Publicité

Allô les extraterrestres ? Ici la Terre...

Par
Le signal "Wow !" détecté en 1977 par l'astrophysicien Jerry R. Ehman
Le signal "Wow !" détecté en 1977 par l'astrophysicien Jerry R. Ehman

Un "puissant signal" radio venu de l'espace a été détecté en 2015. L'annonce, faite ce week-end, relance la quête d'une civilisation extraterrestre. En 1969 déjà, François Le Lionnais détaillait les moyens de communication existant pour échanger avec d'autres potentiels habitants de l'univers.

C'est par un radiotélescope russe qu'un signal radio particulièrement puissant a été détecté en 2015. L'annonce, rendue publique ce week-end, a suscité le vif intérêt de la communauté scientifique, et de tous ceux que l'hypothèse de l'existence d'une vie extraterrestre aiguillonne. Pourtant, ce signal, qui provient d'une étoile de la constellation d'Hercules, à environ 95 années lumière de la Terre, peut tout aussi bien être dû à une interférence radio, ou à un phénomène naturel cosmique.

"Sommes-nous seuls dans l'univers ?" La question, qui fait encore régulièrement les gros titres, taraude depuis fort longtemps. Mais c'est seulement depuis que l'humanité est devenue "technique" qu'il est possible d'émettre, dans l'espace, des messages radio (comme le message d'Arecibo, en 1974, 1679 bits), des disques de cuivre sur lesquels sont gravées des représentations terrestres (années 1970, via des sondes américaines), ou encore la chanson "Across the Universe" des Beatles, diffusée par la NASA dans l'espace en 2008.

Publicité

En 1969, avant que ce premier signal radio d'Arecibo soit émis dans l'espace, François Le Lionnais, ingénieur, mathématicien et conseiller scientifique, donnait une conférence au Palais de la découverte sur "l’avenir des communications avec les extraterrestres". Il y envisageait les moyens d'émission, et la nature de cette émission, rappelant avant toute chose que pour les scientifiques, "les extraterrestres ne sont qu’une hypothèse, même si cette hypothèse est très vraisemblable".

Cette conférence était diffusée dans l'émission "Indicatif futur" en janvier 1969 :

Indicatif futur, 16 janvier 1969_L'avenir des communications avec des extra-terrestres

37 min

Durée : 37 min

Seul moyen d'entrer en contact avec de potentielles intelligences extraterrestres, pour peu qu'elles ne soient pas à des distances trop... astronomiques : les messages : "Il ne s’agit pas de parler, ou d’émettre des sons, le seul porteur physique que l’on ait trouvé, qui soit sérieux, ce sont les ondes hertziennes."

"On pourrait télégraphier en ondes hertziennes en appuyant sur des touches. Des gens qui seraient muets, ou qui seraient sourds, pourraient très bien utiliser les ondes hertziennes."

Mais pour quel langage opter ? "On devrait écarter tous les langages humains, mais se pose la question : quel langage choisir qui risque d’être compris ?", soulignait le scientifique : "Comment pourrions-nous déchiffrer un langage venant d’une civilisation très lointaine, probablement très différente de la nôtre, alors que nous avons mis tellement de temps à déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens, et que nous ne savons toujours pas déchiffrer l’étrusque ? Eh bien je vous étonnerai peut-être en vous disant que ce problème du langage est un problème facile au contraire, et qui est pratiquement résolu."

Un problème facile... à la condition de partir du postulat que ces intelligences extraterrestres avec lesquelles l'homme cherche à entrer en contact soient "techniciennes" et aient découvert les ondes hertziennes, soulignait le scientifique dans cette émission de 1969 : "Les Grecs du temps de Périclès, je ne voudrais pas vous faire injure, étaient aussi intelligents que vous et nous. L’humanité a toujours eu à peu près le même potentiel d’intelligence. Seulement, les Grecs auraient été imperméables à des ondes hertziennes. Ils ne les auraient pas comprises ni connues. Si par contre il existe une civilisation scientifique, on peut être à peu près sûrs qu’elle aurait découvert les phénomènes fondamentaux du monde naturel, et dans ces phénomènes fondamentaux, il y a l’existence des atomes par exemple (…) et des ondes hertziennes qui remplissent le ciel parce que partout où il y a atomes il y a vibration d’atomes, émissions d’ondes hertziennes."

Communiquer avec des civilisations qui savent compter ? Facile ! En théorie.

Et François Le Lionnais d'évoquer la "Lincos", la "lingua cosmica", inventée par le professeur Freudenthal. Une langue destinée à synthétiser les connaissances humaines et "basée sur le fait que si on a trouvé les ondes hertziennes, on connaît forcément les nombres entiers. Il ne peut pas y avoir d’ingénieurs qui ne sachent pas compter !" Il suffirait alors d’envoyer, en ondes hertziennes, une impulsion, puis deux, puis trois… puis cent, mille... sur une longueur d’onde de 21 cm ("Elle a le plus de chance d’aller le plus loin, sans trop de déformations dans l’espace.")

"S’il y a des gens qui reçoivent ça dans des récepteurs sur leur planète, où qu’elle soit, ils comprendront très bien que ce n’est pas un phénomène naturel car jamais il n’y a d’explosions volcaniques ou je ne sais quoi qui sachent compter jusqu’à mille !"

Mais, comme le soulignait un jeune membre du public,  les moyens d'émission et de réception dont disposait les chasseurs de vie extraterrestre étaient, à l'époque de cette conférence (1969), "ridicules", circonscrits au système solaire. Les télescopes n'étaient pas capables de voir Proxima du Centaure, à quatre années lumière de la Terre, une planète alors suspectée d'être le corps primaire d'un système planétaire [il a fallu attendre août 2016 pour que soit découverte Proxima Centauri b, une exoplanète située dans la zone habitable de l'étoile NDLR].

Vue aérienne du radiotélescope d'Arecibo (date inconnue)
Vue aérienne du radiotélescope d'Arecibo (date inconnue)

Et aujourd’hui, où en sont les recherches, et de quels moyens technologiques disposons-nous ? Le 25 février 2016, l'émission Sur les docks consacrait un documentaire aux "voix de l'univers".

Sur les docks, 25 février 2016_Les voix de l'univers

53 min

Il y était question du programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence), datant des années 1960 et basé sur le travail de scientifiques et amateurs ("chacun peut analyser des bouts de données enregistrées par les radiotelescopes") qui espèrent un contact avec des civilisations extraterrestres dans les vingt prochaines années.

C'est d'ailleurs dans le cadre du projet SETI que le 15 août 1977, l'astrophysicien Jerry Ehman capta un puissant signal en provenance de la constellation du Sagittaire, grâce au radiotelescope Big Ear. Le "WOW !" qu'il écrivit en rouge sur la sortie imprimée fit que ce signal  resta dans l'histoire comme le "signal Wow !".

Aujourd'hui, les écoutes du programme SETI sont principalement réalisées par le grand radiotélescope d'Arecibo, à Porto Rico. Mesurant 300 mètres, placé dans une cuvette, il n'est pas mobile, permettant de couvrir seulement une pente du ciel.

"Ecouter les étoiles, c’est un projet d’une telle ampleur qu’il faudrait des centaines de milliers d’années pour tout écouter en permanence. Les astronomes professionnels n’ont absolument pas le temps ni les ressources professionnelles pour faire ce genre de choses, donc c’est plutôt le laisser aux amateurs." Jean-Louis Rault, radioastronome