Publicité

A Argenteuil, l'éducation en questions

Par
Marwa alias Marine Le Pen et Aya alias Jean-Luc Mélenchon, deux élèves de 6ème du Collège Diderot à Aubervilliers
Marwa alias Marine Le Pen et Aya alias Jean-Luc Mélenchon, deux élèves de 6ème du Collège Diderot à Aubervilliers
© Radio France - Ludovic Piedtenu

#caravane2017. Troisième étape de notre caravane présidentielle : Argenteuil et alentours. Avec des reportages et des analyses sur la situation de l'éducation aujourd'hui. Sans oublier les principales mesures des onze candidats au sujet de cet incontournable dans les programmes.

Notre caravane de la présidentielle fait passer ses examens au monde de l’éducation ce mercredi. Pour découvrir les attentes en la matière, nous étions ce matin au lycée Georges Braque d'Argenteuil, dans le Val d'Oise. Et comme chaque jour, révisez ci-dessous les programmes des candidats en la matière.

Pour le Choix de la rédaction, Hakim Kasmi a cherché à savoir comment dans cet établissement de 1200 élèves, qui réunit différentes filières, les équipes pédagogiques tentent de lutter contre le décrochage scolaire. Notamment par des activités culturelles, comme le théâtre :

Publicité

Au coeur d'un atelier théâtre pour une terminale, animé chaque semaine par une comédienne professionnelle et coordonné par les enseignants du lycée Georges Braque

5 min

Le lycée Georges Braque d'Argenteuil
Le lycée Georges Braque d'Argenteuil
© Radio France

Dans l'académie voisine, au Collège Diderot d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, deux professeurs d'anglais et d'histoire-géographie ont eu, eux, l'idée de travailler les programmes éducation de quelques-uns des candidats. Un travail dans le cadre d'une semaine interdisciplinaire : les élèves s'intéressaient à un thème par le biais de plusieurs matières. Et sept élèves ont "incarné" sept des onze candidats à la présidentielle (photo ci-dessus). Il s'agissait de soumettre aux votes de leurs camarades les propositions des prétendants à l’Élysée. Reportage de Ludovic Piedtenu :

Quand des collégiens exposent les projets pour l'éducation de 7 des 11 candidats à la présidentielle

2 min

Le débat autour des questions d'éducation au collège Diderot, à Aubervilliers
Le débat autour des questions d'éducation au collège Diderot, à Aubervilliers
© Radio France - Ludovic Piedtenu

Apprendre grâce à Twitter

Un autre projet s'est distingué à Aubervilliers, à l'école Jean Macé. Des élèves de CM2 ont été mis en lien avec la journaliste Clara Beaudoux. Dans #Madeleineproject, elle a en effet longuement détaillé le passé d'une enseignante de cette même école Jean Macé. Un projet historique mais aussi pédagogique est donc né, qui a permis à ces écoliers de mieux connaître les origines de leur quartier. La journaliste est venue plusieurs fois à l'école. Elle les a notamment chargés de trouver d'autres personnes liées à l'histoire de Madeleine et elle a répondu à leurs questions sur le journalisme. Clara Beaudoux, l'enseignante Cécile Saint-Martin, et trois de ses élèves, Pauline, Ismaïl et Igor, se sont aussi retrouvé sur notre antenne, dans "Les Nouvelles vagues", pour raconter leur expérience. Journaliste au Parisien édition Seine-Saint-Denis, Nathalie Revenu a suivi ce projet :

"Ils se sont appropriés l'histoire de leur ville. Et eux-mêmes ont ouvert leur compte Twitter."

54 sec

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quel bilan pour François Hollande en Seine-Saint-Denis ?

Symbole des inégalités scolaires, l'académie de Créteil a servi de laboratoire lors du mandat de François Hollande. Car c'est la Seine-Saint-Denis qui a le plus souffert des suppressions de postes sous Nicolas Sarkozy. Fin 2014, la ministre de l'éducation Najat Vallaud Belkacem a donc lancé un concours supplémentaire dans le 93, pour encourager à y enseigner. Une première. Correspondant de France Bleu Paris dans ce département, Rémi Brancato fait le bilan et raconte d'abord en quoi a consisté le grand rattrapage engagé par la gauche :

Seine-Saint-Denis : en 2 ans, 1066 postes créés. Mais les besoins ont été sous estimés selon les syndicats et pas de vision à long terme selon la FCPE

1 min

La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem s'était rendue le 19 novembre 2014 à Bondy pour annoncer des "mesures pour les écoles de Seine-Saint-Denis"
La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem s'était rendue le 19 novembre 2014 à Bondy pour annoncer des "mesures pour les écoles de Seine-Saint-Denis"
© AFP - Stéphane de Sakutin

Sociologue à l'Université de Cergy-Pontoise, Nathalie Mons consacre ses études à l'évaluation des politiques éducatives. Elle était l'invitée de notre journal de 8h, présentée depuis Argenteuil par Amélie Perrier :

"L'éducation se construit en 10 ans, en 15 ans, surtout lorsqu'il s'agit de lutter contre les inégalités sociales."

