Agnès Hurstel, passer du stand-up au format série

Agnès Hurstel lors de la remise des Topor d'Or 2018
Agnès Hurstel lors de la remise des Topor d'Or 2018

Agnès Hurstel, passer du stand-up au format série

Publicité

Agnès Hurstel, passer du stand-up au format série

Par

Dans la série "Jeune et Golri", élue meilleure série au festival Séries mania 2021, la comédienne raconte les dessous du stand-up, cette "jungle nocturne et étrange".

Agnès Hurstel est humoriste et comédienne de stand-up. Elle écrit également des billets humoristiques à la radio. Dans son écriture, la jeune autrice veut réinventer les formes de narration comique. Avec la série Jeune et Golri, qu'elle a coécrite et qu'elle interprète, elle raconte ses années de stand-up dans les caves nocturnes. 

Le stand-up, c'est super, mais tu écris seule, tu joues seule, tu es responsable de faire rire des gens pendant une heure toute seule. Tu prends ton shoot et quand tu sors, ça va mieux. Sauf quand tu fais un bide. Et c'est terrible. Mais c'est comme une école, c'est comme une salle de sport.Agnès Hurstel 

Publicité

La série dépeint un univers en pleine mutation, entre bizutages bienveillants et l'envie de trouver de nouveaux récits émancipateurs.

Par les temps qui courent
43 min

C'est vraiment une espèce de jungle nocturne, interlope, étrange. C'est une discipline jeune. Il y a beaucoup moins de femmes que d'hommes. C'est une place à prendre, un combat. Les femmes ont peut être moins besoin aujourd'hui de prendre leur place dans quelque chose de "provoc" ou de "cul". Aujourd'hui, il y a des femmes qui parlent de dépression, d'amour. On a plaqué aussi sur moi quelque chose de très "empowerment", voire de "sexpowerment", de très "cash", comme si j'étais la fille de Blanche Gardin. Les autres te mettent dans une case alors que toi, tu ne ressens pas forcément ça. En ce qui me concerne, j'ai fait exactement le même chemin que le personnage de Prune dans la série. J'ai compris qu'il fallait que je sois en échec sur scène et pas les gens dont je me moquais. Il fallait que mes vannes ne soient jamais mesquines et vaines et que l'important, c'était l'autodérision et que ce soit moi dont je me moque. Agnès Hurstel

Une manière originale d'aborder le sexe

Agnès Hurstel fait partie d'une génération d'humoristes qui veulent aussi parler de sexe autrement, avec des scène intimes et un rapport au corps décomplexé.

J'avais envie de voir des fictions qui me racontent la sexualité qu'on connait dans la vie. Ce qui était important pour moi, c'est que ce ne soit pas esthétisé et que ce soit rigolo. Je trouve que c'est super de pouvoir aborder la sexualité dans une perspective positive, joyeuse et marrante. Agnès Hurstel 

Sur les scènes de stand-up, dans ses chroniques ou dans l'écriture de la série, la comédienne pratique une forme d'autofiction, entre anecdotes vécues et moments imaginés.

Ce qui m'a donné envie de faire de l'autofiction, ce sont les premiers films d'Yvan Attal, il y a quinze ans, "Ma femme est une actrice", etc. Dans la littérature, il y a Romain Gary par exemple, avec "La promesse de l'aube". C'est censé être une autobiographie, mais il ment ! L'histoire des deux cent lettres à sa mère, c'est faux ! J'aime bien cette idée d'enlever le quatrième mur, d'être le plus naturaliste possible. Pour arriver à cela, il faut réussir à te faire croire que je suis à côté de toi, que je suis toi, ta meilleure copine. Je te fais croire que c'est moi qui parle, mais je dis n'importe quoi. Sauf que, comme je te le dis de manière hyper désamorcée, détendue, en mouvement, en tenant un micro et en disant "je", eh bien, tu crois que c'est vrai. Et à l'inverse, il y a des moments où je raconte des histoires tellement improbables, en prenant une voix, en faisant un personnage de fiction, en faisant des gestes... alors qu'en fait je raconte quelque chose de vrai, mais personne n'y croit. C'est ce que j'appelle le "mentir-vrai". Agnès Hurstel 

Dans la lignée de "Fleabag"

Dans ce passage du stand-up à la série, il y a aussi pour la jeune autrice l'influence des comédies anglaises récentes : Sharon Horgan, Phoebe Waller-Bridge avec sa série Fleabag ou Frankie Shaw, avec des récits de femmes "qui boivent et qui vont mal" et des histoires "très drôles et très corrosives".

Pour sa série "Jeune et Golri", Agnès Hurstel a reçu le prix de la meilleure série française à l'édition 2021 du festival Séries Mania.

La Dispute
56 min