1347 et 1832 : à l'origine de la santé publique - #CulturePrime

Publicité

À l'origine de la santé publique : les épidémies

Par

L'idée de santé publique est née au fil des siècles, au sein même des épidémies qui ont frappé nos ancêtres. C'est devant les hécatombes provoquées par la peste ou le choléra, que les pouvoirs publiques ont commencé à agir, à s'organiser et à légiférer pour la santé de tous.

On ne connaît pas encore les effets à long terme qu'aura le Covid-19 sur notre système de santé. Mais on sait en revanche que les plus grandes épidémies qui ont frappé notre pays ont poussé les autorités à agir et ont grandement contribué au principe même de santé publique. C'est ce que nous explique Marilyn Nicoud, historienne, professeure d'histoire médiévale et Stéphane Frioux, maître de conférences en histoire contemporaine.

En savoir plus : Des hospices à l’hygiénisme, l'invention de la santé publique

La peste de 1347, première intervention de santé publique

La santé publique, organisée par les autorités, naît au Moyen Âge, suite à une catastrophe sanitaire : la peste de 1347. C’est lors de cette épidémie qu'émerge une alliance des pouvoirs publics et des médecins.  

Publicité

À l’inverse de l’image que l’on a de manière classique sur l’époque médiévale, il se manifeste un véritable souci de santé publique qui fait partie du bon gouvernement de la cité. Marylin Nicoud, historienne

Au Moyen Âge, c'est habituellement l’Église qui prend en charge la santé des paroissiens dont elle veut soigner l’âme et le corps. Les hospices religieux accueillent malades, indigents et pèlerins.

Seules quelques rares villes emploient :

  • Des médecins pour s’occuper gratuitement des malades les plus pauvres  
  • Des officiers de santé pour faire respecter des mesures d’hygiène

La peste noire de 1347 bouleverse tout. En 5 ans, 30 à 50 % des Européens y succombent. Les villes organisent des quarantaines, quadrillent des quartiers, isolent les malades.

Ces mesures de temps de peste donnent lieu à un renforcement de la législation en matière de santé, de prévention et de contrôle, prises au nom de la santé des habitants d’une ville. Marylin Nicoud, historienne  

Pendant des siècles, ce sont les gens d'Église qui se sont occupés des malades
Pendant des siècles, ce sont les gens d'Église qui se sont occupés des malades
© Getty

1832, l'épidémie de choléra et l'intervention de l'état

La santé devient un enjeu prioritaire au fur et à mesure que les épidémies se succèdent. Les médecins laïcs, formés à l’université prennent de plus en plus de poids auprès des services de la ville. 

Mais ce n’est qu’à la Révolution Française, qu’émerge l’idée d’une assistance publique prise en charge par l’État et là encore, il faut attendre une épidémie pour que l’État intervienne : celle de choléra, en 1832.

Pour essayer de combattre cette maladie, la puissance publique va créer des comités d’experts, des conseils d’hygiène, de salubrité, à différentes échelles géographiques, qui vont recommander au pouvoir de prendre des actions. Celles-ci vont d’abord porter sur l'assainissement de l’espace urbain pour faire disparaître les miasmes, les mauvaises odeurs, les émanations censées propager dans l’air les microbes ou ce qui en tenait lieux.                                    
Stéphane Frioux, historien 

Le Duc d'Orléans pendant l'épidémie de Choléra
Le Duc d'Orléans pendant l'épidémie de Choléra
© Getty

Les épidémies se succèdent tout au long du XIXe siècle et en parallèle se développe l’idée d’une hygiène publique, prémisse du principe de santé publique. Pragmatiques, des grands patrons paternalistes de la Révolution Industrielle mettent en place des mesures d’hygiènes dans leurs usines pour éviter que la force de travail ne soit malade. L’État impose une pyramide de conseils de santé pour assainir les villes où l’espérance de vie est plus faible qu’à la campagne  

À la fin du XIXe siècle, ces artifices vont se transformer en un système centralisé d’expertise qui va préconiser la vaccination contre la variole en 1902 qui devient un autre acte fort de l’intervention de la santé publique.                                    
Stéphane Frioux, historien 

C’est finalement en 1902 que pour la première fois, l’idée de santé publique est inscrite dans la loi.

À lire : Comment se terminent les épidémies ?