Publicité

40 ans de réformes de l'assurance-chômage : la réduction des droits touche d'abord les plus précaires

Par
Le nombre de chômeurs indemnisés baisse depuis 2010
Le nombre de chômeurs indemnisés baisse depuis 2010
© AFP - Pascal Guyot

Entretien. Jamais le nombre de chômeurs indemnisés n’a été aussi bas qu’à la fin des années 2010. Trois chercheurs ont étudié quarante ans de réformes de l’assurance-chômage, entre 1979 et 2019, et leurs effets sur l’indemnisation, en particulier des plus précaires. Analyse du sociologue Mathieu Grégoire.

Depuis quarante ans, le chômage s’est beaucoup transformé : il a augmenté mais s’est aussi modifié, avec la montée en puissance de l’emploi atypique et la multiplication des contrats courts. Qu’en est-il de la couverture du chômage ?

Trois chercheurs, le sociologue Mathieu Grégoire, enseignant-chercheur à l’Université Paris Nanterre, la sociologue Claire Vives, sociologue au Cnam,  et l’économiste Jérome Deyris, doctorant à Paris-Nanterre, ont étudié ces quarante années d’évolution des droits à l’indemnisation-chômage, de 1979 à 2019.

Publicité

Jamais le nombre de chômeurs indemnisés n’aura été aussi bas qu’à la fin des années 2010. Une baisse d’accès aux droits qui concerne avant tout les personnes en emploi discontinu. Cette recherche a été réalisée pour l'Institut de recherches économiques et sociales, l’Ires, et soutenue par la CGT, dans le cadre de sa convention d’études avec l’Institut.

Entretien avec le sociologue Mathieu Grégoire, qui a coordonné ce travail.

Qu’avez-vous observé sur cette période de 40 ans de réformes de l’assurance-chômage ?

L'objet de cette étude était de s'intéresser aux droits des chômeurs à l'assurance-chômage et à l'indemnisation sur une longue période, afin de comprendre comment ont évolué ces droits, en particulier pour les salariés à l'emploi discontinu — comme les intérimaires, les intermittents, les travailleurs de l'hôtellerie ou de la restauration, les personnes en contrats courts. En somme, tous ceux qui alternent de l'emploi et du chômage, que ce soit à des rythmes très saccadés ou plus lents.

Ces profils nous intéressaient plus particulièrement car ils ont été mis en avant lors des réformes de 2009 et 2014. Et ce sont leurs droits qui ont été remis en cause en 2017, puis très profondément avec la réforme de 2019.
Grâce à un simulateur de droits nous avons pu comparer pour différents cas-types les effets de chaque réforme. 

Quels sont les principaux enseignements ? 

Le temps long montre des évolutions assez profondes dont les négociateurs n'ont pas forcément conscience quand ils travaillent, réforme après réforme, à modifier les droits. Or c’est intéressant, en particulier pour la dernière réforme, car cela contredit l'affirmation récurrente selon laquelle les règles de 2019 consisteraient simplement à revenir sur des droits plus généreux, accordés après la crise de 2008. Et qu’il ne s’agirait en somme que d’un retour à la normale.

Or ce qu'on montre, c'est qu'en 40 ans, pour les salariés en emploi discontinu, jamais l'indemnisation n'a été aussi basse que celle qui est prévue dans le décret de 2019.  

Les conditions sont toujours plus restrictives ? 

On constate une inversion complète de la hiérarchie de l'indemnisation au cours de la période. En 1979, l'assurance-chômage fonctionne vraiment comme une assurance : les personnes les plus exposées au chômage sont les plus indemnisées. Mais à la fin des années 2000, pour les plus précaires, c'est une autre logique qui l'emporte : les chômeurs sont d'autant plus indemnisés qu'ils sont en emploi. Selon une logique cette fois de compte-épargne ; à chaque fois qu'ils travaillent, ils gagnent des droits supplémentaires.
Concrètement, cela se traduit par une course-poursuite durant laquelle ils travaillent, acquièrent des droits, deviennent éligibles à l'assurance chômage, puis épuisent leurs droits, en gagnent de nouveaux et ainsi de suite. Ils remplissent leurs comptes et le consomment successivement.

Autrement dit, l'indemnisation du chômage s'est beaucoup transformée pour inciter les salariés les plus précaires à l'emploi, davantage que pour leur assurer un revenu de remplacement pendant les périodes de chômage.
Avec l’idée qu’il vaut mieux un mauvais emploi que pas du tout. Et les dispositifs comme l’activité réduite sont d’ailleurs une manière d’inciter à accepter des emplois dans des conditions dégradées.

