Alexandre Soljenitsyne, Anna Karina, Amélie Nothomb et premières barricades : la Session de rattrapage d'été

Publicité

Alexandre Soljenitsyne, Anna Karina, Amélie Nothomb et premières barricades : la Session de rattrapage d'été

Par
Anna Karina, Alexandre Soljenitsyne, manifestations de mai 68 et Amélie Nothomb... La Session de rattrapage
Anna Karina, Alexandre Soljenitsyne, manifestations de mai 68 et Amélie Nothomb... La Session de rattrapage

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email.

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

Ça y est ! Il est bientôt temps de refermer le grand livre de la grille d’été de France Culture. Dans son dernier chapitre hebdomadaire, le prix Nobel de littérature Alexandre Soljenitsyne porte sa plume dans la plaie de l’histoire de l’Union soviétique, le Comte de Monte-Cristo raye le nom des derniers ennemis dont il veut se venger, et les "chasseurs de nazis" font le bilan d'une vie passée à traquer des criminels contre l'humanité. Mais l'été est toujours là ! Et pour retarder un peu cette rentrée qui inquiète peut-être autant le gouvernement que le budget des étudiants mais ravit les lecteurs, prenez un bon verre de jus d'orange riche en vitamine C, laissez-vous bercer par la voix d'une icône de la Nouvelle Vague, et évadez-vous au son des petites musiques de l'exil et ses airs saute-frontières. Belles écoutes. Pauline Petit

LES SÉRIES D'ÉTÉ 

Alexandre Soljenitsyne
Alexandre Soljenitsyne
© Getty - Wojtek Laski

Soljenitsyne, la plume au combat. “Je voulais être la mémoire d'un peuple qu'un grand malheur avait frappé". Alexandre Soljenitsyne aurait eu cent ans cette année : dissident soviétique et prix Nobel de littérature en 1970, il est vain de séparer dans son œuvre la voix de l’art et celle du combat. Épris de littérature et porté par un souffle épique proche de celui d’un Tolstoï, on lui doit La maison de Matriona et Le pavillon des cancéreux. Fondés sur l’expérience du totalitarisme, ses ouvrages Une journée d'Ivan Denissovitch et L'Archipel du Goulag ont révélé la réalité infernale des camps soviétiques. ( Avoir raison avec Alexandre Soljenitsyne, 5 x 29 min)

"On est toujours pressé d'être heureux" Edmond Dantès. Cet été, vous vous êtes évadés d’une geôle du château d’If au large de Marseille, vous avez pris possession d’un trésor caché sur l’île de Montecristo dans l’archipel toscan, et préparé une longue vengeance qui vous a mené de l’Italie à l’Orient… et tout cela, en la compagnie d’Edmond Dantès. Clap de fin pour notre feuilleton estival “Le Comte de Monte-Cristo”, récit d’évasion et de conquête de liberté. ( Le Comte de Monte-Cristo, 5 x 29 min)

Ultime baroud d'honneur. Le combat des “chasseurs de nazis” est souvent celui d’une vie. Exprimant leurs fiertés mais aussi leurs regrets, Eli Rosenbaum, directeur de l’Office of Special Investigations aux Etats-Unis, Efraim Zuroff, historien de l’holocauste en Israël, et Jens Rommel de l’Office Central d’Enquêtes contre les crimes nationaux-socialistes en Allemagne font le bilan de cette “chasse aux criminels contre l’humanité”, qui devient parfois une histoire personnelle. ( Les Chasseurs de nazis, 5 x 10 min)

Premières barricades. Comment finir cette série sur les années soixante sans explorer les archives radiophoniques de son année phare ? Pour embarquer cette semaine dans notre machine sonore à remonter le temps, il vaut mieux s’équiper d’un casque… pour éviter les pavés qui volent au-dessus des barricades lors des premières manifestations de mai 1968 ! ( Les Années 60 , 5 x 1h)

Les mélodies de l’exil. Sur les routes ou par les mers, partez avec des musiciens qui, par contrainte ou par choix, ont fui ou quitté leur pays. Chants de désolation pour la patrie perdue, notes d’espoirs qui accompagnent le rêve d’une maison où se réinventer et quelques airs de saudade pour rythmer la traversée et exprimer le sentiment, si particulier, de l’exil intérieur. ( La Série Musicale d'été, 5 x 1h)

PENDANT QUE VOUS N'ÉCOUTIEZ PAS...

