Publicité

A découvrir sur France Culture: Mécaniques du complotisme (Saison 2), le faux complot des jésuites

Les Mécaniques du complotisme
Les Mécaniques du complotisme
© Getty

Dès le 2 octobre sur franceculture.fr et toutes les plateformes dédiées

Après une Saison 1 sur Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, les mécaniques du complotisme s’attaquent à une nouvelle théorie du complot beaucoup plus ancienne : Mécaniques du complotisme : le faux complot des jésuites (Saison 2).

%C3%A0%20lire : M%C3%A9caniques%20du%20complotisme%2C%20saison%202%20%3A%20%22Les%20Instructions%20secr%C3%A8tes%22%20et%20le%20faux%20complot%20des%20j%C3%A9suites

Et toujours une même question : par quelle mécanique une théorie complotiste née dans l’imagination de quelques-uns parvient-elle à devenir un phénomène culturel majeur ?

Publicité

Mécaniques du complotisme : le faux complot des jésuites 

Une série produite par Roman Bornstein et réalisée par Thomas Dutter en 2 épisodes disponible en intégralité dès le 2 octobre sur franceculture.fr et les plateformes dédiées.

Depuis sa naissance à Paris en 1534, l'ordre des jésuites suscite des fantasmes complotistes. D'un siècle à l'autre, les accusations fusent et se répètent contre cette congrégation catholique. Avides de pouvoir, les jésuites agiraient dans l'ombre. Ils dirigeraient le monde et déclencheraient les guerres. Ils manipuleraient les rois et choisiraient nos présidents. A l'origine de ce mythe jésuite, on retrouve une série de textes et de pamphlets. Parmi eux, un ouvrage se distingue : “les Monita Secreta” ou les instructions secrètes. Publiées pour la première fois dans la Pologne de 1614, ce document prétendument écrit de la main d’un chef des Jésuites est régulièrement remis en circulation par des adversaires convaincus de tenir là la preuve irréfutable d’un complot multiséculaire devant déboucher sur l’instauration d’un nouvel ordre mondial. Pour comprendre son succès et son influence, l'historien de la littérature Michel Leroy nous emmène dans l'Europe du 16ème siècle.  

Épisode 1 : La naissance d’un mythe

Au 16e siècle, alors que l'Église est en pleine décadence, que les prêtres n'assurent plus leur mission et que les évêques courent après les honneurs, Luther part en guerre contre ces dérives et lance la Réforme. C’est la naissance du protestantisme. Guidés par Ignace de Loyola, un noble espagnol, un petit groupe d'étudiants catholiques se retrouve en 1534, à Paris, déterminés à redorer l'étendard de l’église et à la sauver de la concurrence protestante. La Compagnie de Jésus est née. Ils font le vœu de Montmartre, on les appellera les Jésuites. Érudits, dévoués, déterminés et organisés, ils rencontrent un grand succès. Les nouveaux membres affluent. Mais à mesure que leurs rangs grossissent, leurs adversaires se multiplient. Tous les prétextes sont bons pour les attaquer. S’ils ouvrent des collèges, c’est pour pervertir la jeunesse. S’ils confessent les rois, c’est pour les manipuler. S’ils jurent fidélité au pape, c’est qu’ils travaillent pour une puissance étrangère. Derrière chaque attentat politique, on croit voir la main des Jésuites. Dans toute l’Europe du 16e siècle, une légende noire se forme.  C'est dans cette atmosphère de paranoïa que paraît en 1614 un texte qui vient confirmer toutes les craintes de leurs adversaires : “les Monita Secreta”. Les Instructions secrètes. Présenté comme un texte écrit par le chef des Jésuites pour expliquer à ses troupes comment parvenir à prendre secrètement le contrôle du monde, ce faux grossier et son véritable auteur sont immédiatement démasqués. Malgré tout, les Monita Secreta vont commencer à circuler dans toute l’Europe. Un mythe est né. 

Episode 2 : Un mythe ne meurt jamais. 

Au 16e siècle, le mythe jésuite était une querelle réservée aux élites. Au sein d'une population encore largement illettrée, les textes anti-jésuites rencontraient peu d'échos. Mais les accusations colportées dans les Monita Secreta continuent à circuler dans toute l’Europe et, au 19e siècle, des formats plus accessibles prennent le relais pour diffuser le mythe jésuite : chansons populaires, caricatures, romans-feuilletons et presse quotidienne s’inspirent des vieux pamphlets pour colporter les pires accusations et leur donner un nouvel écho. Porté par ces nouveaux moyens de diffusion, l’anti-jésuitisme devient un phénomène de masse. Désormais durablement inscrit dans la culture populaire et la psyché collective, il survit à l’avènement de la modernité. Après les rois catholiques et les princes protestants, les républicains laïcs, les doctrinaires soviétiques et les propagandistes nazis vont à leur tour s’emparer des accusations multiséculaires contre les jésuites pour faire avancer leurs intérêts politiques. Après 1945, l’opinion publique change d’avis sur les jésuites, désormais largement assimilés à un mouvement progressiste qui s’est illustré dans la résistance au nazisme et travaille auprès des plus défavorisés. Mais la légende est tenace. Dans certains recoins d’internet, les anti-jésuites ont trouvé refuge. Premier Saint-Père jésuite de l’Histoire, le Pape François suscite chez ces derniers un nouveau vent de panique. De vidéos confidentielles en conférences publiques, ils tentent de maintenir en vie un mythe qui ne semble jamais devoir mourir. 

A ECOUTER AUSSI…

SAISON 1 Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis

Série de 5 épisodes réalisée par Thomas Dutter, produite par Roman Bornstein
Témoins, enquêteurs, journalistes, historiens : tous s’accordent sur le déroulé de cette journée et sur l’identité des responsables. Pourtant, une partie du public doute. La «version officielle», comme certains l’appellent, serait pleine d’incohérences. Les attentats du 11 septembre 2001 ont fait l’objet de la théorie du complot la plus populaire selon le journal britannique The Economist.
Disponible sur franceculture.fr et sur toutes les plateformes dédiée