Publicité

Box office culture : littérature, série, jeux vidéo...plus que jamais, fait-on du neuf avec de l'ancien ?

Par
Tewfik Jallab, Malek Lamraoui, Hiam Abbass, Mouna Soualem et Naidra Ayadi dans la série "Oussekine" qui revient sur l'affaire Malik Oussekine survenue en 1986.
Tewfik Jallab, Malek Lamraoui, Hiam Abbass, Mouna Soualem et Naidra Ayadi dans la série "Oussekine" qui revient sur l'affaire Malik Oussekine survenue en 1986.
- Disney Plus

Cette semaine au programme du box office de Soft Power : le roman retrouvé "Guerre" de Céline , "Le Jeune Homme" d'Annie Ernaux, le démarrage de "Doctor Strange" au cinéma, la prometteuse série Oussekine sur Disney Plus et le succès de "Nintendo Switch Sports", quinze ans après "Wii Sports".

Bienvenue dans le Box Office, le rendez-vous hebdomadaire de l’émission Soft Power. On y épluche chaque semaine les tendances de la culture et les plus gros succès du moment. En partenariat avec l’institut d’études GfK pour les livres et les jeux vidéos et CBO Box Office pour le cinéma.

Les succès littéraires de la semaine : faire du neuf avec du vieux ?

Du mouvement cette semaine côté littérature ! Après plusieurs semaines relativement calmes du côté de la fiction comme des essais, deux sorties arrivent en tête des ventes. En matière de fiction, on parlait au début de la saison de la redécouverte d’un « trésor littéraire » de l’auteur pour le moins controversé Louis-Ferdinand Céline. Au début de ce mois de mai 2022, Gallimard a sorti Guerre, un ouvrage inédit donc, qui suit le brigadier Ferdinand sur le front. On ne sait s’il provient d’un passage de Voyage au bout de la Nuit (1932) qui aurait été détaché puis retravaillé indépendamment, ou d’un récit plus proche de Mort à Crédit (1936) du fait de la proximité stylistique indéniable.

Publicité
Couverture du roman inédit de Louis-Ferdinand Céline "Guerre".
Couverture du roman inédit de Louis-Ferdinand Céline "Guerre".
© AFP - Christophe ARCHAMBAULT

Une chose reste pourtant sûre : malgré son aspect « premier jet », on retrouve dans ces pages toutes la vigueur et la spécificité du style célinien. Une expérience littéraire donc, preque plus qu’une lecture classique. Notons que cette sortie est simultanée à l’ouverture à la fondation Gallimard d’une exposition dédiée à ce foisonnement d’œuvres retrouvées cet été. Accessible depuis le 6 mai et jusqu’au 16 juillet, « Céline, les manuscrits retrouvés » propose de nombreux artefacts, rassemblés sous le commissariat d’Alban Cerisier, qui renseignent sur la méthode d’écriture mais aussi les sources bibliographiques de Céline. Une manière également de confirmer que d’autres inédits de l'auteur ont été découverts et devraient paraître de manière successive à l'automne, puis en 2023.

Classement des ventes de la semaine, catégorie fiction littéraire.

Du côté des essais et documents, c’est la sortie d’un court texte d’Annie Ernaux, "Le jeune homme", qui fait sensation. Paru en 2022 mais écrit en 1990, ce livre retrace l’idylle vécue par son autrice avec un homme de 30 ans son cadet. Sur le fond, on remarque le basculement qui s’opère entre l’habitude d’Annie Ernaux de décrire le phénomène de transfuge de classe du point de vue populaire, quand elle incarne ici, contrairement à son habitude, face à ce jeune homme, la figure de la bourgeoise. Ce qui intéressera le lecteur, c’est aussi et surtout le parallèle qu’elle fait avec le processus d’écriture, qui lui permet la réelle sensation de complétude des expériences qu’elle vit, puisque comme elle l’écrit : "Si je ne les écris pas, les choses ne sont pas allées jusqu'à leur terme, elles ont été seulement vécues". Une porte ouverte sur l’intime et sur la médiation entre vécu et écriture, le tout en seulement quarante pages…c’est donc efficace et toujours aussi agréable à lire, et c’est encore chez Gallimard.

Classement des ventes de la semaine, catégorie essais et documents.

Nouveau blockbuster, nouveau record de démarrage au box office cinéma

Sorti le 4 mai 2022, Doctor Strange in the Multiverse of Madness, le deuxième volet des aventures du Dr. Strange, nous prouve une fois de plus que l’histoire d’amour entre le public français et Marvel est toujours d’actualité. C’est un démarrage record puisque 1 438 287 personnes se sont rendues en salles lors de sa première semaine d’exploitation française (à titre de comparaison, c’était 1 132 062 entrées la semaine précédente pour le troisième volet des Animaux Fantastiques). Il est réalisé par Sam Raimi, à qui l’on doit la première trilogie Spider-Man – celle dans laquelle l’homme-araignée était incarné par Tobey Maguire. Le film fait justement presque aussi bien que Spider Man : No Way Home dans lequel on retrouvait Spider Man sous les traits de Tom Holland notamment, et qui convoquait déjà le principe du multiverse dans son scénario.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ce principe, parfois jugé un peu capillotracté, d’aller combattre des méchants dans différentes dimensions du monde qui coexisteraient, n’effraie visiblement pas les spectateurs donc. Pour les aider à s’y retrouver dans l’histoire, Marvel propose à ses amateurs les plus assidus de retrouver des têtes connues des amateurs de son univers, comme la sorcière Wanda Maximoff, qui était l’héroïne de la série Wanda Vision - notons que le Dr. Strange lui-même apparaissait beaucoup dans les derniers volets Marvel, notamment Spider Man No Way Home. Chacun se fera son avis sur le film – d’une durée de 2h06 puisqu’il est rare désormais de voir l’un de ces films passer sous la barre des deux heures – mais on ne peut nier que le blockbuster a de beaux jours devant lui en salle…s’il continue d’y sortir.

