Abel Barbin, première icône intersexe

Publicité

Abel Barbin, première icône intersexe

Par

Il a écrit vers 1863 le premier témoignage connu sur l’intersexuation en Occident.

L'histoire d'Abel Barbin est aussi tragique que méconnue. Il a tout juste 30 ans quand il met fin à ses jours en 1868. À côté de son corps, les policiers retrouvent un manuscrit. Il s'agit d'une autobiographie unique qui détaille sa vie tourmentée.

Abel Barbin est né avec des caractéristiques sexuelles qui ne correspondent pas au cadre binaire masculin-féminin. Assigné fille à la naissance, il ne trouvera jamais son équilibre à l’âge adulte dans son identité d'homme. 

Publicité

Barbin n'arrive pas, en fait, à poser des mots clairs sur le mal profond qu'il ressent. Nous sommes à cette époque dans l'ordre totalement binaire. C'est-à-dire qu'il ne peut y avoir que deux sexes. Le sexe masculin ou le sexe féminin. Dans le manuscrit, sa souffrance revient quasiment à chaque page. Gabrielle Houbre, historienne à l'université de Paris

 Certificat de naissance de Barbin, en 1838.
Certificat de naissance de Barbin, en 1838.

L'incipit de ses mémoires est absolument "saisissant", selon Gabrielle Houbre, car il semble presque présager d'un "suicide annoncé" - même s'il est impossible de savoir si cette phrase a été ajoutée a posteriori ou non. Barbin écrit : "J'ai 25 ans et quoique jeune encore j'approche a n'en pas douter, du terme fatal de mon existence."

Une jeunesse brillante et tournée vers les lettres

Barbin mène une vie de femme sous le nom d'Herculine jusqu'à ses 22 ans. Surnommé "Alexina", il passe une partie de son enfance dans un couvent pour jeunes filles et démontre de grandes capacités intellectuelles. 

Certificat d'aptitude à l'instruction primaire de Barbin, en 1858.
Certificat d'aptitude à l'instruction primaire de Barbin, en 1858.

Brillant, il intègre l’École normale à 18 ans et devient instituteur. Depuis sa puberté, Abel se questionne sur son corps et sur sa sexualité car il se sent différent. Adolescent puis jeune adulte, il tombe plusieurs fois follement amoureux.

Ce qui rend aussi ce témoignage absolument formidable c'est que Barbin vient d'un milieu pauvre, de sabotiers. Barbin est à la fois très pieuse et très sociable, et visiblement très appréciée de tous les entourages qu'elle traverse. Gabrielle Houbre, historienne à l'université de Paris

Des examens médicaux poussés, vécus "comme un viol"

À l’âge de 22 ans, sa vie bascule. Barbin se présente chez le médecin avec de vives douleurs à l’aine. Le médecin lui livre un diagnostic inattendu : il serait “hermaphrodite”, un terme qui n'est pas péjoratif à l'époque.

On comprend bien, quand on lit ce manuscrit, à quel point Barbin a souffert des examens médicaux. Imaginez-vous que cette jeune fille qui, à aucun moment, n'a de contact avec la nudité, tout d'un coup, un médecin va l'ausculter une première fois. 

Alors, à cette époque, cela se passe la main sous les jupes, mais quand même : de sentir cette main d'homme sur son corps, c'est déjà extrêmement difficile - en plus c'est douloureux, puisqu'il y a une descente de testicule. Donc, c'est extrêmement inquisitorial et elle le vit très clairement - elle l'écrit. Elle le vit comme un viol. Gabrielle Houbre, historienne à l'université de Paris

Gravure montrant un examen médical réalisé sous les jupes d'une patiente, en 1840.
Gravure montrant un examen médical réalisé sous les jupes d'une patiente, en 1840.
© Getty - Becker & Bredel/ullstein bild

Au XIXe siècle, les personnes intersexes sont vues comme des "anomalies". 

Il y a l'idée, déjà, que l'individu "hermaphrodite" appartient à la médecine. C'est-à-dire que les médecins commencent déjà par dénier aux "hermaphrodites" la capacité à gérer eux-mêmes ou elles-mêmes leur propre vie. Ils sont perçus comme des corps pathologiques, pathologisés. Gabrielle Houbre, historienne à l'université de Paris

Après plusieurs examens médicaux poussés, l'état civil de Barbin est modifié. Une fois devenu officiellement Abel, il finit par quitter son poste d'instituteur et sa Charente natale pour vivre à Paris. Déraciné puis isolé, il perd contact avec ses proches. Barbin se suicide en 1868, huit ans après être devenu Abel.

J’ai beaucoup souffert, et j’ai souffert seul ! Seul ! Abandonné de tous ! Ma place n’était pas marquée dans ce monde qui me fuyait, qui m’avait maudit. Abel Barbin, extrait de ses mémoires

Portrait du philosophe Michel Foucault.
Portrait du philosophe Michel Foucault.
© AFP

Le manuscrit prend une dimension mondiale en 1978

Quatre ans après sa mort, les mémoires d’Abel Barbin sont publiées pour la première fois sous forme d’extraits par Ambroise Tardieu, un éminent médecin français. Son récit a un impact déterminant sur le milieu médical et lance un débat sur ce qu’on l’appelle à l’époque les "erreurs de sexe".

La vie d’Abel Barbin fait l’objet de nombreuses adaptations au théâtre, au cinéma, à l'opéra et ce, dès le XIXe siècle.

Il faudra attendre 1978 pour que la figure d’Abel Barbin atteigne son statut d’icône. Le philosophe Michel Foucault réédite ses mémoires et donne à ses écrits une dimension mondiale. Les mémoires d'Alexina B. ancrent les personnes intersexes dans l'histoire.

Drapeau de la communauté intersexe.
Drapeau de la communauté intersexe.
© Getty

Dès l'Antiquité, nous avons déjà des traces explicites de personnes intersexes, à toute époque et quelque soit le pays. Gabrielle Houbre, historienne à l'université de Paris

Aujourd'hui, la journée internationale de la visibilité intersexe et fixée au 8 novembre en France en souvenir du jour de la naissance d'Abel Barbin

À réécouter : Rencontres intersexes (R)
27 min

Pour plus d'informations sur la communauté intersexe, se rendre sur le site du Collectif Intersexes et Allié.e.s.