Publicité

Bob Dylan, inventeur poétique, prix Nobel de littérature 2016

Bob Dylan au Newport Folk Festival
Bob Dylan au Newport Folk Festival
© Getty - Gai Terrell/Redferns

Le chanteur / compositeur, icône des années 1960, vient d'être récompensé au plus haut niveau pour ses qualités de poète. Réactions et archives.

Le nom du chanteur / compositeur circulait depuis plusieurs années parmi ceux qui pourraient obtenir un jour la plus haute distinction littéraire du monde. Pourtant, c'est bel et bien une surprise de taille que l'académie Nobel récompense ce jeudi 13 octobre l'un des plus célèbres auteurs / compositeurs américains, qui a marqué depuis les années 1960 toute une génération avec des titres inoubliables comme "Like a rolling stone" ou "Blowin in the wind", "pour avoir créé une nouvelle expression poétique dans le cadre de la grande tradition de la chanson américaine".

Retrouvez nos dossiers sur les prix Nobel de littérature

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce jeudi, dans la seconde partie de la Grande table, passée la surprise de l'annonce, la réaction du critique rock Michka Assayas :

Bob Dylan, Nobel 2016 de littérature : réaction de l'écrivain Michka Assayas

3 min

"Vous savez, c’est un inventeur. C’est quelqu’un qui s’est saisi d’une forme populaire : la chanson traditionnelle. Aussi bien les airs folkloriques, les airs de blues, country, gospel, et il les a modelés pour les mettre au service d’un contenu moderne, nouveau. Personne n’avait jamais fait ça avant lui. "

En décembre 2006, Jacques Bonnaffé faisait siens les mots de Bob Dylan à la Maison de la poésie à Paris. "Un poète phénoménal, raccourci de notre époque" disait-il avec le souhait de s'emparer dans notre langue "du talking-blues du poète -diseur" :

Jacques Bonaffé dit Bob Dylan, décembre 2006

57 min

"Combien de fois faut il lever les yeux avant d'apercevoir le ciel ? Combien d'oreilles faut-il à un seul homme, avant qu'il entende les autres pleurer ? Combien de morts avant qu'ils comprennent que le nombre est déjà trop grand ? La réponse, mon ami, est soufflée par le vent."

"Ah, sans le savoir j'avais pris dans mon étreinte un arbre magnifique mais dont le coeur était fêlé, et sans le remarquer j'étais déjà tombé dans le péché de la fausse sécurité de l'amour."

Retrouvez ici l'intégralité du feuilleton de François Bon en 15 épisodes "Comment Robert Zimmerman inventa Bob Dylan"

A lire : Les Nobel 2016