Publicité

Après Auschwitz, le bien et le mal selon Imre Kertész

Par
© Maxppp - PRESSENS BILD

2008. "Peut-être faudrait-il créer un monde nouveau, avec de nouvelles valeurs, qui permettent de survivre après Auschwitz" disait lors d'un entretien de 2008 l'écrivain hongrois, prix Nobel de littérature, qui vient de mourir.

En février 2008, pour son émission "Travaux publics", Jean Lebrun s'entretenait à Berlin avec Imre Kertész à l'occasion de la parution de son dernier livre "Dossier K" (Actes Sud). Il y raconte des souvenirs de Berlin et de la Hongrie, en particulier après la seconde guerre mondiale, pendant la période communiste. Et évoque surtout la liberté et l'écriture, le rire, l'Europe, la possibilité de se construire après avoir connu les camps.

"Tous mes efforts sont concentrés sur cet objectif : montrer qu'une conscience qui porte une expérience négative peut créer quelque chose de positif."

Publicité

Imre Kertesz dans Travaux publics en 2008

59 min