Publicité

Beauvoir dans la Pléiade, une fausse bonne nouvelle pour les femmes

Par
Simone de Beauvoir
Simone de Beauvoir
© Getty - Hulton Deutsch

Previously. Simone de Beauvoir entre dans la "Pléiade". Derrière la réjouissante nouvelle d'une femme rejoignant la prestigieuse collection de Gallimard, le constat est plus mitigé au regard de l'histoire de la collection et ses choix éditoriaux. Elle ne compte en effet qu'une petite dizaine d'écrivaines.

Peu nombreuses, parfois cantonnées au versant autobiographique de leurs œuvres : la place accordée aux femmes dans la bibliothèque de la Pléiade frôle l'inexistence... Une (non) histoire que l'on retrace avec Jean-Yves Mollier, professeur émérite d'histoire contemporaine et spécialiste de l'édition, alors que Simone de Beauvoir fait son entrée dans la prestigieuse collection de Gallimard ce jeudi 17 mai 2018.

Si peu d'élues... 

On les compte presque sur les doigts d'une main. Un peu plus d'une dizaine, voilà le nombre de femmes publiées dans la Pléiade depuis la naissance de la collection en 1931, sous l'impulsion de Jacques Schiffrin. En décembre 2017, Télérama publiait sur son compte Twitter une infographie donnant à voir un déséquilibre flagrant entre hommes et femmes. Un constat qui fait aussi écho aux 82 réalisatrices qui ont monté les marches du festival de Cannes samedi 14 mai, pour mettre en lumière le décalage vertigineux avec les 1688 hommes qui ont monté les marches depuis 1946.  

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Madame de Sévigné, George Sand, Marguerite Yourcenar, Colette, Nathalie Sarraute, Marguerite Duras, Madame de Lafayette, Jane Austen, les soeurs Brontë, Virginia Woolf, Thérèse d’Avila, et à présent, Simone de Beauvoir. Un si petit nombre, déplore Jean-Yves Mollier  : 

Voilà à quoi, ce Panthéon extraordinaire de la littérature mondiale qu’est devenue la bibliothèque de la Pléiade, a réduit les femmes, c’est-à-dire, plus qu’à la portion congrue, à l’inexistence totale. Ça veut dire que, fondamentalement, pour tous ceux qui ont dirigé cette collection, les femmes n’existent pas en littérature. 

Et il poursuit son analyse en revenant aux débuts de la collection. Il a fallu attendre 1953 pour qu'un volume soit entièrement consacré à une femme avec Madame de Sévigné : “Ce qui est intéressant, constate Jean-Yves Mollier, c’est de voir que le premier volume - il y aura trois volumes - porte le numéro 97, et les deux autres le numéro 112 et 124. Ça veut dire qu’il aura fallu attendre que la Pléiade ait plus de 100 volumes pour que l’on condescende à faire entrer une femme.”  

Où sont les femmes ? 

En 2014, la collection avait elle-même pris acte du nombre restreint de femmes, et publiait sur son site

Nous sommes loin de la parité, il est vrai ; mais force est de constater que l’histoire littéraire elle-même s’écrit au masculin jusqu’au milieu du XXe siècle ; et il n’est pas à la portée de la collection, si bienveillante soit-elle, de la corriger.

Et pourtant, ne pourrait pas songer à Edith Warthon, Carson Mc Cullers, Ingeboch Bachman, Lou Andreas-Salomé, ou encore des femmes récemment nobellisées comme Doris Lessing, Alice Munro, Svetlana Alexievitch ? Il est par exemple troublant de constater que l'oeuvre complète d'Annie Ernaux est publiée dans la collection Quarto de la même maison Gallimard, et n'a pourtant pas passée la porte du Panthéon de la littérature. Jean-Yves Mollier met par ailleurs l'accent sur toutes ces écrivaines, bien moins connues mais qui ont oeuvré dans l'histoire de la littérature et existent bel et bien : Marguerite de Navarre, Louise Collet, Marceline Desbordes-Valmore, ou encore, cette femme, nègre littéraire, à laquelle Alexandre Dumas père a commandé des textes qu'il a publiés en son nom propre. L'universitaire poursuit : 

