Publicité

Afrique : la guerre des chaînes satellitaires aura bien lieu

Par

**La nouvelle chaîne télévisuelle d'information al Qarra tente de s'imposer sur le continent africain grâce à une stratégie multilingue et un format majoritairement tout image. Mais réussira t-elle son pari, en particulier face au mastodonte qatari al Jazeera ? **

La prépondérance des chaînes al Jazeera et al Arabiya durant le « Printemps arabe » a été flagrante. A tel point que la première a même côtoyé CNN au sein de la Maison blanche. Et cela a également été le cas en Afrique, en particulier au Maghreb et en Egypte. Mais si elles représentent une « contre-voie », tantôt arabe (al Jazeera Arabic, al Arabiya), tantôt « du Sud » (al Jazeera English), l'Afrique toute entière peut-elle s'y retrouver ? La question se pose désormais, en particulier avec le lancement d'une nouvelle chaîne continentale, al Qarra, « la chaîne d'information de toute l'Afrique », qui diffuse déjàpar satellite en français et en arabe. Ce lancement est, d'une certaine manière, politique, sans forcément être de parti pris. Najib Gouiaa, son Directeur Général, interrogé sur notre antenne, ne le cache d'ailleurs pas : « On a constaté que l'image que propage les médias internationaux sur l'Afrique influe sur l'idée que les Nord Africains ont sur les Subsahariens et vice-versa. On a également constaté que dans cette période de transition, d’ébullition dans les pays arabophones de l'Afrique, seules des chaînes des pays du Golfe ont couvert ces évènements et les ont couvert de manière assez sensationnaliste, pour ne pas dire partisane. Face à ce bouillonnement, on voulait répondre à un besoin d'information qui serait continental. » Et pour se différencier, al Qarra souhaite proposer de l'information régionale, mais traitée de manière locale, réalisée avec des correspondants sur place, et non entièrement depuis Dubaï, Doha ou Washington. Et cela même si sa rédaction permanente est, quant à elle, basée à Paris...

Publicité
al Qarra
al Qarra

Diversité(s)

Mais si al Qarra se veut être « la chaîne d'information de toute l'Afrique », pourra t-elle être celle de toutes les Afriques ? « On est conscient des disparités entre les diverses régions de l'Afrique mais on est aussi conscient que l'Afrique est de plus en plus qualifiée de continent de l'avenir, qui est re-convoité. Je pense que le paysage audiovisuel africain a besoin de plus qu'un média. Ce choix de l'information en continu, en format tout-image, nous pensons qu'il est utile et attendu sur le continent par ce qu'il n'y a pas de chaîne qui traite de l'information Sud / Sud sur le continent. » Pour réussir, al Qarra sait qu'elle doit s'imposer vite et bien : « Sur trois ans, on a choisi de travailler sur les trois principales langues du continent : le français, l'anglais et l'arabe. Mais on espère développer d'autres versions linguistiques, d'autres langues du continent. » La version anglophone devrait d'ailleurs être lancée d'ici quelques mois, « en mars ou en avril ».

Stratégies médiatiques

France24 Arabic
France24 Arabic

Consciente que la rapidité d'implantation est la clé d'éventuels futurs succès, d'où ces déclinaisons linguistiques, al Qarra sait également qu'elle est loin d'être la seule à lorgner sur ce « continent de l'avenir ». C'est par exemple le cas de la version arabophone de France 24, en particulier en Tunisie. Le continent fait également figure de cible privilégiée de la stratégie d'influence chinoise, qui passe de la promotion de sa langue à des échanges économico-politiques, et qui utilise, sur le plan audiovisuel, le canal francophone de sa chaîne CCTV ( CCTV-F), qui vise clairement à capter les téléspectateurs africains, avec par exemple ses éditions Afrique Infos *. * La chaîne TV5 Monde à également fait de l'Afrique l'un de ses principaux coeur de cible. Mais la menace principale semble venir du groupe qatari al Jazeera. Déjà bien implanté, en particulier au Maghreb, grâce à sa chaîne initiale arabophone et, à plus large échelle, grâce à sa version anglophone, al Jazeera souhaite accentuer son avance en régionalisant à nouveau l'information, comme c'est déjà le cas dans les Balkans. Ainsi, le groupe prévoit de lancer cette année al Jazeera Kiswahili, dont la rédaction serait installée à Nairobi (Kenya), et qui couvrirait toute l'actualité de l'Afrique de l'Est. Soit un audimat potentiel d'environ 100 millions de téléspectateurs.

Par rapport au Proche et au Moyen-Orient, et à l'inverse de son secteur radiophonique, objet d'une concurrence féroce entre puissances régionales comme étrangères, l'Afrique avait été jusqu'ici relativement préservée du conflit satellitaire international. Mais ces récentes évolutions font clairement basculer la donne. En Afrique, la guerre des chaînes satellitaires aura donc bel et bien lieu. Reste à voir si les Africains en seront bien les principaux bénéficiaires, grâce au pluralisme et à la diversification du paysage audiovisuel que cela devrait engendrer.

*** Th. C.** *

Ecouter le podcast de l'émission « Le financement de la BD, Al Qarra TV, Free Mobile, La culture dans les salles de sport »

A lire également sur le blog : « Le soft power à l'âge du tout médiatique », 01/02/2012 et « Le lent et difficile essor du soft power chinois », 09/01/2012

Crédit vignette : Ruddington Photos / Flickr.com

Pour rester informé de l'actualité de Soft Power , des invités des émissions à venir et des publications sur le blog, n'hésitez pas à rejoindre la page Facebook de l'émission.