Publicité

Anémone : "Comique, pour une fille, ça voulait dire 'laideron', 'vulgaire'... alors que ce n'est pas ça"

Par
Anémone dans "Mademoiselle Werner", en 2006 au Théâtre des Variétés à Paris
Anémone dans "Mademoiselle Werner", en 2006 au Théâtre des Variétés à Paris
© AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Disparition. Inoubliable bénévole coincée dans "Le Père Noël est une ordure", émouvante Marcelle dans "Le Grand Chemin", héritière loufoque dans "Le Mariage du siècle", la comédienne Anémone, membre de la mythique troupe du Splendid, est morte ce mardi 30 avril, à l'âge de 68 ans.

Elle faisait partie de la troupe mythique du Splendid, avec Christian Clavier, Michel Blanc, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte ou encore Josiane Balasko. Son rôle de "Thérèse", prude et coincée, dans Le Père Noël est une ordure de Jean-Marie Poiré (1982), l'avait fait connaître au grand public. La comédienne française Anémone, née Anne Bourguignon, est décédée des suites d’une longue maladie à l'âge de 68 ans. 

Née dans une famille bourgeoise parisienne en 1950, Anne Bourguignon débute au café-théâtre "Le Splendid" à Paris avec la troupe du même nom, aux côtés de Thierry Lhermitte, Gérard Jugnot, Christian Clavier ou encore Marie-Anne Chazel. Elle se faire alors appeler "Anémone", comme le prénom de son personnage dans le premier film qu'elle a tourné, réalisé par Philippe Garrel en 1968.  Elle y campe le rôle d'une jeune fille de dix-sept ans, désirant couper toutes relations avec sa famille. 

Publicité

En 1977, Coluche lui offre son premier grand rôle comique au cinéma dans Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine. En 1979, elle invente le personnage de "Thérèse", la dame charitable de SOS Amitiés sur scène et joue tous les soirs dans Le Père Noël est une ordure avec la troupe Splendid, qui sera adapté au cinéma en 1982 par Jean-Marie Poiré. 

Dans les années 1980, elle devient très populaire à l'écran et tient la vedette de nombreuses comédies comme Ma femme s'appelle reviens de Patrice Leconte en 1982, Pour cent briques, t'as plus rien.... d'Edouard Molinaro en 1982, ou encore Le Quart d'heure américain de Philippe Galland, en 1982. 

En 1988, Jean-Loup Hubert lui confie le rôle principal du Grand Chemin, de Jean-Loup Hubert, dans lequel elle interprète une mère de famille abandonnée par son époux, pour lequel elle remporte le César de la meilleure actrice cette même année. 

Lassée par le monde du cinéma, elle se faisait beaucoup plus rare à l'écran ces dernières années. Elle avait tout de même fait une apparition notable dans Jackie au royaume des filles, comédie de Riad Sattouf, dans lequel elle interprète "Bubunne XVI, la Générale", dans une dictature où les hommes sont  sont socialement infériorisés.

Écologiste de la première heure, elle s'était retirée à la campagne dans un tout petit village du Poitou, loin de la vie médiatique parisienne. 

"J'en ai ras-le-bol"

En 2017, la productrice Joëlle Gayot la recevait alors qu'Anémone décidait de mettre fin à sa carrière, dans l'émission Une Saison au théâtre, sur France Culture. Elle revenait alors sur sa carrière, et se confiait, en toute franchise, sur ses années passées avec la troupe du Splendid : 

En savoir plus : Anémone tourne la page
31 min

J'adorais être actrice au début. Et puis à partir du moment où je suis devenue connue ça a commencé à sérieusement moins m'amuser parce qu'on vous jetait le scénario à la gueule, les costumes aussi et on passait son temps à parler pognon, ce qui m'emmerde profondément. Anémone

J'en ai ras-le-bol. Ça fait longtemps, mais maintenant j'ai enfin de quoi vivre sans bosser. Le Festival de Cannes, toute la clique, ça m'a complètement coupé le plaisir. [Le théâtre et le cinéma] ça devient un peu pareil : pognon, entrées, audimat, machin... Fait chier. Anémone

Au Splendid, c'était tout à l'impro. C'était Charles Vanel qui m'expliquait qu'il y avait deux façons de travailler : à la canne, au canevas, et puis on improvise dessus, et puis à la broche, à la brochure, c'est le classique c'est-à-dire et on se tient au texte. Le Splendid, en particulier "Le Père Noël est une ordure", c'était typiquement du travail à la canne. Au début, dans la brochure, le canevas faisait une demi-heure, puis en scène 1 h 10, parce qu'on improvisait comme des fous". Anémone

Dès qu'on disait comique, pour une fille ça voulait dire "laideron", obligatoirement, après ça voulait dire "vulgaire", et ça voulait dire "ne sait faire que ça". Alors que ça n'est pas vrai. Tous les acteurs comiques savent jouer dramatique, alors que l'inverse n'est pas vrai du tout. [...] Le comique c'est deux opérations, on part du dramatique et et puis on rajoute un petit truc, donc c'est fastoche d'en enlever une couche. Anémone

4 min