Angela Merkel avec sa conseillère de très longue date Beate Baumann et son porte-parole Steffen Seibert, le 15 novembre 2011 à Leipzig, en Allemagne de l'Est, au deuxième jour du congrès du parti CDU.
Angela Merkel avec sa conseillère de très longue date Beate Baumann et son porte-parole Steffen Seibert, le 15 novembre 2011 à Leipzig, en Allemagne de l'Est, au deuxième jour du congrès du parti CDU.

Angela Merkel ou la loyauté

Publicité

Angela, ou la loyauté

Par

La mékanique Merkel | La chancelière allemande sait s'entourer. La preuve ? Ses fidèles la suivent depuis des années, qu'il s'agisse de son porte-parole officiel, Steffen Seibert, ou de ses deux plus proches conseillères : Beate Baumann et Eva Christiansen. Mais gare à ceux qui la défient !

Angela Merkel s'apprête à quitter le pouvoir. Elle aura été chancelière pendant seize ans. Comment a-t-elle fait pour rester aussi longtemps la femme la plus puissante du monde ? Dernier volet de notre série " La mékanique Merkel" : la loyauté.

Un trio à ses côtés depuis des années

La chancelière "Téflon", celle qui résiste à tout, a su s'entourer de fidèles qui respectent deux valeurs importantes pour elle : la loyauté et le respect. Ils ne l'ont jamais trahi et ne se sont jamais répandus de cancans dans la presse ; même celui qui en a la charge, son porte-parole officiel, Steffen Seibert, à ce poste depuis onze ans.

Publicité

À l'image de sa patronne, il bat lui aussi un record de longévité dans l'histoire de l'Allemagne. C'est un ancien journaliste, un très bon porte-voix, mais aussi un rempart. On pourrait le surnommer "Herr Nein", "Mister No", "Monsieur Non".

En arrière-plan, Steffen Seibert, porte-parole et rempart d'Angela Merkel depuis onze ans.
En arrière-plan, Steffen Seibert, porte-parole et rempart d'Angela Merkel depuis onze ans.
© AFP - Kay Nietfeld

Mais il est difficile de battre le record de Beate Baumann et Eva Christiansen, qui travaillent aux côtés de la chancelière pour l'une depuis 1992, pour l'autre 1998. La première rejoint Angela Merkel quand elle entre pour la première fois dans un gouvernement comme ministre de la Famille et de la Jeunesse. La seconde comme première porte-parole d'Angela Merkel, alors secrétaire général adjoint de la CDU.

Ces deux femmes sont des catholiques de l'Ouest, d'une cinquantaine d'années aujourd'hui, soit une dizaine d'années de moins qu'Angela Merkel, protestante de l'Est. Et elles lui sont d'une loyauté sans faille.

Après la chute du Mur, à la réunification, Angela Merkel va rejoindre la CDU et ne s'attend pas, alors qu'elle a connu à l'ouest la parfaite égalité homme-femme à un parti essentiellement composé d'hommes. Même Helmut Kohl, son mentor, qui la prend sous son aile, la surnomme la "Mädchen", la petite fille. Ce petit groupe qu'elle forme avec Beate et Eva va être surnommé, lui, le "Girls Camp", autrement dit le camp de scouts de filles.

Eva Christiansen et Beate Baumann marchent aux côtés d'Angela Merkel pour l'une depuis 1998, pour l'autre depuis 1992.
Eva Christiansen et Beate Baumann marchent aux côtés d'Angela Merkel pour l'une depuis 1998, pour l'autre depuis 1992.
© Getty - Michael Gottschalk

Un seul ministre viré en seize ans

Ce trio de femmes va se révéler redoutablement efficace à la fin des années 90. C'est l'affaire des caisses noires internes à la CDU. Un dossier qui va salir l'image du parti durablement, et qui va aussi sérieusement écorner l'image d'Helmut Kohl, le chancelier, indéboulonnable président de la CDU, le mentor d'Angela Merkel, qu'elle va tuer politiquement, qu'elle va écarter parce qu'elle ne peut plus rester à ce poste. Elle va faire publier une tribune dans un journal allemand écrite par Beate, sa collaboratrice. Le lancement véritable de sa carrière politique.

Cette loyauté vaut aussi pour tous les membres du gouvernement. Angela Merkel, en seize ans de mandat, n'a viré qu'un seul ministre, Norbert Röttgen, en 2012, ministre de l'Environnement. Il a tenu des paroles publiques contre elle, qui ne l'a pas supporté. Röttgen est donc passé par dessus bord. Autre victime, Friedrich Merz. L'affaire se passe à l'intérieur de la CDU, où il occupe un poste qu'Angela Merkel, présidente du parti, veut pour elle-même. Merz va alors tenter de se défendre, mais de façon très déloyale, très injuste, très basse, publiquement. Merkel ne va pas le supporter et tout simplement le pousser vers la sortie.

Frédéric Schmetz et Norbert Röttgen ont connu un long désert politique. Ils ne sont revenus qu'une fois qu'Angela Merkel a annoncé son retrait de la vie politique. Ils sont donc réapparus il y a quelques mois pour tenter d'obtenir le poste de chancelier. Cela n'a pas marché. À croire qu'Angela Merkel y est peut-être pour quelque chose...

Angela Merkel n'a pas d'enfant, mais il paraît qu'elle s'occupe très bien de ceux des autres. Avec ses précieuses collaboratrices, Beate et Eva, ce n'est pas de rapport filial qu'il s'agit. On parlera plutôt de sororité. Elles se comportent entre elles comme des sœurs et se protègent. Angela Merkel est-elle pour autant une féministe ? La question lui a été posée l'an dernier. Sa réponse : non.  

Angela Merkel et Beate Baumann, sa toute puissante conseillère, en avril 2000.
Angela Merkel et Beate Baumann, sa toute puissante conseillère, en avril 2000.
© Getty - Ferdinand Ostrop / Picture alliance