Anna Karina au Jardin du Luxembourg en 1988
Anna Karina au Jardin du Luxembourg en 1988
© Getty - Jean Marie Leroy / Sygma

Rentrée politique. Tandis que les différents partis organisent leurs universités d'été, et après deux semaines de vacances, le gouvernement d’Edouard Philippe a entamé sa rentrée par un conseil des ministres sous tension. Après les remous estivaux de l'affaire Benalla et les critiques sur l’absence de politique sociale, le gouvernement laisse paraître quelques égratignures derrière les teints hâlés. Quels sont les enjeux de cette rentrée politique sous tension ? ( L'Invité des Matins d'été, 25 min)

La vague Anna Karina. Qu’est-ce que vous pouvez faire, vous ne savez pas quoi faire ? Chantez avec Anna Karina ! L’actrice fétiche de la Nouvelle Vague et muse de Jean-Luc Godard était l’invitée de la Grande table d’été. Au menu : des chansons d’amour extraites de son dernier album "Je suis une aventurière", des souvenirs de cinéma à propos La Religieuse, le film interdit de Jacques Rivette dont la version restaurée sort en septembre, et les confessions d’une icône.  ( La Grande table d'été, 1h)

La crise grecque, fin de l’épopée ? Cette semaine marque la fin de la mise sous tutelle financière européenne de la Grèce. La patrie d’Homère peut désormais, selon Alexis Tsipras son Premier ministre, entamer “une nouvelle Odyssée” connaissant “le chemin pour retourner à Ithaque”. Avec une population exténuée par des années d’austérité, Athènes pourra-t-elle reprendre la mer et voguer de nouveau sur les flots des marchés financiers ? ( Le Magazine du week-end, 1h10) 

Chères études ! La vie étudiante a un coût, et celui-ci augmente : la rentrée 2018 coûtera 1,31% plus cher que celle de l'an dernier, laquelle observait déjà une hausse de 2,09% selon l'enquête annuelle du syndicat étudiant Unef. Le prix des loyers et des transports augmente alors que les montants des bourses étudiantes sont gelés. Pourtant, le gouvernement affirme redonner du pouvoir d’achat aux étudiants, avec notamment la suppression des cotisations sociales. Les étudiants sont-ils de plus en plus "en galère" ? ( Du Grain à Moudre d'été, 45 min)

Au théâtre ce soir : l'imagination. Entre arts et sciences, les lanceurs de passerelles se sont multipliés, suggérant qu'on pourrait ne faire de ces deux territoires qu'un seul continent, qu'une seule terre, dont le terreau commun serait l'imagination. Alain Prochiantz, neurobiologiste et professeur au Collège de France poursuit son enquête sur l'origine de l'imagination, cette "maîtresse d'erreur de fausseté d'autant plus fourbe qu'elle ne l'est pas toujours" selon le mot de Pascal, telle qu'elle s'exerce au cœur des démonstrations scientifiques et des créations artistiques. Pour en parler cette semaine, il recevait un homme de théâtre qui met en scène la science, Jean-François Peyret. ( Imaginations, 1h)

LA CITATION

Cette semaine, la citation est extraite de la Masterclasse d'Amélie Nothomb. Au fil de l'entretien mené par Mathilde Serrell, l'auteure nous racontait comment elle a contracté "la maladie infectieuse des mots", ces délicieux maux des mots dont elle parle avec passion, tant le pouvoir qu'ils lui apportent lui semble insensé :

J’ai fait cette expérience qui consiste à être sauvé par un mot, parce que, comme n’importe qui j’ai fait cette expérience qui consiste à assassiner par un mot. Les mots ont un pouvoir dévastateur : un mot vous sauve, l'autre vous tue. Le jour où j’ai pris conscience de ça, je me suis dit, il y a quelque chose à creuser là-dedans et il y a une vraie nitroglycérine dans le langage, et si je peux la manipuler avec les précautions qui s’imposent, je peux à mon gré, créer ou tuer – c’est extraordinaire !

En attendant la prochaine Session de rattrapage, une proposition pour vos prochaines aventures nocturnes : et si vous escaladiez la façade de la cathédrale Notre-Dame ?  Si vous n’êtes pas trop sujet au vertige, embarquez dans cette improbable ascension avec un funambule rêveur et une cavalière se prétendant subitement alpiniste, sous la lumière interrogative de la pleine lune. À la semaine prochaine, avec la grille de rentrée !