Publicité

Art contemporain : misère de l'art ?

Par
Puppy de Jeff Koons
Puppy de Jeff Koons
- Wikimedia Commons

Aujourd'hui, on s'aperçoit qu'il y a matière à tri dans l’art contemporain, tant la spéculation financière a embrayé sur des œuvres qui ont tout du spectacle publicitaire. Autour de ces totems, le marché mondial a pris une ampleur telle qu'elle peut bien tout noyer.

L'écrivain Jean-Philippe Domecq fait une réévaluation critique des œuvres et démarches d'artistes les plus célèbres de la période actuelle. Il dénonce une forme d'"académisme" dans les dérives d'un art enfermé dans des postures révolutionnaires ou dérangeantes, et analyse l'appauvrissement de l'art "depuis que la rupture est devenue système"...

Il reste très difficile de parler librement d'art contemporain, c'est-à-dire sans a priori, sans souscrire aux croyances idéologiques d'une critique d'art toujours plus spéculative qui, à côté de chefs-d'œuvre, a promu d'étranges choses. Il sera donc question ici d'inflation verbale et financière sur le marché d'art ; et surtout de la faveur intellectuelle dont ont bénéficié Warhol, Buren, Ben...

Publicité

Alors, art contemporain ou "art du du contemporain" ? 

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une conférence enregistrée en 2016.

Jean-Philippe Domecq, écrivain, essayiste, auteur d'une trilogie : Artistes sans art ?, Misère de l'art, et Une nouvelle introduction à l'art du XXe siècle, récemment rééditée en poche sous le titre Comédie de la critique, trente ans d'art contemporain.