Publicité

6 décembre 1986 : quand la mort de Malik Oussekine illustrait les techniques policières de l'époque

Par
Les CRS voltigeurs, lors de la manifestation des étudiants contre la loi Devaquet, le 4 décembre 1986
Les CRS voltigeurs, lors de la manifestation des étudiants contre la loi Devaquet, le 4 décembre 1986
© Sipa - WITT

Le 6 décembre 1986, Malik Oussekine, un étudiant de 22 ans, décède peu de temps après s'être fait matraquer par deux policiers du Peloton des Voltigeurs Motoportés (PVM). Un drame qui s'inscrit en pleine révolte étudiante contre la loi Devaquet et qui illustre les techniques policières de l'époque.

Le 6 décembre 1986, Malik Oussekine, un jeune étudiant de 22 ans de l’École supérieure des professions immobilières (ESPI), décède d'un arrêt cardiaque provoqué par les coups de matraques qui lui ont été portés par deux agents des forces de l'ordre. Seul témoin direct de la scène à l'époque : Paul Bayzelon. Fonctionnaire au ministère des Finances et résidant au 20 rue Monsieur le Prince, au coeur du Quartier latin, il décrit les faits :

"Je rentrais chez moi. Au moment de refermer la porte après avoir composé le code, je vois le visage affolé d'un jeune homme. Je le fais passer et je veux refermer la porte.(…) Deux policiers s'engouffrent dans le hall, se précipitent sur le type réfugié au fond et le frappent avec une violence incroyable. Il est tombé, ils ont continué à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos. La victime se contentait de crier : "je n'ai rien fait, je n'ai rien fait"."

Publicité

En 1990, la Cour d'Assises de Paris condamne le brigadier-chef Jean Schmitt, 53 ans, et le gardien de la paix Christophe Garcia, 26 ans, à une peine de 5 et 2 ans de prison avec sursis, pour "coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Au-delà du drame humain, cette affaire reflète une période où les techniques policières n'étaient pas aussi encadrées qu'aujourd'hui.

Des techniques d'intervention historiquement musclées

Au début des années 1980, la police est encore entachée du massacre du 17 octobre 1961, pendant lequel une centaine d'Algériens ont été jetés dans la Seine. Un massacre qui se reproduit un an plus tard, le 8 février 1962, à la station de métro Charonne, où neuf personnes décèdent des suites de la charge de policiers armés de “bidules”, ces longues matraques de bois de plus d'un mètre, qui provoquent un mouvement de panique et l'écrasement de dizaines de personnes présentes sur les lieux.

A écouter : Le 50ème anniversaire des événements du métro Charonne

Place du 8 février 1962
Place du 8 février 1962
© Radio France

Dans ce contexte de tension, une nouvelle unité voit le jour en 1969 : le peloton de voltigeurs motoportés. Créée un an après les manifestations de mai 1968, cette unité a pour vocation de se glisser dans les cortèges de manifestants en complément des troupes statiques. Composée d'un agent qui conduit la moto à l'avant et d'un agent à l'arrière armé d'un long bâton, une spécificité de la police parisienne, "cette unité rattachée au préfet reste très autonome et fonctionne essentiellement par cooptation. Cela reste une unité à part entière dans la police", rappelle Fabien Jobard, Chercheur au CNRS rattaché au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP).

Après la révolte de 1968, l'objectif des autorités est de limiter les effusions de sang dans le pays. Les techniques de mises à distance des manifestants sont recherchées, notamment avec le gaz lacrymogène. Dans le même temps, la législation évolue et le 8 juin 1970, la loi relative aux violences commises en groupe, dite loi anti-casseur, est adoptée pour réduire les actes de violences lors des manifestations. Une loi qui sera abrogée le 23 décembre 1981.

Un contexte politique propice aux dérapages

Enlisé en plein conflit sur le projet de loi relatif aux libertés des universités porté par le ministre délégué chargé de la Recherche et de l'Enseignement supérieur Alain Devaquet, le gouvernement joue la montre et adopte une stratégie de fin de non recevoir, afin d'essouffler le mouvement. Pendant cette période, "les affrontements sont très durs avec une minorité de casseurs. Mais la dégradation du climat a entraîné des dizaines de jeunes à rejoindre les casseurs dépolitisés de l'époque. C'est là que la violence de grande ampleur débute. Ce qui se passe dans la rue est lié au rapport de force politique. Dans ce cas présent, il n'y a pas d'autre arène que la rue." constate le chercheur Fabien Jobard.