"Oussekine", quand Disney Plus se plonge dans un pan de l’histoire sociale française

On reste chez Disney, mais on passe côté plateforme et surtout on change radicalement de sujet, avec la nouvelle série produite par Disney Plus, Oussekine. Oussekine, avant d’être le nom d’une série, c’est le nom d’une affaire, survenue en 1986, et qui fait « drôlement » écho au climat social de ces dernières années et à un sujet qui préoccupe beaucoup l’opinion publique à juste titre : les violences policières. Toutefois, la série ne se veut pas porteuse de messages contemporains mais s’intéresse bien à l’histoire de Malik Oussekine, jeune étudiant de 22 ans battu à mort sans raison légitime par trois policiers, et à celle de sa famille, qui doit affronter l’innommable tristesse de la disparition prématurée de l’un de ses membres, et se trouve obligée de subir une exposition médiatique de grande ampleur. Avec elle, le risque d’une instrumentalisation de la mort de Malik, mais aussi l’espoir de mener à terme une enquête dans laquelle rien ne les met sur un pied d’égalité avec des policiers couverts en partie par leur hiérarchie. La série réussit particulièrement dans l’intégration de l’intime au récit public, historique. Les quatre épisodes naviguent entre le soir de l’agression mortelle, les conséquences qui s’en suivent et l’enfance du jeune homme, pour nous raconter non pas un fait divers, mais un drame familial, devenu un fait de société. On aborde en filigrane les violences policières, la remise en question du roman national français mais aussi l’ancrage du racisme dans la société française à l'époque qui alimente la double perception des parents Oussekine de leur vie en France, entre espoirs d’intégration et sentiment de n’être qu’en exil.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Fascinant aussi, sur ce type de projet sériel, la manière de le mettre en place. Thomas Desroches pour Allociné et Camille Belsoeur pour France TV Info s’y sont attardé avec raison. L’idée est venue d’Antoine Chevrollier (Le Bureau des Légendes, Baron Noir), marqué dans son enfance par le titre L’État assassine du groupe Assassin. Après s’être attaché le soutien de Disney, il entame avec Lina Soualem un travail documentaire d’ampleur en même temps qu’il constitue une équipe de scénaristes et réalisateurs composée de Cédric Ido, Faïza Guène et Julien Lilti. Désireux d’informer la famille Oussekine du projet, l’accueil est si positif qu’il aboutit en un véritable dialogue entre les scénaristes, les comédiens et les membres de la famille Oussekine. L’interprétation est d'ailleurs à souligner. Qu’il s’agisse de Sayyid El Alami (Malik), Mouna Soualem (qui incarne Sarah tout en nuance), Malek Lamraoui (Ben Amar), Naidra Ayadi (Fatma), Tewfik Jallab (méconnaissable de sérieux et de dignité dans le rôle de Mohamed) ou encore d’Hiam Abbass (déjà impressionnante en Marcia Roy dans Succession, ici parfaite dans son incarnation de la mère, Aïcha), à former devant nous une famille endeuillée mais résiliante, en toute subtilité.

Globalement, c’est pour la plateforme un projet qui dénote, ou du moins qui interpelle, mais qui finalement fait tout à fait sens, entre récit familial fort et quête d’engagement. Un premier positionnement réussi sur la fiction française, de bon augure pour la suite de la programmation française de la plateforme… on ne peut que vous conseiller d’aller retrouver les quatre épisodes, disponibles donc depuis le 11 mai sur Disney Plus.

Le temps est bon, le ciel est bleu, mais le sport se pratique devant les écrans

Pour clôturer ce box office, un constat : depuis quelques semaines il fait beau, mais plus que jamais on se met au sport…devant son écran ! En tout cas, c’est ce que laissent entendre les ventes du jeu Nintendo Switch Sports, qui connaît un très beau démarrage depuis sa sortie sur Switch le 29 avril. Près de 15 ans après le jeu Wii Sports, vendu à 83 millions d’exemplaires et donc meilleure vente de l’histoire de Nintendo, l'entreprise mise sur une offre multisport et multijoueur pour relancer le « motion gaming » dont Pierre Trouvé analysait la trajectoire pour Le Monde récemment.

Au niveau du jeu, rien de complètement révolutionnaire mais l’on peut dire que l’on retrouve des sensations dont on était nostalgiques, et que le jeu est toujours aussi fédérateur et familial, ce qui fait sa force historiquement.

Classement des ventes de la semaine, catégorie jeux vidéo.

CE BOX OFFICE EST ISSU DE L'ÉMISSION " L'IDENTITE PALESTINIENNE FRAGMENTEE " DU 15 MAI 2022. LES RÉSEAUX SOCIAUX | Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter | Facebook | LinkedIn | Spotify L’ACTUALITÉ DE SOFT POWER | Pour mieux la comprendre, notre radiographie de la génération Z . Pour une nouvelle éthique de la musique en streaming, nos conseils pour se réapproprier sa musique . Pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique. Et pour en savoir plus sur la pensée de l'écologie, nous avons créé notre bibliothèque idéale des penseurs de l'écologie. ••• Vous pouvez nous écrire pour nous faire part de vos réactions, vos commentaires, vos critiques. Soft Power, France Culture, 116 avenue du président Kennedy 75016 PARIS ou par email directement à l'adresse marcelo.velit@radiofrance.com