Publicité

Avignon 2011. "L’Homme qui rit" d’Antonio Negri

Par

__________________________________ > Avignon 2011 : le dossier | les reportages quotidiens | 24h en Avignon

André Wilms, à la lecture.
André Wilms, à la lecture.

André Wilms, à la lecture. © Isabelle Lassalle

Publicité

Dans la cour du musée Calvet, France Culture vous invite à la lecture de L’Homme qui rit d’Antonio Negri par Jérôme Kircher, Laurent Poitrenaux et André Wilms, réalisée par Barbara Nicolier et Blandine Masson. La seconde partie, Renzo le partisan , sera donnée lundi 18 juillet.
Philosophe émérite et longtemps professeur à l’université de Padoue, Antonio Negri découvre l’écriture théâtrale un peu par hasard, en parallèle de son travail de recherche en politique et en philosophie. En 2009, il publiait La Trilogie de la différence , un recueil regroupant *Essaim, L'homme plié * et Cithéron . Il recommence avec *L'homme qui rit, Renzo le partisan * et Prométhée qui composent La Trilogie de la critique .

La réalisatrice Barbara Nicolier revient sur la genèse de cette lecture de * L’Homme qui rit, un texte inédit qui sera également porté sur scène en novembre 2011.*

Barbara Nicolier et Blandine Masson, les réalisatrices.
Barbara Nicolier et Blandine Masson, les réalisatrices.

Barbara Nicolier et Blandine Masson, les réalisatrices. © Isabelle Lassalle

De ses racines modestes et communistes, Antonio Negri gardera la volonté de défendre paysans et ouvriers au sein des mouvements marxistes dans les années 1960 et 70. En 1979, il est accusé de complicité dans l’assassinat de l’homme politique Aldo Moro. Il fera quatre ans de préventive dans les prisons italiennes.

Son élection comme député au Parti radical italien en 1983 lui permet de bénéficier de l'immunité parlementaire temporairement. Il fuit en France où il est protégé par la « doctrine Mitterrand » jusqu’en 1997. Après son retour volontaire en Italie, il sera définitivement libéré en 2003 mais reste toujours associé, surtout en Italie, aux Brigades Rouges.

Barbara Nicolier travaille régulièrement avec l’auteur. Sur ce projet, elle est venue avec son expérience pour mettre en place une version radiophonique en collaboration avec Blandine Masson.

Calage du texte et des éléments sonores.
Calage du texte et des éléments sonores.

Les thèmes de sa trilogie se concentrent sur l’engagement politique, l’usage ou non de la violence, la solitude et le désir de communauté. L’Homme qui rit s’interroge particulièrement sur le monde contemporain d’aujourd’hui.

Calage du texte et des éléments sonores. © Isabelle Lassalle Une lecture composée d'archives, d'éléments documentaires et historiques. Au grand bonheur de Barbara Nicolier. Suivi d’un extrait de la répétition avec des éléments sonores qui viennent planter le décor de la lecture.

Les comédiens André Wilms et Laurent Poitrenaux.
Les comédiens André Wilms et Laurent Poitrenaux.

Les comédiens André Wilms et Jérôme Kircher. © I. Lassalle

Le point de départ de ce texte ? Un événement qui bouleversa l'histoire italienne récente, l'enlèvement et l'assassinat du secrétaire de la Démocratie Chrétienne Aldo Moro par les Brigades Rouges, en 1978.

Le récit aborde à la fois les thèmes du combat contre la corruption du pouvoir et le désir de révolution. Mais cette volonté de changement peut-elle aller jusqu’à la mort d’un homme ?

Le choix de la distribution, par Barbara Nicolier et Blandine Masson.


Second extrait des répétitions avec André Wilms et Jérôme Kircher .


En public, dans le jardin du musée Calvet, *L’Homme qui rit * d’Antonio Negri, de 20h à 21h30 le dimanche 17 juillet 2011. Diffusion à l'antenne le 20 novembre 2011, dans le cadre d'un cycle Théâtre et Histoire.

A écouter : Antonio Negri et Barbara Nicolier invités par Florian Delorme dans son émission Culturesmonde le 15 juillet dernier. > A explorer : pour en savoir plus sur les projets de cette trilogie, consultez le site de l’ Association Avanti ! 01