3 min

On a toujours un clivage droite-gauche à propos de l'éducation, et notamment sur les moyens. Si l'on regarde les programmes, du côté de la gauche, on a toujours la mise en avant de moyens supplémentaires. Du côté de la droite, le contraire. Et d'ailleurs, ce clivage est bien le problème en France. C'est-à-dire que tous les quinquennats on change de politique. On a de grands coups de balanciers, or ce que l'on voit pour les politiques scolaires c'est que clairement, les pays dans lesquels les élèves réussissent, dans lesquels les inégalités sociales sont faibles, sont des pays qui ont atteint un consensus politique autour de grandes lignes. L'éducation ne se construit pas en cinq ans !

La sociologue Nathalie Mons et notre journaliste spécialiste éducation Hakim Kasmi
La sociologue Nathalie Mons et notre journaliste spécialiste éducation Hakim Kasmi
© Radio France - Amélie Perrier

Les propositions des candidats

Enjeu majeur, l’Éducation nationale représente 1 million de personnels, 13 millions d'élèves, et leurs parents. Autant dire qu'il y a du monde à convaincre et à séduire en la matière. Comme chaque jour, voici les mesures fortes que l'on peut lire dans les programmes de chacun. Virgine Pironon s'est rendue dans l'académie de Créteil, dans le Val-de-Marne, pour savoir ce que l'on pensait des mesures avancées :

Education : les propositions des candidats à la présidentielle vues du Val-de-Marne

1 min

Nathalie Arthaud

- Embauches massives et « consacrer l’argent public à l’éducation au lieu de le distribuer, à perte, au grand patronat »

François Asselineau

- Affecter des enseignants expérimentés en zone d’éducation prioritaire

- Rénover les établissements scolaires vétustes

- Se concentrer sur l’apprentissage des fondamentaux en primaire

- Mieux rémunérer les enseignants en début de carrière

Jacques Cheminade

- Revenir sur la réforme du collège

- Rétablir les heures d’études pour aider aux devoirs

- Mettre moins de 25 élèves par classe et entre 15 à 20 pour les situations difficiles

- Réhabiliter les 4ème et 3ème techno

Nicolas Dupont-Aignan

- Supprimer la réforme du collège

- Supprimer la réforme des rythmes scolaires

François Fillon

- Plus d’autonomie pour les établissements (recrutement, frais de scolarité)

- Permettre aux maires de décider des rythmes scolaires

- Pour le port de l’uniforme à l’école et au collège

- Développer l’alternance et l’apprentissage dès 15 ans

- Revoir les programmes notamment d’histoire et de français. Supprimer le Conseil supérieur des programmes. Réduire drastiquement le nombre des circulaires et instructions ministérielles et académiques

- Rétablir les enseignements du latin et du grec

- Abroger la réforme du collège

Benoît Hamon

- Instruction obligatoire dès 3 ans

- Limiter les effectifs en CP – CE1 – CE2

- Recruter 40 000 enseignants en 5 ans

Jean Lassalle

- Recentrer l’enseignement sur les savoirs fondamentaux

Marine Le Pen

- Consacrer la moitié du temps à l’enseignement du français

- Suppression du collège unique

- Développer massivement l’enseignement professionnel et l’apprentissage dès 14 ans

- Revenir sur la réforme des rythmes scolaires

Emmanuel Macron

- Accorder de l’autonomie aux établissements et aux enseignants

- Limiter les effectifs en CP – CE1 en zone prioritaire

- Mieux rémunérer les enseignants

- Investir sur l’orientation « pour garantir une véritable égalité des chances »

Jean-Luc Mélenchon

- Maternelle dès 2 ans

- 60 000 enseignants supplémentaires pour alléger les classes de primaire

- Gratuité totale (frais de cantine inclus)

- Abrogation de la réforme du collège

Philippe Poutou

- Supprimer la réforme du collège

- Limiter les effectifs à 20 élèves par classe