Publicité

Avignon 2015: le spectacle le plus commémoratif

Par

Archives faisant résonner la voix de Chéreau, textes de sa main (publiés ou inédits), extraits d'entretiens, lettres de grandes figures artistiques qui l'ont connu... Dans la série " Le spectacle le plus...", aujourd'hui, un cas un peu particulier : un moment avec le metteur en scène et réalisateur disparu en 2013 et convoqué par la voix de la comédienne Dominique Blanc. Un enregistrement qui sera diffusé sur France Culture le 6 septembre 2015.

Dominique Blanc dans la cour du Musée Calvet, pour l'hommage à Patrice Chéreau
Dominique Blanc dans la cour du Musée Calvet, pour l'hommage à Patrice Chéreau

Cour du Musée Calvet, à Avignon. Quatre géants (des platanes) y dispensent une ombre bienvenue. Il est bientôt 20 heures, et il y a foule. Plus un seul transat violet n'est disponible.

Publicité

Une présentation de la lecture qui va suivre par Blandine Masson, qui dirige les Fictions, et puis la voix de Patrice Chéreau s'élève. L'auditoire, déjà dans le recueillement, l'écoute lire la "Lettre du voyageur", d'Hofmannsthal, que lui avait fait découvrir le peintre et scénographe Richard Peduzzi, créateur de la plupart des décors de ses films.

Puis la comédienne Dominique Blanc arrive sur scène, toute en retenue, et s'assied devant le micro.

Le mot "hommage" aurait-il plu à Patrice Chéreau ? Dominique Blanc et Chéreau, dans @fictionsFC, à #Avignon2015 pic.twitter.com/RizuRSEwsv
— France Culture (@franceculture)

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Affiche La Reine Margot
Affiche La Reine Margot

Elle vient prêter sa voix aux mots écrits par Chéreau (extraits des notes inédites sur la Reine Margot, d'entretiens etc.), et à ceux d'artistes l'ayant côtoyé (lettre de la grande comédienne Maria Casarès, ou encore, nouvelle d'Hervé Guibert, "Les escarpins rouges", dans laquelle il évoque l'écriture du scénario du film L'Homme blessé ...).

Une silhouette extensible : ses contours, sans boursouflure aucune, s'épaississent pourtant ou s'affinent selon les saisons, les mois, les jours, l'heure même de la journée, l'excitation du moment, le soleil ou la pluie, les lieux, les commencements ou les fins de parcours et - bien entendu - l'humeur."

Lettre de Maria Casarès, Patrice Chéreau (Les conquérants)

Dominique Blanc se souvient de sa rencontre avec Chéreau, en 1980, dans le cadre du projet de spectacle "Peer Gynt", et parle de son approche des mots, des textes du réalisateur :

Dominique Blanc, sur sa rencontre avec Chéreau, et les textes du réalisateur

2 min

Le mot "hommage" est un mot que je trouve très embarrassant. Finalement, je pense que quand on a affaire à un artiste d'une telle envergure, d'un tel génie, il faut faire les choses avec beaucoup de simplicité et de vérité.

Dominique Blanc

Pour sa lecture, la comédienne dit avoir puisé de l'inspiration en allant découvrir l'exposition consacrée à Chéreau à la Collection Lambert, à Avignon : "Là c'est un véritable hommage au talent de Chéreau, à tous les artistes qu'il admirait, qu'ils soient photographes, ou peintres. C'est un voyage au pays Chéreau. " Commémoration en dyptique donc, pour le réalisateur : l'une en images, l'autre en mots.

Valérie Six, du Théâtre de l'Odéon, qui a travaillé sur le choix des textes, explique que la thématique privilégiée pour cet hommage était le cinéma.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle revient sur cette sélection, avouant aussi qu'en constituant ce florilège littéraire, elle avait voulu réaffirmer l'humanité du réalisateur : "Il y a des choses qui se disaient sur Patrice Chéreau, que c'était un homme autoritaire, pas très facile... Il pouvait être comme cela, mais c'était d'abord tellement autre chose quand il vous accordait sa confiance, quand il vous intégrait dans l'équipe... "

Valérie Six, à propos des textes choisis pour l'hommage à Chéreau

2 min

Et concernant la réalisation ? Comment émailler ce moment de respirations musicales, tout en conservant la sobriété caractérisant cette lecture, cette "déclaration d'amour " à Patrice Chéreau, pour reprendre les termes de Dominique Blanc. Laure Egoroff, réalisatrice de cette fiction, explique comment elle a souhaité faire des "clins d'oeil " à la filmographie du réalisateur.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Chaleur, ? Emotion ? Les deux combinés ? A la fin, certains spectateurs semblent un peu égarés. Quoiqu'il en soit, tous ceux avec qui nous avons échangé disent avoir savouré le moment.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au soir de sa vie, avant de lâcher prise et d'abandonner une existence qui ne l'amusait plus, un homme avait dit, lui qui avait toujours vécu à Paris : je veux être enterré à Limoges, où ne l'attendait pourtant qu'une ville à laquelle il ne devait rien et qui l'avait ignoré. Il avait ajouté, comme pour s'excuser d'aller s'exiler si loin : "Ceux qui m'aiment prendront le train."

Patrice Chéreau, extrait de "Ceux qui m'aiment prendront le train" (note d'intention) clôturant cette lecture hommage

> Retrouvez toute la websérie "Avignon 2015 : le spectacle le plus..."