À quoi ressemblait la musique préhistorique ?

Publicité

À l'origine de la musique préhistorique

Par

C'est une (re)découverte qui a bousculé notre perception de l'homme de Cro-Magnon. Un coquillage extrait de la grotte de Marsoulas au début du XXe siècle et qui dormait dans les réserves d'un musée a révélé sa vraie nature : la musique.

Pendant 90 ans, les chercheurs pensaient qu’il s’agissait d’une gourde. C’est en réalité un instrument de musique vieux de 18 000 ans, dont on a reconstitué quelques notes. Voici à quoi ressemblait la musique de nos ancêtres. 

Ce coquillage vieux de 18 000 ans a été taillé  pour produire des notes de musique
Ce coquillage vieux de 18 000 ans a été taillé pour produire des notes de musique
- Carole Fritz

Ce coquillage est découvert en 1931, dans la grotte pyrénéenne de Marsoulas. Il attire l’attention, par sa taille de 30 cm de long, 20 cm de large, par son emplacement à 200 km de la mer, par son ornement.  

Publicité

Au début du siècle, on connaît peu de choses des pratiques des Hommes du Magdalénien, le coquillage est perçu comme un objet pour boire, une gourde ou une tasse, jusqu’à aujourd’hui.  

Pour en savoir plus sur la façon dont vivaient nos ancêtres, des chercheurs réexaminent les objets découverts lors de fouilles anciennes. En sortant le coquillage de sa collection, ils sont stupéfaits par le son qu’il produit et analysent le cône en laboratoire.

On a vu très rapidement qu’il avait été aménagé, au niveau de l’apex, donc au niveau de la partie pointue de la coquille, où la coquille a été cassée, percutée pour enlever le bout pointu. Et après sur le bord extérieur du coquillage, pour régulariser ce bord. Et on a vu aussi qu’il avait été aménagé à l’intérieur au niveau des spires où il y a deux perforations.                      
Carole Fritz, archéologue

Ces modifications sur le coquillage permettent en soufflant dedans de jouer de la musique. Voici le son produit par l’Homme il y a 18 000 ans et reconstitué par un joueur de cor.

Les notes produites par la conque de Marsoulas : do, do dièse et un ré

12 sec

D’autres instruments découverts par les archéologues sont encore plus anciens. Comme des flûtes découvertes en Allemagne et qui ont été taillées en os de vautour il y a 40 000 ans, et une autre vieille de 35 000 ans, découverte au Pays basque. 

Flûte en os, découverte en 2008 dans la grotte de Hohle Fels, Allemagne.
Flûte en os, découverte en 2008 dans la grotte de Hohle Fels, Allemagne.
© AFP

La musique, comme la peinture, faisait donc partie de la vie de nos ancêtres. Deux pratiques intimement liées comme le montre ce coquillage. Il est décoré des mêmes ronds de peinture faits au doigt trouvés dans la grotte de Marsoulas. Reste à découvrir quelle en était la signification...

Intérieur de la grotte de Marsoulas
Intérieur de la grotte de Marsoulas
© AFP

On sait que ce ne sont pas des pratiques artistiques de l’art pour l’art. Ce sont des pratiques qui sont liées à ce que nous on appellerait une religion. Ce sont des pratiques qui sont liées à des mythes, il n’existe pas de société sans écriture, sans mythe. Alors après qu’il y ait des rituels, des pratiques on va dire musicales avec du son devant ces parois, pourquoi pas. Carole Fritz, archéologue 

Les flûtes, les conques comme ce coquillage sont deux types d’instruments qui sont parvenus jusqu’à nous, mais il y en avait probablement d’autres .

Certainement d’autres instruments qui n’ont pas laissé de trace, vu que la matière organique ne se conserve pas. Il pouvait très bien y avoir des tambours en peau d’animal qu’on n’a plus aujourd’hui. Carole Fritz, Archéologue

En plus de ces instruments dont il ne reste rien, on peut facilement imaginer une pratique du chant et pourquoi pas de la danse, comme le laisse supposer certaines peintures pariétales. 

À réécouter : Écouter la musique du Paléolithique supérieur