Un ourson tirant la langue
Un ourson tirant la langue

À l'origine du nounours, un roi déchu - #CulturePrime

Publicité

À l'origine du nounours, un roi déchu

Par

Il était le roi des animaux, craint et sacré, il est devenu un doudou pour enfant. Voici l’histoire de l’ours, animal déchu.

Dès le Paléolithique, on retrouve dans la grotte Chauvet en Ardèche, un crâne d’ours sur un rocher entouré de douze autres crânes.

Il y a vers le fond cette fameuse salle aux ours, où l’on voit au centre de la pièce sur une espèce de promontoire rocheux, un crâne d’ours entouré au sol, en demi-cercle, de douze autres crânes d’ours. Un dispositif qui implique des rituels de type cultuel et une religion de l’ours. Michel Pastoureau, juillet 2015

Publicité
Les Animaux ont aussi leur histoire
30 min

De tout l’hémisphère nord, l’ours est l’animal le plus fort. Sacré roi des animaux, il est à la source de plusieurs contes slaves mettant en avant sa force ou sa ruse. Dans les récits mythologiques, il est associé à la divinité grecque Artémis.

Des récits folkloriques en font même un prédateur sexuel, avide de jeunes femmes, et donnant naissance à des êtres mi-hommes, mi-ours, guerriers indomptables et fondateurs de lignées prestigieuses chez les Germains.

Du fait de sa capacité à se mettre debout, il est souvent comparé à l’homme, Pline l’Ancien évoque même une sexualité de l’ours humaine, en face à face. Une aberration pour le christianisme qui place l’homme au-dessus des animaux.

La lutte de l'Église contre l'ours

Au Moyen Âge, l’Église veut imposer son dogme contre le paganisme.

Elle a même déclaré la guerre à l’ours à partir du haut Moyen Âge, et pendant 1 000 ans, elle a lutté contre la vénération rendue à cet animal. Michel Pastoureau

Dès 772, Charlemagne organise régulièrement de grandes campagnes d'élimination de l’animal. Des milliers d’ours sont massacrés pour lutter contre les cultes païens. En parallèle, l’Église multiplie les récits hagiographiques où des Saints domptent l’ours, affirmant ainsi leur supériorité sur l'animal. Alors qu’il était admiré pour sa force, les théologiens lui attribuent plusieurs péchés capitaux. Il incarne à lui seul la paresse, la colère, la gourmandise et la luxure. Pour Saint Augustin "L’ours c’est le Diable".

À partir du XIIe siècle, l’ours devient un animal de cirque ridiculisé sur scène ou dans les contes comme dans le célèbre Roman de Renart.

Par le Roi et à sa prière, je vous ordonne de faire une culbute. Il se plaça au milieu puis se prépara, arrangea son poil avec soin et se mis en état de faire une belle culbute. Il baissa la tête vers la terre puis continua le mouvement avec les fesses. Il tomba et la culbute fut si pénible qu’il fût contraint de péter devant tous. Extrait du Roman de Renart, XIIe siècle

Au début du XIIIe siècle, il est détrôné par un animal exotique auquel les Européens ne vouent pas de cultes païens : le lion. Il est le nouveau roi des animaux.

La peluche adorée

L’ours est perçu de façon négative jusqu’au début du XXe siècle. Mais en 1902, lors d’une partie de chasse le président des États-Unis, Theodore Roosevelt, épargne la vie d’un ourson. En hommage, un fabricant de jouet appelle un ours en feutrine "Teddy", surnom du président. C’est la naissance de Teddy’s Bear.

Exactement au même moment, dans la banlieue de Stuttgart, une jeune femme qui fabriquait des jouets en feutrine, présente le même objet : un ourson en peluche et feutrine qui a un grand succès en Allemagne. Donc, des deux côtés de l’Atlantique, au même moment, sans qu’il y ait contact, l’ours en peluche est né. Michel Pastoureau, 2015

Le succès est énorme sur les deux continents et les fabriques de nounours tournent à plein régime. La majorité des enfants occidentaux se voient offrir un ours en peluche, avec qui beaucoup créent un lien d’affection particulier. Animal vedette, on le retrouve également dans les livres pour enfant : Winnie, Prosper, Petit ours brun, Paddington Michka, Bonne nuit les petits, les Bisounours… jusqu’à aujourd’hui.  

À lire : “L’ours. Histoire d’un roi déchu” de Michel Pastoureau édition Seuil, 2007.