Publicité

Betsy Jolas 5/5 : "Je sais quelle image sonore je donne de moi"

Betsy Jolas le 22 novembre 2006 à Paris.
Betsy Jolas le 22 novembre 2006 à Paris.
© AFP - Jacques Demarthon

2006. Cinquième et dernier entretien d'"A voix nue" avec Betsy Jolas. La compositrice évoque sa longévité dans la création, ce qui la fait toujours créer c'est une forme d'inquiétude et un besoin de se prouver des choses à elle-même. Elle s'émerveille encore de ce que la vie lui réserve, toujours prête.

Dans ce dernier entretien, la compositrice Betsy Jolas fait le point sur ses connaissances et sur la reconnaissance. Elle pense que le manque de confiance qu'elle ressent en elle est une caractéristique féminine à laquelle se rajoute chez elle une "absence de facilités". Elle confie travailler toujours "lentement" et "énormément" mais "apparemment, ça marche !". "Très souvent les œuvres sont pour moi un défi, quelque chose à prouver et surtout à prouver à moi-même, et elle rajoute, j'ai encore des choses à prouver et je pense que ça me maintiendra en vie encore quelques temps !"

"A voix nue" avec Betsy Jolas 5/5. Une diffusion du 08/12/2006

27 min

A 80 ans maintenant, même si elle se connaît bien, si elle sait ce qu'elle sait faire ou pas, elle se dit "toujours inquiète" et c'est important de garder cet état d'esprit pour créer. Dans les années 70, elle a fait un grand tri et a jeté ses esquisses pour ne pas qu'on s'en empare plus tard pour les disséquer. Mais elle constate elle-même, depuis ses œuvres de jeunesse, qu'elle voit des constantes dans son œuvre. 

Publicité

Il y a des jours où je m'émerveille, c'est extraordinaire ce qui m'arrive. Je dois avoir de la chance. En tout cas, il y a une chose que j'ai, quand la chance se présente, je la prends. Je ne la refuse pas. Quand il y a une opportunité, une occasion extraordinaire, et bien je vais le faire. Quand Messiaen me demande d'être son assistante, ce n'était pas prévu, c'était incroyable, c'était le conte de fées.

Réalisation : Franck Lilin. Production : Véronique Puchala. Une diffusion du 8 décembre 2006