Abdellah Taia : "Je n'écris pas pour un public précis, pour un public occidental"

Publicité

Abdellah Taia : "Je n'écris pas pour un public précis, pour un public occidental"

Abdellah Taïa reçoit le Prix de Flore pour son roman "Le jour du roi" le 4 novembre 2010.
Abdellah Taïa reçoit le Prix de Flore pour son roman "Le jour du roi" le 4 novembre 2010.
© AFP - François Guillot

2006. Abdellah Taia est l'invité de Tewfik Hakem dans l'émission "Double culture" en 2006. Dans ce court entretien, il livre ses réflexions intimes sur son homosexualité, sur la vie parisienne, sur le rôle de l'écriture dans sa vie et sur sa relation conflictuelle avec la langue française.

Au micro de Tewfik Hakem, dans l'émission "Double culture" diffusée en 2006, l'écrivain marocain Abdellah Taïa reconnaît que le fait d'habiter à Paris où il s'est installé en 1999, lui permet de "dépasser les barrières intérieures". Il ajoute ainsi, "je m'appartiens à moi-même, ce qui n'est pas évident". Au sujet de son troisième livre L'Armée du Salut, il insiste bien sur le fait qu'il ne cherche pas le scandale quand il écrit, qu''il ne s'agit pas non plus de seulement raconter sa vie, mais qu'il s'agit bien de "donner à lire" une histoire .

RETOUR AU DOSSIER : Livre Paris 2017 : entretien avec quatre écrivains marocains

Publicité

A propos du français, l'écrivain rappelle qu'"à l'origine il y a un conflit avec cette langue" car au Maroc c'est un signe distinctif de classe. Il raconte alors par quelle façon détournée il a appris cette langue :

Je suis arrivé à la langue française, à "dealer" en quelque sorte avec cette langue grâce au cinéma.

Abdellah Taïa évoque à la fin de l'entretien, le "chaos" qui s'installe en lui, entre une société marocaine très familiale et collective et une société française plus égoïste mais où "le "je" peut exister par l'écriture, et c'est déjà beaucoup".

Abdellah Taïa au micro de Tewfik Hakem dans "Double culture" le 24/02/2006 sur France Culture.

14 min

Si j'écris c'est évidemment aussi pour m'éloigner du regard social et quand je suis dans l'écriture, il n'est surtout pas question de prendre en considération ce regard social, sinon je ne serai jamais, disons... écrivain. Et l'écriture quelque part, c'est quoi si ce n'est une sorte de... comment dire... de mise en danger.

  • "Double culture"
  • Première diffusion le 24/02/2006
  • Producteur : Tewfik Hakem
  • Réalisation : Viviane Noël
  • Indexation web : Odile Dereuddre, de la Documentation de Radio France