Publicité

Après Fukushima Daiichi, le Japon ferme la centrale d'Hamaoka

Par

La centrale d'Hnaoka
La centrale d'Hnaoka
© Radio France

La centrale d'Hamaoka

6 mai 2011 - Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a ordonné, vendredi 6 mai 2011, la fermeture de deux réacteurs de la centrale d'Hamaoka appartenant à Chubu Electric Power.Company. "Cette décision a été prise pour la sécurité des habitants. Nous avons également pris en compte l'énorme impact qu'un accident grave à la centrale de Hamaoka pourrait avoir sur la société japonaise dans son ensemble" , a indiqué Naoto Kan selon l'AFP. Cette centrale, située à moins

Publicité
La salle de contrôle du réacteur N°5 de Hanaoka qui date de 2005
La salle de contrôle du réacteur N°5 de Hanaoka qui date de 2005

La salle de contrôle du réacteur N°5 de Hamaoka qui date de 2005 ©Kyodo

de 200 km au sud-ouest de Tokyo, a été construite au bord de la mer. Elle se trouve dans la zone du "Tokai Earthquake", ce séisme majeur de magnitude supérieure à 8 qui se produit tous les 100 à 150 ans au Japon dans cette zone. Les précédents se sont produits en 1498, 1605, 1707 et 1854. Naoto Kan a cité des experts pour lesquels la probabilité qu'un nouveau tremblement de terre de cette force se produise au cours des 30 prochaines années atteint 87%. Dans ce contexte, le Premier ministre a demandé à Chubu Electric de prendre toutes les mesures pour que l'installation résiste à un tel séisme, y compris la construction d'une digue de protection contre un tsunami. A Fukushima Daiichi, c'est sa trop faible hauteur qui est à l'origine de la catastrophe.

Naoto Kan, Premier ministre japonais, annonce sa décision d'arrêter la centrale d'Honaoka
Naoto Kan, Premier ministre japonais, annonce sa décision d'arrêter la centrale d'Honaoka

Naoto Kan, Premier ministre japonais, annonce sa décision d'arrêter la centrale d'Honaoka ©NHK

Pendant la durée de ces travaux, Chubu Electric devra arrêter le fonctionnement des réacteurs 4 et 5 de la centrale d'Hamaoka. Cette dernière en comprend 5 au total. Les 1 et 2, construits en 1876 et 1978, sont en cours de démantèlement tandis que le réacteur 3, datant de 1987, était arrêté pour inspection. Il ne redémarrera pas. Avec l'arrêt des 4 et 5, les plus récents (1993 et 2005) et les plus puissants (1200 et 1300 MW) c'est donc la totalité des réacteurs d'Hamaoka qui ne fonctionneront plus.Le choix de cette centrale montre que les risques ne sont pas uniquement liés à l'âge de la centrale. Fukushima Daiichi est l'une des plus anciennes (1971-1979). Mais Hamaoka est beaucoup plus récente. La confiance du gouvernement nippon dans les précautions prises par les opérateurs semble être fortement altérée par les déboires de Tepco à Fukushima Daiichi. d'où cette décision autoritaire puisqu'il s'agit d'un ordre de l'Etat adressée à une compagnie privée.

M.A.

Situation d'Hamaoka par rapport à Nagoya, Tokai, Tokyo et Fukushima Daiichi
Situation d'Hamaoka par rapport à Nagoya, Tokai, Tokyo et Fukushima Daiichi
© Radio France

Situation d'Hamaoka par rapport à Nagoya, Tokai, Tokyo et Fukushima Daiichi ©Radio France

** Vidéo:**