Avortement aux États-Unis : la naissance d'un droit

Publicité

Avortement aux États-Unis : la naissance d'un droit

Par

L'histoire de l'avortement aux États-Unis est faite de grands bouleversements, de la tolérance du XIXème siècle à son interdiction, de l'arrêt Roe v. Wade qui déchira l'Amérique aux victoires féministes. Enjeu politique depuis 50 ans, l'I.V.G est encore un sujet qui divise l'Amérique en deux.

La Cour suprême américaine est peut-être sur le point de prendre une décision historique, celle de renverser la jurisprudence Roe v. Wade de 1973, qui permet aux Américaines d'interrompre leur grossesse. C'est ce que révèle un document interne, publié anonymement début mai. Cette décision donnerait le droit à chaque État de statuer sur l'IVG. Avorter deviendrait ainsi interdit dans certaines régions des États-Unis, et pourtant à l'origine, l'avortement n'y était pas illégal. 

La tolérance pour les unions hors mariage

Au XIXe siècle, les journaux proposaient même des publicités pour l’avortement et la pratique, bien que discrète, n’était pas considérée comme un crime. La plupart des femmes qui avaient recours à l’avortement le faisaient dans le cadre d’une conception hors mariage.
Mais à partir des années 1880, les femmes s’émancipent et les épouses veulent moins d’enfants. C’est à ce moment-là que l’avortement est devenu très mal perçu. Pendant un siècle, une succession de lois le contraignent puis l’interdisent dans presque tout les États-Unis.

Publicité
Portrait de famille aux États-Unis, date inconnue.
Portrait de famille aux États-Unis, date inconnue.
© Getty - American Stereoscopic Company

Roe v. Wade

Après des décennies silencieuses, la question de l’avortement refait surface dans l’espace public grâce au combat d’une femme,
Norma McCorvey, et de ses avocates. Enceinte pour la troisième fois à 21 ans, Norma McCorvey porte plainte sous le pseudonyme de Jane Roe, contre le Texas où l’avortement est interdit. Ce procès devient un enjeu de la présidentielle de 1972 divisant Démocrates et Républicains. Finalement, le 22 janvier 1973, la Cour suprême américaine rend un arrêt historique : Roe v. Wade. Il fait de l’avortement un droit constitutionnel.

Ce combat a remobilisé les féministes américaines d'après Camille Froidevaux-Metterie, professeure de science politique et autrice de “Le corps des femmes La bataille de l’intime”

On est au début des années 1970 après une décennie de luttes pour les droits civiques. Ce moment d’effervescence, qu’on a parfois appelé la révolution culturelle, est le cadre dans lequel le féminisme reprend de l’énergie après quelques décennies un peu dans le creux de la vague. Et se forme ce qu’on va appeler par la suite la deuxième vague féministe dont le cœur du combat est le droit à l’avortement et à la contraception.

Si cette affaire redonne un souffle au mouvement féministe, elle va aussi scinder l’Amérique en deux :  pros-life contre pros-choice.

À partir du moment où le droit à l’avortement a été reconnu par la Cour Suprême, le combat s’est cristallisé assez intensément puisque c’est sur la base de cet arrêt que la droite chrétienne va se former, que les lobbys religieux vont s’organiser. Ce sont bien sûr les protestants évangéliques mais ce sont aussi les catholiques. Ces deux communautés réunies forment un contingent assez puissant contre le droit à l’avortement. On estime aujourd’hui que 40% des Américains y sont hostiles.                    

Camille Froidevaux-Metterie

Une division qu’incarne à elle seule Norma McCorvey. Elle a permis à des millions d’américaines d’avorter sans risquer leur vie mais n’a pas pu avorter elle-même, le jugement ayant été rendu plusieurs années après sa grossesse. Elle s’est convertie au catholicisme et est devenue une fervente militante anti-avortement. Un combat qui a le vent en poupe depuis la fin des années 1980.

Norma Mc Corvey (à droite) et son avocate en 1972
Norma Mc Corvey (à droite) et son avocate en 1972
© Getty

Deux arrêts à nouveau de la Cour suprême ont transféré aux États fédérés le pouvoir de décider des critères pour recourir à l’avortement y compris pendant le premier trimestre.                    

Camille Froidevaux-Metterie

Depuis, près de 500 lois fédérales restreignent l’accès à l’avortement des femmes américaines.

À lire :
“Le corps des femmes. La bataille de l’intime” (2018)
de Camille Froidevaux- Metterie