Publicité

Alep, gaullisme, Faithfull, Tchekhov : la Session de rattrapage

Par
Marianne Faithfull, la conquête de l'Ouest et Charles de Gaulle
Marianne Faithfull, la conquête de l'Ouest et Charles de Gaulle
- AFP, Getty

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Alep est sous le feu de l'armée de Bachar el-Assad, soutenue par les forces militaires russes qui interviennent en Syrie depuis maintenant un an. 250 000 personnes sont prises au piège de la ville, sur le point d'être rasée. Face à cette situation dramatique, le Conseil de sécurité onusien a organisé il y a quelques jours une réunion d'urgence. Mais Alep n'enterrera-t-elle pas les Nations unies, impuissantes face à la crise syrienne, paralysées par le veto dont dispose chacun des cinq pays qui y siègent ? "J’ai peur alors que je n’avais jamais eu peur. Que faire ? Le Destin a tourné", chante la jeune syrienne Waed Bouhassoun, accompagnée de son oud, empruntant ces mots à une poésie nabatéenne qui résonne tragiquement avec l'actualité. Alors, question : où est passé le devoir d'ingérence ? Bonnes écoutes, Hélène Combis-Schlumberger

COMPRENDRE

Bain de foule pour Charles De Gaulle à la fin des années 1960
Bain de foule pour Charles De Gaulle à la fin des années 1960
© Getty - Wally McNamee/CORBIS

Le fantôme de Charles de Gaulle. Dans la bataille pour l’investiture, que ce soit au centre, à droite, ou à l'extrême-droite, les caciques de la primaire ne se réclament guère de l'héritage gaulliste. Seul Henri Guaino revendique cette filiation... mais il n’est pas candidat aux primaires. On se souvient pourtant que la figure tutélaire était au centre de l’opposition entre Jacques Chaban-Delmas et Jacques Chirac, au début des années 1970, l’un reprochant à l’autre de trahir l’esprit gaulliste. Alors... "gaulliste” signifie-t-il encore quelque chose pour la droite, quarante-six ans après la mort du général, et presque soixante ans après le début de la Cinquième République ? (L'Atelier du pouvoir, 44 min)

Donald brise le moule. Trump, Clinton... ils sont aussi détestés l'un que l'autre, mais lui a cassé l’image classique et attendue du politicien en campagne pour une élection : avec le républicain américain Donald Trump, on ne parle plus de "compétences", de "plateforme" ou de "programme", et encore moins de "philosophie politique"... Non, ce que les médias guettent ou commentent, et qui fera peut-être la différence, c’est le caractère, le tempérament, la personnalité. (Affaires étrangères, 1h)

Une étude qui se discute. Une semaine après l’étude de l’Institut Montaigne, le socio-démographe Patrick Simon démonte la méthodologie de cette enquête spectaculaire qui prétendait notamment que 28% des musulmans de France vivaient en rupture avec les principes républicains. “Cessons de faire dire aux musulmans ce qu’ils ne pensent pas”, rétorque le spécialiste des discriminations. (La question du jour, 7 min)

APPRENDRE

1890 : dans le Dakota du Sud, quatre Sioux posent ; l'un d'eux est habillé en "homme blanc"
1890 : dans le Dakota du Sud, quatre Sioux posent ; l'un d'eux est habillé en "homme blanc"
© AFP - Bill Manns / The Art Archive / The Picture Desk

Une geste interculturelle d'avant la conquête de l'Ouest. Du XVIIe au XIXe siècles, des hommes, souvent d'origine européenne, sillonnaient l'Amérique du Nord à la rencontre des Indiens pour la traite des fourrures. Leur histoire permet d'étudier la naissance d'une culture à la croisée des mondes européen et amérindien. Venez en apprendre plus sur ces obscurs, ces sans-grades, qu’on appelait "les coureurs des bois", les "mangeurs de lard", ou plus simplement, les "voyageurs". (Tout un monde, 30 min)

