Adèle Haenel, Grand remplacement, Bakounine et Le Greco : la Session de rattrapage

Publicité

Adèle Haenel, Grand remplacement, Bakounine et Le Greco : la Session de rattrapage

Par
La Session de rattrapage
La Session de rattrapage

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous à la Session de rattrapage pour la recevoir gratuitement par email chaque semaine

Bonjour à toutes et à tous, 

Publicité

c'était dimanche dernier : l 'actrice Adèle Haenel accuse le réalisateur Christophe Ruggia d'attouchements et de harcèlement sexuel lorsqu'elle était mineure. Alors qu'aux Etats-Unis, le mouvement #MeToo avait déclenché une libération de la parole sur les violences sexuelles, notamment avec l'affaire Harvey Weinstein, en France la parole de l'actrice et l'enquête de Médiapart qui l'accompagne semblent ouvrir un deuxième temps de #MeToo, en s'attaquant cette fois à l'omerta qui persiste sur la question des violences sexuelles dans le cinéma français. Le réalisateur Christophe Ruggia, qui a été radié dès lundi de la Société des réalisateurs de films, a de son côté nié toute agression, tandis que la justice s'est saisie de l'affaire. Mais face à l'indigence de cette dernière dans ce genre de dossiers, et comme le revendique Adèle Haenel elle-même, faut-il être puissant socialement pour voir sa parole entendue ? Bonnes écoutes. Pierre Ropert

COMPRENDRE

Renaud Camus (à gauche), théoricien du "Grand Remplacement" lors d'une manifestation anti-immigrés à Montpellier en 2016.
Renaud Camus (à gauche), théoricien du "Grand Remplacement" lors d'une manifestation anti-immigrés à Montpellier en 2016.
© AFP - PASCAL GUYOT

Le Grand remplacement. Le mythe d’une invasion migratoire, depuis près d'un siècle, traverse la France à intervalles réguliers, accompagné de ses prophètes de la submersion étrangère lançant leurs carrières littéraires et politiques sur le dos de l’immigration. Maintenant c'est aux Etats-Unis que les suprématistes américains, désinhibés par les discours de Trump, emboîtent le pas de l'écrivain français Renaud Camus et de sa théorie du "grand remplacement". ( Mécaniques du complotisme, 5x15 min)

Retenir son souffle à Rouen. "Si on voyait nos animaux de compagnie englués dans le pétrole, je pense que ça aurait plus d'impact. Là, c'est invisible. On nous dit dormez tranquille, tout va bien." L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen a brûlé plus de 9 505 tonnes de produits chimiques. Un mois plus tard, les habitants sont toujours très inquiets. ( Les Pieds sur Terre, 28 min)

Jackpot ? L’Etat français est en passe de céder l’un de ses bijoux de famille : la Française des Jeux. Cette privatisation est-elle une bonne affaire pour les Français, qu’ils soient investisseurs, ou non ? ( La Question du jour, 6 min)

Un Brésil militariste. "L'erreur de la dictature a été de torturer sans tuer" avait déclaré Jair Bolsonaro au micro d’une radio brésilienne en 2016. Deux ans plus tard, le 28 octobre 2018, cet ancien militaire de réserve, est élu à la tête du Brésil grâce à une campagne marquée par un discours sécuritaire. Comment interpréter l’arrivée au pouvoir d’un nostalgique de la dictature militaire ? ( Cultures monde, 58 min)

APPRENDRE 

Mikhail Bakounine par Félix Nadar.
Mikhail Bakounine par Félix Nadar.
- Wikicommons

Bakounine, l’anarchiste. Il y a beaucoup d'idées reçues sur l'anarchisme : casse, opposition violente, mort de l'ordre et des lois... Mais qu'est-ce qu'était l'anarchisme pour son fondateur, le philosophe Mikhaïl Bakounine ? ( Les Chemins de la philosophie, 59 min)

Féminisme lesbien. La pensée politique lesbienne émergente dans le mouvement de libération des femmes, incarnée par la formule de Monique Wittig "Les lesbiennes ne sont pas des femmes", a provoqué une scission entre féministes. Dans les années 70, à l'heure du Mouvement de libération des femmes, les lesbiennes voient leur pensée, qui politise l'hétérosexualité, ostracisée. ( LSD, la série documentaire, 54 min)

Aux origines du génie littéraire. De Flaubert à Sartre en passant par Proust, nombreux sont les génies qui parcourent l'histoire de la littérature. Néanmoins, ils n'émergent pas de nulle part : quelles sont les conditions sociales qui rendent possible l'existence de ces génies ? ( Entendez-vous l'éco, 58 min)

(RE)DECOUVRIR 

GRECO (Domínikos Theotokópoulos) Le Christ chassant les marchands du Temple Vers 1575 huile sur toile; 116,9 x 149,9 cm.
GRECO (Domínikos Theotokópoulos) Le Christ chassant les marchands du Temple Vers 1575 huile sur toile; 116,9 x 149,9 cm.
- The Minneapolis Institute of Arts

Greco, le prodige. Cet artiste donna autant de poids aux nuages qu'aux personnages terrestres qu'il représenta. Autant de flammes aux saints bientôt consumés qu'aux éclats qui dans le ciel devaient manifester des interventions divines. Il s'appelait Domínikos Theotokópoulos, dit Le Greco. ( L'Art est la matière, 58 min)

L'insurrection dans le viseur. "Je ne me considère pas comme un photographe de guerre. La guerre, c'est quelque chose comme un no man's land de la vie. On vit très intensément mais on ne vit pas du tout." Retour avec le photographe Yan Morvan sur une carrière qui l'a amené à capturer des moments d'histoires individuelles et collectives. ( La Grande Table, 27 min)

Apocalypse now. A l'inverse des discours collapsologiques qui se font passer pour de la science, les fictions de la fin du monde peuvent s'avérer particulièrement précieuses pour contribuer à faire émerger un nouvel horizon et même une nouvelle utopie politique. ( La Suite dans les idées, 43 min)

LA CITATION

Edna O'Brien en 2013 au Festival international du livre d'Edimbourg
Edna O'Brien en 2013 au Festival international du livre d'Edimbourg
- Jeremy Sutton-Hibbert

Cette semaine la citation nous vient de l'écrivaine irlandaise Edna O'Brien. Son dernier livre Girl donne voix à une jeune fille enlevée, séquestrée et violentée par les djihadistes de Boko Haram au Nigéria. Marie Richeux s'est entretenue, à Londres, avec celle qui vient d'obtenir un prix Femina spécial pour l'ensemble de son oeuvre :

Un écrivain n'a besoin que d'entrapercevoir la violence - ou la beauté, d'ailleurs -, pour l'absorber et pour en restituer une histoire qui soit plus longue, et qui soit aussi perturbante. [...] Quand j'écris sur la violence, je ne veux pas que ce soit dans un  style de série B. Je veux que ce soit cru, que ce soit féroce, mais aussi ironiquement, qu'il y ait une forme de poésie là-dedans.

Et on termine cette Session de rattrapage avec un peu de virelangue : "Chez les Papous, il y a des Papous papas et des Papous pas papas. Il y a aussi des Papous à poux et des Papous pas à poux"... Ça vous démange ? Rien de plus normal, qu' on évoque les puces, les punaises de lit ou surtout les poux, on en vient immanquablement à se gratter. Bonne nouvelle pourtant, si le pediculus humanus a longtemps transmis les pires maladies et fait des millions de morts, il n'est guère plus, de nos jours, qu'une hantise propre aux rentrées scolaires. A la semaine prochaine !