À l'origine de l'épilation comme injonction féminine

Publicité

À l’origine de l’épilation comme injonction féminine

Par

Si aujourd'hui de nombreuses femmes profitent du confinement pour moins s'épiler, cette norme n’a pas toujours été aussi forte qu’on ne le croit. Ni été uniquement réservée aux femmes.

Une peau lisse et sans poils : c’est l’un des critères de beauté le plus traditionnellement associé à la féminité. Mais au cours de l'histoire, les poils des femmes n'ont pas toujours été “indésirables”. Bien au contraire.

Dans l'Antiquité, l'épilation est mixte

Dans l’Égypte antique, l’épilation concerne autant les hommes que les femmes et relève d’un rituel de pureté. Dans l’Empire gréco-romain aussi, l’épilation des corps est un rituel hygiénique mixte. Jules César, par exemple, avait pour habitude de s'épiler. Mais cette approche du poil non genrée ne va pas durer.

Publicité

Lisse féminin et dru masculin à la Renaissance

Au XVIe siècle, la barbe et la moustache connaissent un regain d’intérêt et constituent chez l’homme un symbole extérieur de virilité, de sagesse et de pouvoir. À mesure que le statut de l’homme est défini par sa toison, les canons de beauté féminins représentent une femme glabre au teint de porcelaine.

C’est cette opposition entre le lisse féminin et le dru masculin qui a été une constante à l’échelle de l’histoire des sociétés euro-méditerranéennes. Ce que la nature a créé, la culture a eu tendance à le renforcer et à l’exacerber. Avec une valorisation du poil masculin et, au contraire, une dévalorisation du poil féminin. Christian Bromberger, historien du poil

"Torse de femme", 1912.
"Torse de femme", 1912.
- Félix Vallotton

Les poils féminins comme atouts de séduction

Mais les poils des jambes et des aisselles ne sont pas encore un signe distinctif de féminité. Ce qui compte, ce sont les poils qui se voient : les femmes traquent les poils du menton, au-dessus des lèvres ou au niveau des tempes. Les jambes et les aisselles sont cachées par des robes couvrantes et des collants opaques. Les poils sous les bras et les poils pubiens sont alors des atouts de séduction.

Je me rappelle les propos du peintre et inspecteur des Beaux-Arts Émile Bayard__, en 1904, qui trouvait absolument scandaleux que des femmes aient fait disparaître “ce point sur le ‘i’”, donc les poils sous les aisselles. Christian Bromberger, historien du poil

Au XIXe siècle, toutes celles qui montrent leur corps - actrices, danseuses et prostituées - s’épilent. Elles sont les premières à expérimenter les crèmes et poudres dépilatoires, mises sur le marché au début du siècle. Tandis que le reste des femmes continue de laisser tranquilles leurs aisselles et leurs jambes.

Finalement, les nus glabres représentés dans l’art ne reflètent pas les pratiques des femmes de l’époque. Mais dessiner, peindre, les poils des femmes était jugé obscène.

Du corps caché au corps montré

C'est au tournant du siècle que la mode évolue radicalement. Les robes au style "Empire" dévoilent les mollets et les épaules, et de nouvelles activités comme la baignade dénudent un peu plus le corps des femmes. Parallèlement, la démocratisation de l’hygiène privée donne naissance aux premiers rasoirs jetables, dont l'Américain King Camp Gillette est l'inventeur. 

Des artistes de Broadway se rasent les jambes à New York, en 1927.
Des artistes de Broadway se rasent les jambes à New York, en 1927.
© Getty - Keystone-France/Gamma-Keystone

À partir de 1920, les publicités pour des produits dépilatoires remplissent les magazines féminins et font culpabiliser les femmes qui gardent leurs poils.

Il y a là une évolution du corps caché au corps montré. Les choses ont changé car nous sommes dans un siècle, dans une période, d’hygiénisme, de désodorisation et de désanimalisation. De culte du net et du propre. Christian Bromberger, historien du poil

L'épilation comme un "troisième emploi"

Il faut attendre la pénurie de collants en nylon pendant la Seconde Guerre mondiale pour que les jambes nues deviennent la norme. Et par extension, l’épilation. De la Libération aux années 1960, cette pratique est passée de courante à une injonction massive : 98% des femmes américaines de moins de 44 ans déclarent s’épiler régulièrement.

Une artiste danse nue lors d'un spectacle du Grand Magic Circus de Jérôme Savary à Tours, en 1972.
Une artiste danse nue lors d'un spectacle du Grand Magic Circus de Jérôme Savary à Tours, en 1972.
© Getty - Jacques PRAYER/Gamma-Rapho

Même si les féministes ont revendiqué leur droit à un corps naturel, poilu et décrit l’épilation comme un “troisième emploi” après leur travail et les corvées ménagères, l’épilation du corps des femmes reste aujourd’hui l’une des injonctions les plus profondément ancrées.

En savoir plus : Homme à barbe et femme à poils