Publicité

Age, diplôme, revenus... qui sont les abstentionnistes du second tour des législatives ?

Par
Bureau de vote à Toulouse lors du second tour des élections législatives
Bureau de vote à Toulouse lors du second tour des élections législatives
© AFP - Alain Pitton / NurPhoto

Le taux historique d'abstention au second tour (57,36%) cache d'importantes différences selon l'âge, le lieu d'habitation ou les catégories socio-professionnelles.

Avec 57,36% d'abstention, le second tour des élections législatives cru 2017 a battu un nouveau record historique, dans la foulée du premier tour. Mais ce niveau très symbolique masque des écarts importants selon le profil des électeurs. Revue de détail avec notre partenaire Ipsos Steria pour France Télévisions, Radio France LCP AN, RFI-France 24 et Le Point.

A LIRE Abstention : 50 ans de montée vers les sommets

Publicité

Lieu d'habitation : des différences fortes

C'est très net sur notre carte de France -fondée sur les résultats officiels : les disparités d'abstention sont très fortes d'une circonscription à l'autre. On s'abstient ainsi beaucoup plus fortement dans la Seine-Saint-Denis qu'en Bretagne. La taille de l'agglomération, en revanche, joue peu sur le taux d'abstention : on vote autant dans les campagnes que dans les grandes villes.

Abstention selon la taille de l'agglomération
Abstention selon la taille de l'agglomération

Age : les jeunes votent moins

Vote selon l'âge
Vote selon l'âge

C'est l'un des paramètres les plus clairs : plus les électeurs sont jeunes, moins ils se sont déplacés pour voter. Mais la désertion des urnes touche bien plus largement que les 18-24 ans. Entre 25 et 34 ans, seul 3 Français sont 10 se sont déplacés ce 18 juin.

Statut professionnel : les cadres et les retraités se déplacent plus que les autres

Vote selon le statut professionnel
Vote selon le statut professionnel

Autre enseignement attendu : le taux d'abstention au regard du statut professionnel. Si les retraités sont les champions de la participation (40% d'abstention, ce qui est plus de 16 points sous le taux moyen), les ouvriers (69%), les employés (65%) et les professions intermédiaires (63%) votent bien moins que la moyenne des Français.

Revenus : la faiblesse des revenus, moteur de l'abstention

Abstention selon le niveau de revenus
Abstention selon le niveau de revenus

Là encore, la différence est très nette : plus les revenus sont faibles, plus l'abstention est forte. A moins de 1250 euros mensuels, l'abstention monte à 68%. Au-delà de 3000 euros mensuels, elle est à 50%, sous la moyenne des Français.

Les électeurs de Le Pen et Mélenchon s'abstiennent plus que les autres

Abstention selon le vote au premier tour de l'élection présidentielle
Abstention selon le vote au premier tour de l'élection présidentielle

Sans surprise, les électeurs d'Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle se sont moins abstenus que la moyenne des Français, avec 42% d'abstention, un niveau logique au regard du nombre de candidats LREM présents au second tour. Même type de mobilisation pour les électeurs de François Fillon et, dans une moindre mesure, pour ceux de Benoît Hamon, ce qui explique aussi la résistance de leurs candidats. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (61% d'abstention) et, surtout, ceux de Marine Le Pen (66%) ont eux plus boudé les urnes.