Publicité

Alain Touraine : "Une société qui ne se pense pas ne peut que s'enfoncer dans la décadence"

Par
Appartenances collectives et identité
Appartenances collectives et identité
© Getty - Virginie Fossé / EyeEm

Comment redire ce commun que l’homme porte en lui ? Comment se passer, pour agir efficacement, d’un principe de totalisation des actions capables d’agir sur le tout et en tant que partie d’un tout ? L’articulation entre identité individuelle et appartenances collectives.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Nos pensées immédiates entravent notre capacité à reconnaître et nommer la réalité éventuelle des collectifs et nos sociétés semblent faire des droits subjectifs leur alpha et leur oméga. Pourtant, nous ne cessons d’essayer de définir le "nous", de réaffirmer le "lien social", d’assurer "l’intégration politique", de raviver "l’appartenance". Si nos inquiétudes pointent la question de l’appartenance commune, si on ne peut pas esquiver ces déterminations dans une société d’hommes libres, dans un corps politique libéral, comment expliciter notre critère d’identité collective ?

Un débat enregistré en mai 2017.

Publicité

Alain Touraine, sociologue

Philippe Descola, anthropologue

Vincent Descombes, philosophe

Olivier Roy, politologue.

POUR ALLER PLUS LOIN : Les questions de la Cité