Publicité

50 ans après l’assassinat de Martin Luther King

MARTIN LUTHER KING - MARCH ON WASHINGTON
MARTIN LUTHER KING - MARCH ON WASHINGTON
© AFP - AFP FILES / AFP - AFP

Opération spéciale sur France Culture Le retour de la question noire ? le mercredi 4 avril sur France Culture

Il y a cinquante ans jour pour jour, Martin Luther King était assassiné à Memphis, Tennessee. Il reste pour l’Histoire l’incarnation de la lutte pour les droits civiques des noirs américains, et c’est une figure régulièrement mobilisée dans l’actualité : aux Etats-Unis, par le mouvement Black Lives Matter qui milite contre les violences policières. En France, par celles et ceux qui dénoncent les contrôles au faciès et toutes autres formes de discrimination. Son héritage a même été mobilisé pour comprendre l’immense succès planétaire en ce début d’année 2018 du film de super-héros «Black Panther», qui présente à l’écran une représentation contemporaine de la fierté noire. 

50 ans après l’assassinat de Martin Luther King, assiste-t-on à un retour de la question noire ? Quels sont les enjeux spécifiques qui se posent en France ? Colère noire, fierté noire : au-delà des questions politiques et sociales, quelles problématiques nouvelles traversent le monde des idées et de la culture ?

Publicité

A écouter sur France Culture à partir de 7h.

Au programme 

7h-9h Les Matins – Guillaume Erner et la rédaction
Avec notamment Léonora Miano, écrivaine, auteur de nombreux ouvrages dont le dernier « Crépuscule du tourment » (Grasset)

11h-11h55 Cultures monde – Florian Delorme
Brésil : du « racisme cordial » aux violences policières dans les favelas César Gonzalez Garcia, doctorant à l’EHESS, il travaille sur les quartiers informels au Brésil et en Colombie.
Silvia Capanema, historienne du Brésil contemporain.
Par téléphoneConceição Evaristo, romancière afro-brésilienne, auteur de Insoumises (Anacona, 2018).

12h-13h30 La Grande table – Olivia Gesbert

1ere partie : Deniz Gamze Ergüven, cinéaste, pour son film Kings en salles le 11 avril

2ème partie : Pap Ndiaye, historien et Professeur des universités à Sciences Po. Il est notamment l’auteur de « La condition noire. Essai sur une minorité française »

18h20-19h Du Grain à moudre – Hervé Gardette
Y a-t-il un problème de représentation des noirs dans les médias ? Avec Christian Dzellat, fondateur des médias Negus et Nofi, Coumba Kane, journaliste à France O et Monde Afrique, Bérénice Ravache, présidente du comité Diversité de Radio France et Virginie Sassoon, docteure en sciences de l’information et de la communication.

19h03-20h La Dispute – Arnaud Laporte
Arts plastiques Avec les critiques Anaël Pigeat, Stéphane Corréard et Florian Gaité 

Black Dolls – la collection de Deborah Neff, jusqu’au 20 mai à la Maison Rouge

Kupka, pionner de l’abstraction, jusqu’au 30 juillet au Grand Palais

Mary Cassatt – une impressionniste à Paris, jusqu’au 23 juillet au musée Jacquemart-André 

20h30-20h55 Feuilleton Martin Luther King, le silence s’est enfin déchiré de Sophie Lemp
Un feuilleton en hommage à Martin Luther King assassiné il y a tout juste 50 ans .
Martin Luther King, pasteur baptiste afro-américain né à Atlanta en 1929, a dédié sa vie à la lutte contre le racisme, la ségrégation, la pauvreté. Grâce à son combat non-violent contre toute forme d’injustice, les consciences ont commencé à s’éveiller et des lois essentielles pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis ont été votées. Prix Nobel de la Paix en 1964, Martin Luther King a été assassiné quatre ans plus tard, le 4 avril 1968. Il avait trente-neuf ans. 

Il y a cinquante ans, ce jour d’avril 1968, Martin Luther King sort un instant sur le balcon de la chambre qu’il occupe au Lorraine Motel de Memphis. Un coup de feu retentit, il s’écroule. Allongé sur le sol, inconscient, il s’adresse alors à son assassin. Lui raconte son enfance, ses premiers engagements, les combats qu’il a remportés, ceux qu’il a perdus. Il lui confie sa foi profonde, ses espérances mais aussi ses regrets et ses doutes. D’autres voix comme celles de ses parents, de sa femme Coretta ou de son ami Ralph Abernathy, se mêlent à celle de Martin Luther King pour compléter son récit. Une existence défile et c’est un homme qui se dessine, un homme assassiné mais toujours vivant. 

Lundi 1929-1955. Naissance d’un engagement

Enfant, je hais les Blancs. Mes parents ont beau me dire que ce n’est pas chrétien, je ne peux pas m’en empêcher. C’est à cause des Blancs que je ne peux pas aller à la piscine ni dans aucun jardin public. 

Mardi 1955-1956. Une première victoire

Je savais que l’on pouvait porter atteinte à ma vie à tout moment. J’en ai pris conscience pour la première fois au moment du boycott de Montgomery. L’un de mes plus beaux combats. 

Mercredi 1957-1962. Douter sans jamais renoncer

Le 17 mai 1957, je m’exprime à Washington sur le droit de vote. Il n’y aura pas d’égalité tant que nous n’obtiendrons pas, partout, la possibilité de nous exprimer dans les urnes.  

Jeudi 1962-1964. Des rêves et une réalité

Birmingham, la plus grande ville industrielle du Sud des Etats-Unis est, cent ans après l’émancipation des Noirs, un des plus tristes symboles de la ségrégation qui perdure. 

Vendredi 1964-1968. Se battre jusqu’au bout

À la fin de l’année 1964, Martin Luther King avait obtenu le Prix Nobel de la Paix et au début du mois de février 1965, il retournait en prison, après avoir participé à la marche pour le droit de vote à Selma, en Alabama. 

21h-22h Par les temps qui courent – Marie Richeux
Lasseindra Ninja, figure du voguing en France. Plus qu’une danse, le voguing est un acte performatif, une affirmation de soi. À la fois extrêmement codifiée et libératrice, cette culture s’est construite dans les années 1960 dans la communauté transgenre afro-américaine et latino du quartier de Harlem, à New York. En s’appropriant les poses et attitudes de l’univers de la mode (en particulier les couvertures du magazine Vogue), elle dénonce une situation inégalitaire avec une forte résonance politique.

En partenariat avec France Ô

France Ô
France Ô
- France Ô