Au Moyen Âge la Terre était ronde
Au Moyen Âge la Terre était ronde

Terre plate V4

Publicité

Au Moyen Âge, la Terre était ronde

Par

Cette idée fausse d’un Moyen Âge obscur où l’on croyait à une Terre plate est diffusée jusque dans nos écoles. C'est pourtant invraisemblable quand on se fie aux sources, et c'est en analysant ces dernières que deux historiennes sont remontées à l'origine de cette fake news. Et donc à... Voltaire.

"La persistance de cette idée selon laquelle, au Moyen Âge, on pensait que la Terre était plate, est absolument incroyable", explique Sylvie Nony, professeure agrégée de sciences physiques. Avec Violaine Giocomotto-Charra, professeure d'histoire des savoirs, elles sont co-autrices de La Terre plate. Généalogie d’une idée fausse (Les Belles Lettres, 2021) et nous expliquent comment est née cette idée fausse il y a 250 ans.

Sans oser le demander
58 min

La Terre est ronde depuis 2 500 ans

Violaine Giacomotto-Charra : "La Terre plate, l’interdiction de la dissection, le Moyen Âge obscur… ce sont des choses que l’on entend à l’école primaire. Et donc on a l’impression de le savoir de manière certaine parce qu’on le sait depuis toujours."

Publicité

Pourtant, l’Homme sait que la Terre est ronde depuis presque 2 500 ans. Une connaissance partagée par les navigateurs comme Pythéas, et expliquée notamment dans le Traité du Ciel d’Aristote, un texte largement diffusé auprès des savants, astronomes, écoles et repris dans les manuels.  

Sylvie Nony : "On sait au moins depuis Platon et Aristote que la Terre est sphérique. Ératosthène au IIIe siècle avant J.-C. fait une mesure qui montre qu’on avait un ordre de grandeur tout à fait raisonnable de la circonférence de la Terre, environ 40 000 km. La taille de la partie habitée de la Terre est parfois discutée. Entre Ptolémée et Strabon par exemple, ce n’est pas la même, il y a des écarts, mais on est bien déjà sur ce modèle sphérique."  

Eratosthène enseignant à Alexandrie, peinture de Bernardo Strozzi vers 1635
Eratosthène enseignant à Alexandrie, peinture de Bernardo Strozzi vers 1635

L’idée d'une Terre sphérique est transmise au monde occidental latin dès le début du Moyen Âge, même si nombre de textes de savants grecs ne sont traduits qu'ultérieurement.

Violaine Giacomotto-Charra  : "Les connaissances grecques ne sont pas simplement diffusées par les textes grecs des savants eux-mêmes. Elles ont été filtrées dans l’Antiquité latine par des ouvrages de vulgarisation ou par des encyclopédies. Elles ont été simplifiées. Ce qui s'est perdu, c’est peut-être la technicité ou le degré de complexité dans l’exposé d’un certain nombre de connaissances, mais ce ne sont pas les connaissances elles-mêmes. En tout cas, pas sur des choses aussi simples que sur la forme de la Terre : on n’a sans doute pas transmis les calculs mathématiques mais l’idée de la forme n’a pas été perdue."

L'Église croit à la Terre ronde

L’image de la Terre ronde est admise par l’Église elle-même, et les savoirs grecs sont d’ailleurs transmis et vulgarisés par des hommes d’Église qui font autorité : Saint Augustin (Ve siècle ), Bède le Vénérable (VIIe siècle), Thomas d’Aquin (XIIIe siècle) ou encore Gautier de Metz (XIIIe siècle). L’encyclopédie de l'évêque Isidore de Séville (Ve siècle) affirmant la rotondité de la Terre est un des manuscrits les plus populaires du  Moyen Âge. L’obscurantisme souvent associé à la période médiévale est donc né plus tard, comme le rappelle Violaine Giacomotto-Charra  : "La légende noire du Moyen Âge vient de la Renaissance. Les humanistes se sont sentis en rupture avec le Moyen Âge et en ont fait un temps obscur. La notion même de Renaissance suppose qu’il y ait eu dépérissement avant."  

Clercs étudiant l'astronomie - La Vraye Histoire du Bon Roy Alexandre (début XVe)
Clercs étudiant l'astronomie - La Vraye Histoire du Bon Roy Alexandre (début XVe)

En 1633, un débat oppose l’Église à la théorie de Galilée qui affirme que la Terre est en mouvement. Les relations entre les mondes scientifiques et ecclésiastiques se tendent, amplifiées par les avancées scientifiques qui mettent en doute la parole divine.  

Le rôle de Voltaire

Près d’un siècle plus tard, pour attaquer l’Église du XVIIIe siècle, Voltaire généralise cette opposition entre science et Église à tout le Moyen Âge.

Les antipodes de Barthélémy L'Anglais - XIIIe
Les antipodes de Barthélémy L'Anglais - XIIIe

Sylvie Nony  : "Voltaire, même s’il était déiste croyant, voulait à tout prix discréditer l’Église catholique romaine, c’était un de ses sports favoris."

Dans son Dictionnaire philosophique, Voltaire invente l’idée d’une Terre plate comme dogme religieux.  

Violaine Giacomotto-Charra : "Il est allé exhumer un texte de Lactance et un texte de Cosmas, deux textes antiques qui n’avaient pas eu à leur époque de répercussion scientifique - voire, dans le cas de celui de Cosmas, qui n’avait pas circulé en Occident - pour en faire des archétypes de la pensée chrétienne de la fin de l’Antiquité. Donc, on en vient à la question fondamentale qui est celle du 'on'. Il ne vient à l’esprit de personne de dire qu’au XXIe siècle 'on' croit que la Terre est plate. Pourtant, il y a des gens qui croient que la Terre est plate. C’est exactement ce qu’il s’est passé. Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, il devait y avoir des gens qui pensaient que la Terre était plate mais ce n’était pas la doctrine officielle. Or, Voltaire a fait comme si c’était la doctrine officielle et enseignée. Il est allé chercher deux textes qui l'arrangeaient, et il a ignoré les dizaines d’autres - en particulier ceux qui avaient un statut de manuel ou d’encyclopédie. C’est vraiment de la manipulation." 

Voltaire est à l'origine de cette fake news
Voltaire est à l'origine de cette fake news
© Getty

Pour appuyer sa thèse, le philosophe des Lumières soutient que ce sont les voyages des grands navigateurs qui ont rétabli la vérité.  

Colomb, Vespucci et Magellan ne craignirent point l'excommunication (...) et la Terre reprit sa rondeur. Voltaire, 1764

Cette idée fausse a tellement été partagée par les historiens du XIXe siècle qu'elle est toujours admise aujourd'hui.