Publicité

Betsy Jolas 1/5 : "Petite fille, il fallait que je sois Mozart ou Beethoven, ou rien !"

Betsy Jolas le 22 Novembre 2006 à Paris.
Betsy Jolas le 22 Novembre 2006 à Paris.
© AFP - Jacques Demarthon

2006. Betsy Jolas est l'invitée d'"A voix nue" pour une série de cinq entretiens à l'occasion des 80 ans de la compositrice. Dans ce premier volet, elle aborde la question de la place de la femme dans ce milieu très masculin et retrace son parcours, fait de travail acharné.

Dans ce premier entretien d'"A voix nue", la compositrice Betsy Jolas explique qu'elle ne voulait pas être vue comme une femme dans le milieu de la composition et c'est pourquoi elle a refusé de nombreuses fois de participer à des programmes féminins parce qu'elle y aurait "côtoyé" des femmes qu'elle "n'estimait pas" et elle ne voulait "pas être assimilée à ces femmes-là", à ce "côté un peu patronage" : "J'étais très ambitieuse et je voulais me mesurer à ce qu'il y avait de mieux et donc je me mesurais à des hommes." Elle s'amuse encore maintenant que son âge n'était jamais mentionné dans les programmes ! Elle constate que c'est un double problème : un problème de femme et un problème de femme compositeur. "Il n'y a pas si longtemps que l'on admet que la femme puisse être créatrice autrement que pas son ventre", affirme-t-elle.

"A voix nue" avec Betsy Jolas 1/5. Une diffusion du 04/12/2006

27 min

L'entretien se poursuit sur le thème de la particularité d'être une femme dans un milieu d'hommes, de l'énorme besoin de concentration que nécessite le travail de composition et combien elle s'est sentie "coupable d'aller travailler". "Il a fallu beaucoup d'acharnement", confie-t-elle, pour ne pas se laisser aller à l'atavisme féminin de s'occuper de nombreuses autres tâches. Dans l'ouverture aux femmes, la musique est le dernier art à être concerné par cette évolution, "la musique vient après, c'est un fait", qu'elle n'explique pas.

Publicité

Je n'avais aucune raison de croire que j'y arriverais parce que je n'étais pas douée, c'est ça le problème. Moi, je ne suis pas quelqu'un qui étais naturellement douée, donc tout ce que j'ai obtenu - c'est une espèce de conte de fées - je l'ai obtenu par un travail absolument acharné. Je suis une bosseuse, comme on dit.

Réalisation : Franck Lilin. production : Véronique Puchala. Une diffusion du 4 décembre 2006.