Albert Dieudonné interprète Napoléon dans le film d'Abel Gance
Albert Dieudonné interprète Napoléon dans le film d'Abel Gance

Albert Dieudonné, l'acteur du "Napoléon" d'Abel Gance qui voulait vraiment être Napoléon

Publicité

Albert Dieudonné, l'acteur du "Napoléon" d'Abel Gance qui voulait vraiment être Napoléon

Par

Netflix va participer au projet de restauration du "Napoléon" d'Abel Gance avec La Cinémathèque française. Ce film épique, sorti en 1927, est cité comme l'un des films les plus audacieux du cinéma, notamment sur le plan technique. Mais il a marqué aussi grâce à Albert Dieudonné, son acteur.

Il est l’autre Napoléon. Albert Dieudonné a si bien incarné l'Empereur à l'écran qu'il a fini par se prendre pour lui.  

Bonaparte est probablement le personnage historique le plus joué au théâtre et au cinéma. Il a été interprété par des centaines de comédiens, comme Marlon Brando, Dennis Hopper ou Ian Holm. Pourtant, aucun n’a mis autant de passion dans ce rôle que le flamboyant Albert Dieudonné.

Publicité

“D'avoir cru pendant quelques secondes être ce personnage que l’on recrée, qu’on fait revivre, eh bien il vous reste tout de même... un petit quelque chose.”  Albert Dieudonné 

Albert Dieudonné naît en 1889 à Paris rue Kléber, du nom de l’un des généraux de l’Empire. Il est le petit-fils d’un grand comédien. Enfant, il est fasciné par les récits napoléoniens. À 19 ans, il débute comme comédien et joue Napoléon dans une pièce de théâtre.

Dans les années 1920, Abel Gance prépare sa grande fresque sur l’Empereur. Il est alors l’un des réalisateurs les plus novateurs et reconnus de l’époque. Pour incarner Bonaparte, il songe au poète Léon-Paul Fargue, à Werner Krauss et même à Sacha Guitry.

Albert Dieudonné, qui a déjà joué dans des films d’Abel Gance, convoite le rôle.

29 min

Abel Gance raconte ainsi son impression sur le comédien : “Sa profonde connaissance de l’époque et son engouement, son enthousiasme pour le personnage de Bonaparte finissaient par m’influencer, mais j’étais très loin de penser qu’il pourrait le jouer.”

Une révélation lors de l'audition improvisée

Un soir, alors que le cinéaste, travaille sur le scénario depuis une pièce du château de Fontainebleau, Albert Dieudonné se présente aux grilles… habillé en costume de Napoléon.

Abel Gance raconte l'anecdote à France 3 en 1976 : "Il arrive, il sonne, le gardien dit : 'Qu'est-ce que c’est ?'
- C’est Bonaparte !
- Bona…(il baragouine)
- Ouvre imbécile !
Quelle peur, quel saisissement. Alors Dieudonné va dans la grande salle, le long de la grande table et je lui dis : 'Maintenant Albert tu vas dire ce que tu diras à l’armée d’Italie : soldats, vous êtes nus etc.'
Et le voilà qui le dit, dans cette ambiance, tellement imbu de ce personnage, avec son vrai costume, dans le décor réel, j’ai dit 'bon, tu joueras le rôle'”.

Le tournage dure deux ans, compte des kilomètres de pellicule et des milliers de figurants. Le regard perçant de Dieudonné, sa gestuelle théâtrale rendent sa présence mystique à l’écran. Une grande partie du tournage se fait à Ajaccio.

Christine Leteux, historienne du cinéma : “Ils ont un accueil absolument formidable des Corses qui sont ravis de ce tournage et quand Dieudonné se promène avec sa perruque et son accoutrement, les gens le saluent : 'Vive Bonaparte', c'est de la folie."

Dieudonné est fait citoyen honoraire de la ville. Mais le tournage comporte aussi des scènes éprouvantes pour l’acteur, notamment la séquence de la tempête.

Christine Leteux : "Il est dans un petit bassin, on jette sur lui des centaines de litres d’eau à partir de barils perchés en haut du studio. Le malheureux a quand même le droit à une semi noyade à chaque fois."

Le film sort en 1927, il est frappé en même temps de succès et de malédiction. Son audace technique, son souffle épique et le charisme de Dieudonné marquent les esprits. Mais l’arrivée du parlant quelques mois plus tard éclipsent le film et son comédien. Abel Gance ne tourne la suite de l’épopée qu’en 1960, avec Pierre Mondy dans le rôle principal.

Mais le “fantôme” de Bonaparte ne quitte jamais Albert Dieudonné. Il l’incarne de nouveau dans Madame Sans-Gêne en 1941, aux côtés d'Arletty.

Ça a frappé tous les types qui ont joué Napoléon… Je crois que les Jeanne d’Arc, les Napoléon, il ne faut pas toucher à ces gars-là… ça réussit pas. Arletty

Dieudonné délaisse le cinéma pour donner des conférences sur l’époque impériale. Il écrit des fictions sur son idole. Contrairement aux rumeurs lancées après la sortie du film d’Abel Gance le comédien grandiloquent ne bascule pas dans la folie.

Effectivement, je me suis cru Napoléon. Mais je me suis cru Napoléon au moment où je me trouvais sur le studio et où Gance me disait : tu es prêt ? Alors à ce moment-là, vraiment je me croyais Napoléon. D’ailleurs n’est-ce pas le génie d’un acteur de se croire le personnage qu’il représente ? Albert Dieudonné

Il joue même de cette image avec beaucoup d’humour et d’autodérision lors de retrouvailles en public avec Abel Gance, en 1955.

"Mais, dois-je vous appeler Albert ou Majesté ?
- Majesté, je préfère, j’en ai l’habitude… Je ne suis pas le seul à me croire Napoléon il y en a d’autres, mais enfin les autres, ce ne sont que des usurpateurs…(Rires)."

Dieudonné finit ses jours dans sa propriété en Touraine et meurt à 86 ans. Il est enterré dans le costume qui lui a donné sa renommée. Pour son 130e anniversaire, en 2019, des dizaines de personnes lui ont rendu hommage dans une cérémonie digne des honneurs militaires.

2h 19