Publicité

Algérie : paroles d'un peuple conscient

Par
A Alger, le 15 mars 2019, drapeaux algériens et foule aux balcons, dans le quartier de la grande Poste
A Alger, le 15 mars 2019, drapeaux algériens et foule aux balcons, dans le quartier de la grande Poste
© Radio France - Yassine Bouzar

Depuis mi février dernier, des millions d'Algériens ont investi pacifiquement les rues du pays en quête de démocratie. Documentaire au coeur de leurs aspirations.

"Algérie : paroles d'un peuple conscient". Le documentaire de Yassine Bouzar

56 min

"Il fait toujours beau, la température est clémente toute l’année, nous avons un temps magnifique mais nous n’en profitons pas. Pourquoi ne pas le donner aux Suédois ou aux Anglais, parce que, nous, ce beau temps on en fait rien", disent les Algériens sous forme de boutade. 

Depuis le 22 février, date de la première marche de grande ampleur dans le pays, les sourires sont revenus, éclatants. Réalisateur à Radio France, Yassine Bouzar a tendu son micro à Alger, mi-mars, pendant une dizaine de jours.

Publicité

Habituellement, l'Algérien est de sortie drapeau à la main pour célébrer un match de foot. Aujourd’hui, c’est pour dire ‘’Système dégage !’’  

Quelque chose s’est passé dans le pays du football : le 14 mars, jour du derby entre le Mouloudia et l’Usma, les supporteurs boycottent la rencontre. Le patriotisme de football est mort. 

Les Algériens ont repris tout ce qui symbolise l’état : le drapeau, l’hymne national et la rue, les symboles de la guerre d’Algérie aussi. Djamila Bouhired, l’icône de la guerre d’Algérie, est présente parmi les manifestants. 

La rue appartient désormais aux citoyens, la police ne veut pas réprimer ces manifestations. On voit des policiers souriants faisant des selfies. Désormais, c’est chaque jour manif’ : avocats, enseignants, étudiants, magistrats... Pour rire, on dit qu’il ne manque que le gouvernement dans la rue.

Ahmed Ouyahia, l’ancien Premier ministre, avait dit à la télévision que l’Algérien ne savait pas manifester et mis en garde contre le retour à la guerre civile : la décennie noire des années 90. La rue lui a répondu avec le sourire.

Ceux qui ont connu les émeutes d’octobre 88 et le soulèvement des jeunes, puis la répression féroce qui s’en suivit regardent cette jeunesse avec tendresse, ils la croyaient perdue et le pays aussi.

Instantanés dans les rues d'Alger mi-mars 2019
Instantanés dans les rues d'Alger mi-mars 2019
© Radio France - Yassine Bouzar

L’Algérien n’a jamais cessé d’être mobilisé mais sur les réseaux sociaux. Cette fois, il a l’impression que tous les profils Facebook se sont transportés dans la rue, en chair et en os.

Aujourd’hui, la parole est véritablement libérée. Le pouvoir a laissé des niches, un ou deux quotidiens par ci et une radio web, un chroniqueur et deux caricaturistes, faisant croire que la liberté d’expression était garantie en Algérie, une malice. Tout était verrouillé par ailleurs, le système veille.

Le dernier à en avoir fait les frais s’appelle Hadj Ghermoul, 37 ans, de Mascara, militant de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH). Il est en prison depuis le 27 janvier 2019. Son tort : avoir brandi une pancarte sur laquelle il était écrit "Non au cinquième mandat". C’était quelques jours avant un certain 22 février, jour de la première marche, jour de tous les possibles, où tout a basculé au chant du Silmiya silmiya : pacifique pacifique.

Avec :

  • Farès Kader Affak 
  • Nazim et Naziha Farès (activiste) 
  • Sas (Sid Ahmed Semiane), documentariste photographe  
  • Ammar Bouras, photographe
  • Taous et Latifa, citoyennes
  • Merci aux anonymes 

Et un grand coup de chapeau à cette jeunesse consciente

Avec la collaboration d'Eric Chaverou et de Nathalie Lopes

À lire : Le dessinateur Dilem : "Quand je vois tous ces jeunes Algériens, je me dis respect !"

À lire : Les Algériens en 2019 : jeunes, libres mais sans perspectives