La veille du vendredi 5 décembre 1986, le mouvement compte entre 150 000 et un million de manifestants. En fin de parcours, la manifestation étudiante fait place à des affrontements entre la police et les casseurs. Le lendemain, le 5 décembre la préfecture prend les devants et fait intervenir le peloton de voltigeurs motoportés. Un dispositif policier important est mis en place, mais pour Fabien Jobard "ils partaient à l'aventure. Ils n'avaient pas de liaison radio." C'est alors que deux agents ont pris en chasse Malik Oussekine et l'ont roué de coups de matraque jusqu’à l'intervention de Paul Bayzelon. Pris en charge à l’hôpital Cochin, il décède à 3h20 le 6 décembre, d'un arrêt cardiaque dû à ses blessures.

Cette unité est immédiatement dissoute. Mais elle n'a pas pour autant disparu selon Fabien Jobard : "De temps en temps, ils viennent grossir les rangs lors des manifestations." Depuis leur dissolution, plusieurs options ont été étudiées pour les remplacer, comme les quads en 1995. Mais aucune n'a été retenue."

Une modernisation du métier attendu

A l'époque, les policiers sont principalement issus des milieux ouvriers ou bien agricoles. La plupart arrêtent leur scolarisation à 16 ans. Une origine sociale qui les coupent de la société d'après Fabien Jobard : "C'est une profession masculine. Ce qui renforce l'effet de valorisation de la virilité. Un univers où le rapport à l'autre est pensé comme une compétition. Un univers qui ne connaît pas l'immigration. Les policiers de l'époque ne connaissent pas ou peu les univers cosmopolites des grandes villes."

Face à ce décalage, le changement est de rigueur. La modernisation de la police nationale est impulsée par le ministre de l’Intérieur Pierre Joxe (1984-1986 et 1988-1991) et se traduit par l'adoption le 7 août 1985 de la loi relative à la modernisation de la police nationale qui dispose dans son article 1er : "Le Gouvernement est chargé de mettre en oeuvre les conclusions du rapport annexé à la présente loi programmant, pour les années 1986 à 1990, les moyens nécessaires à l’exécution des missions assignées à la police nationale." Cela se traduit par une hausse des budgets : de 1 974 millions de francs en 1985 à 3 100 millions en 1990.

Une modernisation de l'institution que va poursuivre le ministère de l'Intérieur de l'époque Charles Pasqua (1986-1988 et 1993-1995). Près de 8 milliards de francs vont être accordés pour accélérer la modernisation de la police sur la durée du quinquennat. Au delà des questions budgétaires, la modernisation a également introduit la formation des effectifs. Ainsi que le code de déontologie de la police le 18 mars 1986.

L'évolution de la violence modifie les techniques de maintien de l'ordre

Depuis la fin des années 1980, la violence est en constante mutation et influe directement sur les techniques policières. Pour Matthieu Frachon, ancien grand reporter pour France Soir, spécialiste de l’Histoire de la police et membre de la Société Française d’Histoire de la Police : "Il y a une évolution des affrontements. Aujourd’hui, en fin de manifestation, les affrontements entre les forces de l’ordre et les casseurs sont quasi systématiques. Les casseurs cherchent le contact. A titre de comparaison, on atteint des niveaux de violence que le Royaume-Uni a connu dans les années 70-80 avec les hooligans. Le contact n’est plus recherché mais souvent imposé." Des affrontements visibles à l'occasion des manifestations contre la loi Travail.

A écouter : 104 manifestants contre la loi Travail saisissent le Défenseur des droits pour des violences policières

Une évolution des violences qui remonte aux années 1990 pour Fabien Jobard avec le pillage du magasin C et A de Montparnasse ou encore en 1994 lors des manifestations contre le contrat d'insertion professionnelle (CIP). Face à ces nouveaux cas, la police est devenue plus mobile. "Les policiers en civils sont plus nombreux au sein des cortèges, notamment à Rennes, Nantes et Paris. On a également vu l’apparition d’armes non létales comme le flash-ball qui provoquent des blessures irréversibles. Une arme que seule la France utilise en Europe." Une utilisation de cette arme de plus en plus contestée en France. En novembre dernier, le procès du flash-ball s'est tenue au tribunal de grande instance de Bobigny.

A écouter : La police est-elle surarmée ?

Néanmoins, la hausse de ces effectifs en civils favorisent "une brutalité croissante en partie liée à ces renforts de policiers en civils." D'autant plus que, comme le rappelle Matthieu Frachon : "les policiers restent tributaires des ordres."

A écouter : Jeanne Puchol, Laurent Frédéric et Olivier Norek - Police : Crimes et démons