguliers). En 1968, est publiée la découverte sous le nom d’Anthony Hewish. Il obtiendra le prix Nobel de physique six ans plus tard, sans que Jocelyn Bell ne soit associée au prix.