Illustratioin de la licorne par le peintre allemand Heinrich Harder (1858 - 1935)
Illustratioin de la licorne par le peintre allemand Heinrich Harder (1858 - 1935)

À l'origine de la licorne, le rhinocéros

Publicité

À l'origine de la licorne, le rhinocéros

Par

Quand on vous parle de licorne vous pensez à innocence, pureté ou jouet mignon pour enfants ? Pourtant, à l’origine, la licorne était un animal bestial et cruel.

Pendant des centaines d'années, nos ancêtres étaient persuadés de l'existence de la licorne, mais pas de la licorne blanche, élégante et pure que nous connaissons, pour eux elle ressemblait plutôt à une bête féroce vivant dans des contrées lointaines. Retournons à l'origine de la licorne avec Bruno Faidutti, auteur de Licornes ! Métamorphoses d'une créature millénaire (Ynnis éditions, 2022)

À réécouter : La licorne
58 min

Un malentendu antique

Tout part d'un malendendu d'après Bruno Faidutti : "La première source sur la licorne nous vient de Ctésias. Ce médecin grec qui vivait à la cour de Perse - donc à Persépolis - vers le VIe siècle avant Jésus Christ, raconte qu'en Inde - où il n’est jamais allé - des animaux ressemblent à des ânes, une corne au milieu du front. Ce sont probablement des rhinocéros qu'on lui a décrits."

Publicité

La description de Ctésias est reprise, amplifiée, transformée par d’autres personnages illustres de l’Antiquité. Cinq siècles plus tard, Pline l’Ancien écrit dans son Histoire naturelle : "Là est la licorne, bête fort farouche, de corsage de cheval, de tête de cerf, pied d’éléphant, queue de sanglier, beuglement gros avec une corne noire (…)"

Un animal à corne peint par l'artiste allemand Heinrich Harder
Un animal à corne peint par l'artiste allemand Heinrich Harder

Sa description de la licorne côtoie celle du rhinocéros, en séparant les deux, il crée la licorne.

30 min

Mais c’est surtout au Moyen Âge que la licorne prend vie. On se replonge dans les textes antiques, celui de Pline fait autorité ainsi que le Physiologus, un texte religieux qui est l’ancêtre des bestiaires médiévaux, et dans lequel la licorne est un animal exotique comme un autre, comme l'explique Bruno Faidutti : "Le Physiologus dresse une liste d’une trentaine d'animaux avec, pour chaque animal, une petite histoire moralisante, avec une interprétation chrétienne. Pour la licorne, le texte la présente comme un animal féroce, difficile à capturer, et attirée par les jeunes vierges. Et donc les chasseurs mettent une jeune vierge dans la forêt, la licorne arrive, s’endort dans son giron et les chasseurs la capturent."

Les représentations de chasses à la licorne deviennent communes au Moyen Âge
Les représentations de chasses à la licorne deviennent communes au Moyen Âge
© Getty

Des racines bibliques

L’animal apparaît dans les textes bibliques sous divers noms : monoceros ou unicornis. Car il y a une bonne et une mauvaise licorne. Dans le livre des Psaumes, elle est redoutable et dangereuse, ailleurs elle est douce et pacifique.

Elle devient une source d’inspiration pour les œuvres d'art car "pour les gens du Moyen Âge, elle est un animal comme les autres. E**t d'ailleurs  dans les représentations de la Création et de l’arche de Noé, on représente des animaux d'Europe et des animaux exotiques, dont la licorne. L’animal qui est le plus représenté, qui est toujours présent à une ou deux exceptions près, c’est le lion. Et il y aussi très souvent l’éléphant, la licorne et le cerf" ajoute Bruno Faidutti.

La licorne du "Physiologus"
La licorne du "Physiologus"

Très présente dans l’iconographie médiévale, la licorne se transforme, on lui prête de nouvelles vertus : "De nombreuses représentations montrent seulement une vierge et la licorne, on finit donc par oublier sa dimension de chasseresse et de prédatrice pour lui attribuer progressivement les qualités de pureté et de virginité qu’elle n’avait pas du tout au départ, au contraire ! De la même façon que le cheval est devenu fier et courageux à l'image du chevalier, la licorne est devenue blanche et pure comme une jeune vierge."

La preuve par la corne

La célèbre tenture de La Dame à la licorne - dont l’origine vers 1500 est toujours mystérieuse - stabilise la représentation de la licorne blanche et chevaline.

La Dame à la licorne est une célèbre tenture aux origines mystérieuses (vers 1500)
La Dame à la licorne est une célèbre tenture aux origines mystérieuses (vers 1500)

Dès cette époque, certains naturalistes commencent à douter de son existence. Mais le commerce de "cornes de licornes" - en fait des cornes de narvals - est florissant. Bruno Faidutti rappelle "qu'il y a eu un vrai trafic de cornes. Des textes du XVIe siècle rapportent même l'étonnement de certains observateurs perplexes : la licorne est censée vivre en Inde, pourtant les cornes de licornes vendues à l'époque viennent du Groenland."

Le commerce de corne de licorne repose sur la corne de narval
Le commerce de corne de licorne repose sur la corne de narval

Si Rabelais se moque de ceux qui croient à la licorne dans Pantagruel, l’animal connaît un regain d’intérêt au milieu du XIXe siècle, en pleine époque de colonisation et d’exploration de terres inconnues pour l’Occident. Des journaux proposent même une récompense au premier homme qui en trouvera une.

La croyance en l’existence de la licorne est morte avec ces grandes explorations, faute qu’un explorateur n’ait pu en ramener un spécimen.