Publicité

Aimé Jacquet : "Le football ce n'est pas que du jeu, c'est aussi du professionnalisme"

Aimé Jacquet lors d'un entraînement de l'équipe de France à Clairefontaine le 14 juin 1998.
Aimé Jacquet lors d'un entraînement de l'équipe de France à Clairefontaine le 14 juin 1998.
© AFP - Gabriel Bouys

2006. Second volet avec l'ancien entraîneur de football, Aimé Jacquet, dans une série d'"A voix nue" qui lui est consacrée. Il raconte alors sa carrière d'entraîneur et comment il nouait des relations très profondes avec ses joueurs, empruntes de respect et d'écoute.

Dans ce deuxième entretien de la série "A voix nue", Aimé Jacquet revient sur ses débuts d'entraîneur de club, pour lui un métier synonyme de "passion, générosité". Il pense justement réunir ces deux qualités en lui.

Quand on est joueur on ne pense qu'à soi, tandis que quand on est entraîneur il faut penser aux autres. Il faut penser à tout et à tout l'environnement.

Publicité

"A voix nue" avec Aimé Jacquet (2/5) le 06/06/2006 sur France Culture : parler le football.

25 min

Un entraînement, ça se prépare. Un entraînement, c'est un langage avec des argumentations, de la motivation. Il faut avoir un langage, un fil conducteur, un objectif, des thèmes. On croit qu'on est prêt... et puis, non ! [...] Vous réalisez que vous ne pouvez pas tout maîtriser.

Quand il est arrivé à Saint-Etienne, Aimé Jacquet reconnaît que pour lui "c'est là que tout a basculé" : "Je faisais un peu la fête et là j'ai compris que si je voulais faire du football, il faut faire autre chose."

Le sélectionneur de l'équipe de France rend hommage à deux figures du football. Jean Snella, avec des gens comme lui, "on est dans l'explosion personnelle", s'enflamme-t-il. Et aussi et surtout les causeries d'Albert Batteux : "Il vous parlait football pendant des heures". "J'ai tout pompé sur lui, j'ai tout pris", reconnaît-il.

Mes causeries de la Coupe du monde, c'était des heures de préparation. Je dis bien : des heures !

Sur sa relation avec les joueurs, il prend soin de ses hommes."Comme le joueur est sur le terrain, il est dans la vie."

Vous connaissez bien vos joueurs, mais vous avez l'obligation de bien connaître vos hommes.

Aimé Jacquet défend sa tenue en survêtement pour les entraînements, même s'il doit passer pour "un peu vieux à l'heure actuelle". Il réserve le costume-cravate pour les déplacements.

Ma tenue d'expression, de communication, c'est le terrain, c'est l'entraînement, c'est le survêtement. C'est là qu'on se sent bien. [...] Je reste bien à mon niveau, bien à ma place et dans mon moyen d'expression, et moi c'est le survêtement, c'est le bleu de chauffe !

Sur ses déboires la neuvième année en tant qu'entraîneur de club chez les Girondins de Bordeaux puis son passage à Montpellier, Aimé Jacquet reste très lucide :

Ça m'a permis peut-être de refaire le point, de revoir certaines choses, de me remettre en cause. Parce qu'on est dans une aspiration, on arrive à croire qu'on a inventé le foot, hein ! On se persuade que c'est nous les meilleurs... Foot : humilité, simplicité.

  • "A voix nue" avec Aimé Jacquet 2/5
  • Producteur : Xavier de La Porte
  • Réalisation : Luc Jean Reynaud
  • Première diffusion le 06/06/2006
  • Indexation web : Odile Dereuddre de la Documentation de Radio France