Aux grands mots... D’un côté des étudiants qui passent le Capes de sciences économiques et sociales, de l’autre, des élèves avocats. Tous confrontés à la même question angoissante : comment être à l’aise dans une prise de parole en public ? Apprendre à dompter le vertige de la parole, les chevrotements, la respiration saccadée, est leur mission pour affronter leur métier de demain. (LSD, La série documentaire, 54 min)

Sous la plume de Sarraute.Ce qui l’ennuie, ce qui lui paraît faux, c’est de faire de soi un personnage qui reste le même dans la durée d’une histoire. Et c’est ce qu’elle ne fait pas dans Enfance_._” Un moment en compagnie de Nathalie Sarraute... où il sera question d'écriture, de renouvellement du genre de l’autobiographie, du langage qui particularise, de psychanalyse, mais aussi des rapports de l’écrivaine de la sous-conversation avec Sartre et Beauvoir. (La Compagnie des auteurs, 1h)

Déposition maniériste. Il n’y a pas que les couleurs vives qui sont étonnantes, c’est toute la composition du tableau de Jacopo Pontormo, La Déposition (1528), qui ouvre des pistes : le corps du Christ qu’on emmène vers la tombe ou vers le Père, le nuage comme un rappel terrestre, la Vierge en pâmoison… Décryptage d'une merveille de la peinture florentine. (Les Regardeurs, 1h)

(RE)DÉCOUVRIR

Marianne Faithfull en concert à Roundhouse à Londres
Marianne Faithfull en concert à Roundhouse à Londres
© Getty - Burak Cingi

Marianne Faithfull : "J'ai traversé la vie grâce au charme". Rencontre avec Marianne Faithfull dans son appartement parisien de Montparnasse. Durant cette heure d’entretien avec Aurélie Charon, l'ancienne actrice et chanteuse de rock raconte son enfance, pendant la Seconde Guerre mondiale, aux côtés de ses deux parents espions. Passée par la gloire, elle connut aussi la drogue et la rue. Portrait d’un être qui n’acquiesça pas au cours des choses, mais leur donna de la vitesse et de l’éclat. (Une Vie d'artiste, 1h)

Le loufoque selon Woody. Un enfant de trois ans recalé à l’examen d’admission dans une école maternelle de prestige, un rédacteur embauché pour rédiger des prières mises en vente sur eBay, Mickey témoignant au procès opposant la World Disney Cie à l'un de ses anciens dirigeants… Découvrez une fiction radiophonique adaptée d’un recueil de nouvelles hilarantes, absurdes, signées Woody Allen et destinées à dire les dérives de la société américaine. (Fictions/ La Vie moderne, 5x7 min)

Tchekhov, sombre et sordide.Et ça tonne, et ça hurle, et ça gronde, et on n’en voit pas la fin... on dirait la forêt qui geint... et le vent qui gémit comme un chien...Sur la grand’route est une fiction radiophonique de 1958. Adaptée d'un texte d’Anton Tchekhov, elle met en scène la misère du monde, sa violence et la pitié qu'elle suscite. Une écoute à base d’accordéon détrempé par les pluies, qui sied bien à l’automne ! (Les Nuits de France Culture, 50 min)

LA CITATION

Cette semaine, la citation est d'Antoinette Rouvroy, chercheuse qualifiée au Fonds de la Recherche Scientifique (L'Invité des Matins, 19 min)

"Les désirs précèdent les corps, car les algorithmes sont capables de détecter les intentions."

C'est tout pour cette semaine ! Et comme la météo ne semble pas très prometteuse pour ce samedi, pourquoi ne pas ressortir vos vieux albums de Tintin ? Alors qu'une exposition lui est consacrée au Grand Palais, à Paris, on s'est intéressé à la manière dont Hergé parlait de son "oeuvre personnelle" avec une immodestie assumée, mais aussi au langage émaillé de figures de style des Dupondt, qui rivalise avec les éternels et savoureux jurons du capitaine Haddock. Alors, bon week-end, tonnerre de Brest !

Abonnez-vous à la Session de rattrapage pour la recevoir chaque semaine par email