On ne peut pas accepter cette phrase selon laquelle, au fond, la bibliothèque de la Pléiade s’en tiendrait à la sous-existence littéraire des femmes. C’est totalement faux. Les féministes ont fait un gros travail d’exhumation, en montrant que bien entendu il existe des centaines d’écrivaines. Elles existent. Par conséquent, il appartient à la Pléiade de leur donner la place qu’elles méritent.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mémoires et correspondances : le lot féminin ? 

Simone de Beauvoir accède bel et bien à la Pléiade, certes 36 ans après Jean-Paul Sartre. Pourtant, dans cette édition, aussi exhaustive et passionnante soit-elle, une absence saute aux yeux : le Deuxième Sexe ne figure pas parmi les deux tomes de près de 1 600 pages chacun. C'est pourtant ce texte, apport majeur à la théorisation du féminisme, qui lui apporta une renommée internationale. Mais peut-être un troisième tome prépare-t-il l'édition de ce texte ? On trouve par ailleurs dans ces deux volumes cinq textes de l'auteure : Mémoire d’une jeune fille rangée, La Force des choses, La Force de l’âge, Tout compte fait et La Cérémonie des adieux. Mais pour Jean-Yves Mollier, "c’est une entrée parallèle à la véritable littérature". 

A l'heure actuelle, à y regarder de plus près, ce choix éditorial n'est pas sans rappeler l'édition de 1970 de l'oeuvre de George Sand, dédiée à ses Oeuvres autobiographiques. Jean-Yves Mollier pointe l'absurdité de ce choix éditorial excluant les romans de Sand, contribuant à une vision tronquée de son oeuvre : 

L’absence des romans de George Sand est un scandale, ou plus exactement, c’est la marque d’un mépris total. Le rôle de l'école est fondamental. Ce sont les instituteurs, les professeurs de collège, les professeurs de lycée, les professeurs d’université qui font des classements, décident des textes qui entrent au Panthéon littéraire. Ce sont ces jugements de valeur qui n’ont rien à voir avec l’existence de la littérature réelle, qui continuent à peser sur la littérature comme une épée de Damoclès. 

L’universitaire pointe alors le rôle des institutions considérées comme légitimantes derrière ces choix éditoriaux.

A quand une place égale pour les femmes dans la Pléiade ?

Devenir un classique pour une femme est toujours chose compliquée, car rien ne leur est facilité pour qu'elles puissent franchir les étapes de consécration et de légitimation, bien au contraire. Simone de Beauvoir est entrée bien après Jean-Paul Sartre, et l'arrivée d'Elsa Triolet dans la collection n'a pas été envisagée contrairement à celle d'Aragon. 

Derrière les choix éditoriaux et commerciaux pour faire vendre les livres, les résistances peuvent être tenaces et résultent aussi d'un phénomène de société, analyse Jean-Yves Mollier : 

Comme on retrouve cette question [ndlr, de la visibilité] dans tous les domaines quand il s’agit d’une femme, on finit par se dire : “Attention, notre propre jugement est obscurci par une situation sociale et non pas par la réalité de deux œuvres dont l’une serait éventuellement plus importante que l’autre. C’est la société et tout l’environnement qui imposent ses jugements."

"Vite, vite, vite, des femmes, que des femmes !" s'exclame Jean-Yves Mollier, appelant à rééquilibrer les effectifs pour être à l'écoute du monde contemporain, intégrer des femmes de la littérature française, francophone et étrangère. Et enfin, surtout... reconnaître les femmes : 

Pour une maison maison d’édition aussi prestigieuse que Gallimard, connue dans le monde entier, née de l’avant-garde, la NRF, le groupe de Gide : on pourrait espérer, et attendre d’une telle bibliothèque, qu’elle soit davantage ouverte au monde réel, pour reprendre le titre du cycle d’Aragon.