Publicité

Arnaud Laporte choisit "Sous le ciel vide" pour "1 livre, 1 jour"

Sous le ciel vide
Sous le ciel vide
- Editions Maurice Nadeau

Sous le ciel vide de Raphaël Nizan fait surgir du bitume parisien le récit poignant d’une descente aux enfers. C'est l'ouvrage que le producteur de "Affaires Culturelles" a choisi pour cet épisode d'"1 livre, 1 jour" associant France Culture à France Télévisions. A regarder en replay.

En recommandation de lecture dans le cadre de l'émission "1 livre, 1 jour", Arnaud Laporte, producteur sur France Culture de " Affaires Culturelles " de 19h à 20h, a choisi Sous le ciel vide de Raphaël Nizan publié aux Editions Maurice Nadeau.

L'intrigue : l’incendie de Notre-Dame survenu en 2019 plonge brutalement le narrateur dans le souvenir d’un épisode brûlant de sa jeunesse. Trente ans auparavant, il avait 18 ans et se tenait tout en haut des tours avec la belle Ayla, d’un an sa cadette. Rien ne les prédestinait à ce qu’ils allaient vivre, aller toujours plus loin dans le soufre des nuits parisiennes, se perdant toujours plus avant dans les creux et les failles sans fond des ombres qui peuplent les rues, les clubs, le Paris crasseux des hôtels bon marché et des squats. Deux enfants perdus dans les larmes et la rage, cédant frénétiquement à l’urgence de vivre, amants maudits cherchant tant la rédemption que d’échapper à l’absurde d’un monde, fuyant le désamour par le vol d’un amour plus puissant et peut-être, par la littérature.

Publicité

Pourquoi avoir choisi Sous le ciel vide, de Raphaël Nizan ?

Une vie faite d’amour de la littérature, citant aussi bien Burroughs que Bolano, de squats et de désirs, d’extase devant le tableau de Delacroix, “La lutte avec l’ange”, dans l’église Saint-Sulpice, mais aussi de prostitution dans des lieux glauques, pour pouvoir acheter de la coke ou des ecstas, c'est ce qui fait les jours et les nuits des deux héros de ce roman.            
Bien sûr, il s’agit d’un texte politique, dans lequel le nihilisme des jeunes gens se poursuit dans l’écriture au présent du narrateur, 30 ans après les faits qu’il relate, mais dans un monde qui n’a cessé de montrer que le pire était non seulement possible, mais souvent probable.            
Il s'agit là d'un récit très puissant, porté par des phrases tout en méandres, souvent très longues, éminemment poétiques, comme si les images qui s’entrechoquent dans les descriptions, que ce soit des lieux ou des êtres, s’arrachaient à la page pour engouffrer le lecteur au coeur du récit. Il y a quelque chose d'hypnotique, de l’ordre de la mélopée, dans la phrase de Raphaël Nizan, et il est très rare d’atteindre ainsi, par la langue, un état de pensée qui reste toujours à vif.            
Arnaud Laporte

On ne sait rien de Raphaël Nizan si ce n’est qu’il est né à Paris, dans la première moitié des années soixante-dix. Très tôt en butte avec les siens et leur modèle social, il devient dès l’enfance, presque naturellement, adepte d’une école buissonnière, préférant les livres aux cours en classe et les expériences que la vie pourrait lui offrir aux promesses de diplômes et de carrières sûres qui l’effraient plus qu’elles ne le rassurent. La littérature est, aujourd’hui encore, sa seule fidélité et son seul horizon.

Retrouvez l'émission en replay sur France.tv

Arnaud Laporte est producteur de l'émission "La Dispute" sur France Culture. Après des débuts en tant que journaliste sur France 3 Languedoc-Roussillon, Arnaud Laporte entre en 1987 à France Culture.
Après "Multipistes" de 2000 à 2003, consacré à la création émergente, il anime de 2003 à 2005 les débuts de soirée de France Culture, de 20h30 à 22h, puis dirige le grand magazine d’actualité culturelle de la mi-journée, "Tout Arrive", à partir de janvier 2006. Depuis septembre 2011, Arnaud Laporte est producteur et animateur de "La Dispute" qui propose aux auditeurs des regards critiques sur toute l’actualité culturelle. Arnaud Laporte est également coordonnateur des "Masterclasses", grands entretiens avec des artistes, dans toutes les disciplines.