Pour ce type de travailleurs, c’est une évolution continue dans le temps ? 

L’un des résultats qui nous a surpris, c'est la stabilité totale et absolue sur quarante ans des droits des “salariés stables” — c’est-à-dire le cas d’une personne en emploi pendant une longue période, qui se retrouverait au chômage pendant 15 mois et puis retrouverait un emploi. Cette situation là donne lieu à des variations infimes. Et ça, je ne pense pas que les négociateurs en aient une conscience entière quand ils négocient à chaque réforme, les conditions d'indemnisation de l'assurance-chômage. Cela montre une forme d'impensé de la négociation, à savoir que cette figure du salariat, on n'y touche pas. Ce sont les travailleurs plus à la marge qui vont connaître des variations régulières et très importantes de leur indemnisation. 

C’est plus vrai encore depuis la réforme de 2019 ?

Pour les salariés stables, encore une fois, cela ne change rien à ce qui existe depuis depuis 1979, à quelques exceptions près comme des mesures de dégressivité pour les hauts revenus. En revanche, pour les salariés en emploi discontinu, c'est une révolution. Cela constitue un effondrement historique de leurs droits. Notamment parce que le calcul du salaire journalier de référence prend en compte non plus simplement le salaire, mais aussi la performance d'emploi. Par exemple, un travailleur payé au Smic mais au chômage la moitié du temps considéré verra son salaire journalier divisé par deux. Cela a des effets extrêmement forts sur les droits des salariés en emploi discontinu et cela introduit encore plus l'idée de compte épargne.

Vous avez conçu un simulateur d’indemnisation qui permet de mesurer les effets des réformes pour chaque cas type pour une période de 60 mois. Pourquoi choisir une durée si longue ?

Les personnes en intermittence d'emploi ne sont pas souvent éligibles au chômage de façon claire. lls le deviennent au bout d'un certain temps, puis consomment leurs droits ; comme ils travaillent, ils finissent par redevenir éligibles, et ainsi de suite. Ils sont dans une intermittence de l’emploi, mais aussi de l'indemnisation. Or ne regarder qu’une seule période de droit, c’est ne pas considérer les périodes durant lesquelles les personnes ne sont pas indemnisées, ni celles durant lesquelles elles le sont à nouveau.. C’est pourquoi nous avons considéré systématiquement les parcours sur 60 mois.

Un autre intérêt de la simulation est de mesurer la diversité des profils. Car quand on parle des salariés à l'emploi discontinu, il est essentiel de bien distinguer ceux qui ont eu un emploi stable auparavant, et ressemblent plus à des chômeurs “standard”; et ceux qui entrent sur le marché du travail ou alors vivent en permanence dans l'intermittence de l'emploi. Ces deux cas sont désignés de la même façon, comme des précaires. En réalité, leur traitement par l'assurance-chômage est radicalement différent.

Vous insistez aussi sur ce qu’on appelle le taux de couverture. Pourquoi est-ce important, et quel usage politique est fait de cette indicateur ?

Le taux de couverture est simplement la part des chômeurs qui perçoivent une indemnisation. Ce taux de couverture, il a fallu qu'on le reconstitue parce que les données n'étaient pas disponibles, contrairement à ce qu'on pourrait imaginer. Et on a constaté que la part des salariés indemnisés chute de façon très importante à partir de 2003, pour arriver en 2018 à la part des chômeurs indemnisés, la plus basse de toute l'Histoire depuis 1985.
Et pourtant, la surprise c’est qu’à partir de 2016 les publications officielles se sont intéressées à un nouvel indicateur, le seul publié depuis : la part des chômeurs non pas indemnisés, mais indemnisables. C’est le cas quand on est inscrit à Pôle emploi.
Or cet indicateur pose un certain nombre de questions puisqu'il prend en considération des gens qui ne sont pas forcément indemnisés et même sont parfois en emploi.
Par exemple, quelqu'un qui a travaillé à temps plein durant le mois considéré mais reste inscrit à Pôle emploi, ce qui est de plus en plus courant, sera considéré comme couvert par l'assurance-chômage, dont on se félicitera alors des performances positives.

Même si les deux indicateurs sont intéressants, cela pose un gros problème si le nouveau taux de couverture officiel occulte d'une certaine manière à la réalité, quand même beaucoup plus crue, qui est que l'indemnisation du chômage n'a jamais concerné une proportion aussi faible de chômeurs qu’à la fin des années 2010. On peut aussi penser, et c’est l’un des résultats de la simulation, que la réforme de 2019 baissera encore le nombre d'indemnisations. 

Les chercheurs ont également publié une synthèse de leur étude.