À l’origine du parti démocrate : un parti esclavagiste - #CulturePrime

Publicité

À l’origine du parti démocrate : un parti esclavagiste

Par

Si aujourd'hui, le parti démocrate américain se veut progressiste, à sa création les fondateurs, favorables à l'esclavage, étaient aux antipodes des principes actuels. Retour historique sur ce parti alors que les primaires démocrates s’organisent dans tout le pays.

La course à l'investiture démocrate est au cœur de la politique américaine pour plusieurs mois. Si aujourd'hui, le parti démocrate américain se veut progressiste, à sa création les fondateurs, favorables à l'esclavage, étaient très différents des principes actuels. Retour historique avec Nicole Bacharan sur ce parti politique. 

"Les ancêtres des démocrates faisaient partis de l’élite des planteurs sudistes, des gens dont le mode de vie, la fortune reposaient entièrement sur le système esclavagiste", décrit Nicole Bacharan, historienne.     

Publicité

En savoir plus : Une nouvelle génération prend d'assaut le Parti démocrate

Un parti à la fois républicain et démocrate 

Au XIXe siècle les partis politiques américains étaient radicalement opposés à ceux d’aujourd’hui, le parti démocrate était esclavagiste alors que le parti républicain était abolitionniste. En 1792, le parti démocrate est le descendant du parti républicain-démocrate fondé par Thomas Jefferson, auteur de la Déclaration d’indépendance. L’homme politique était favorable à l’esclavage puisqu’il possédait une plantation en Virginie avec de nombreux esclaves. 

Plus vieux parti politique américain, il se définit comme “anti-fédéraliste” : représentant les citoyens ordinaires et contre l’élite urbaine. "Le terme “démocrate” semble davantage attaché à la participation populaire, à la démocratie représentative. Le terme “républicain” est quant à lui centré sur une forme de gouvernement où il n’y a pas de monarques. Mais ce n’est pas très clair pour définir un parti politique…", explicite Nicole Bacharan.        

Convention des démocrates
Convention des démocrates
© Getty

Le parti républicain-démocrate vole en éclats au moment de désigner un candidat à la présidence. À cette époque, l’esclavage commence à être aboli au Nord, contrairement au Sud. Andrew Jackson décide de faire sa campagne auprès des fermiers du Sud, esclavagistes. Il se présente comme un candidat démocrate, anti-fédéraliste et populiste. Mais les élites puritaines ne le soutiennent pas et présentent un autre candidat, abolitionniste, qui gagne l’élection sous l’étiquette “national républicain”. Andrew Jackson gagnera l’élection suivante, en 1828. 

En tant qu'ancien général, une de ses premières actions est de confisquer les terres des Amérindiens. Il envoie des troupes fédérales pour expulser les autochtones et revendre les terres à des fermiers blancs. Ils seront déportés vers l’Ouest, en empruntant la “piste des larmes”, le nom donné au parcours de cette marche forcée où beaucoup vont mourir de faim et de froid. 

Le Nord et le Sud en désaccord

"Les intérêts du Nord industriel et du Sud agricole étaient vraiment très opposés et incompatibles. On sentait qu’on allait vers le conflit. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est le cas de le dire, ce fût l’élection d’Abraham Lincoln, républicain, le parti républicain était alors un jeune parti esclavagiste. En 1860, Lincoln est élu et c’est ce qui déclenche la sécession du Sud", raconte Nicole Barachan. 

Jefferson Davis, démocrate, créateur du premier parti politique et fervent défenseur de l’esclavagisme, prend la tête de ce conglomérat d’États du Sud.

En 1865, la guerre de Sécession prend fin et Abraham Lincoln, avant d’être assassiné, milite pour un amendement interdisant l’esclavage. Le 13e amendement est signé dans l'année 1865. 

C'est à la même époque que se forme le Ku Klux Klan, pour terroriser les citoyens noirs du Sud. À la tête du KKK à ses débuts, on retrouve un ancien délégué démocrate. Un lien étroit qui continuera puisque le président démocrate Woodrow Wilson soutiendra publiquement le KKK et la politique ségrégationniste plusieurs siècles plus tard. 

En savoir plus : Le Ku Klux Klan n'est pas mort

"À la fin de la guerre de Sécession, les planteurs sudistes n’ont pas changé de vision du monde, ils ont juste perdu la guerre. Assez rapidement, dans les décennies qui ont suivi la guerre, l’esclavage a été officiellement aboli mais le Sud, par étapes, est revenu à un système ultra-ségrégationniste, ultra-raciste. Les électeurs sudistes, les électeurs blancs ont continué à voter démocrate dans un système ségrégationniste extrêmement dur, extrêmement violent et cela a duré pendant presque un siècle", explique Nicole Barachan.           

1932 est l'année du tournant du parti démocrate, il se fera grâce à l’élection de Franklin Roosevelt pendant la crise économique. Le parti décide alors de s’emparer des questions autour du social, de l’emploi et de l’économie. Franklin Roosevelt devient le premier président démocrate à rompre avec la tradition des États du Sud et à négocier le fameux “New Deal” qui met fin à la mentalité démocrate anti-fédéraliste.