Publicité

Alain Robbe-Grillet : “Philippe Noiret a beaucoup souffert pendant le tournage. Il pleurait entre les prises”

1989. Dans ce septième entretien "A voix nue" de France Culture, c’est plutôt le cinéaste qui prend la parole : Alain Robbe-Grillet raconte sur un ton malicieux de nombreuses anecdotes sur ses films Jouer avec le feu et L’Eden et après. Dans ce dernier film, “il n’y avait pas de scénario”.

Septième entretien "A voix nue"  diffusé sur France Culture, Alain Robbe-Grillet dénombre trois catégories d’acteurs, plus ou moins partie prenante dans les tournages. Une expérience, réussie pour Jean-Louis Trintignant qui obtient un prix à Berlin,  très douloureuse pour Philippe Noiret qui refusera de voir le film. Alain Robbe-Grillet évoque enfin l’actrice Catherine Jourdan, dont il tombe amoureux pendant le tournage de L_’Eden et après._

"A voix nue" avec Alain Robbe-Grillet 7/10 le 12/09/1989

28 min

Il y a un acteur qui est un excellent acteur [...]c’est Trintignant. J’ai fait de nombreux films avec lui. Il a toujours été extrêmement coopératif et chaleureux. On avait l’impression qu’il était en train de faire le film lui-même. Et la première fois qu’il a eu un grand prix d’interprétation dans un festival international c’était pour un de mes films : L’Homme qui ment, à Berlin. Trintignant est un acteur qui aime jouer, c'est-à-dire non pas « incarner » un personnage, mais jouer un personnage presque au sens où Brecht l’entendait. Il y a toujours chez lui et son rôle une distance critique qui est du domaine du jeu, de la création cinématographique et qui est du domaine de l’humour et il le fait formidablement bien. C’est pour ça que je l’ai utilisé si souvent.

Publicité
  • 1ère diffusion : 12/09/1989
  • Production : Renaud Camus
  • Réalisation :Marie- Andrée Armynot
  • Indexation web : Véronique Vecten, de la Documentation de Radio France