Publicité

"Burn After Writing" : le néo-journal intime à la première place des ventes

Par
Des comptes parmi les plus influents de la communauté Tiktok francophone ont adoubé "Burn After Writing", le journal intime de développement personnel, qui finit sa première semaine en tête des ventes.
Des comptes parmi les plus influents de la communauté Tiktok francophone ont adoubé "Burn After Writing", le journal intime de développement personnel, qui finit sa première semaine en tête des ventes.
© Getty - Chee Gin Tan

Le livre de Sharon Jones, qui doit son succès au plébiscite qu'il a reçu sur TikTok, est au croisement du développement personnel et des histoires dont vous êtes le héros. Le lecteur est invité à répondre à des questions existentielles dans l'intimité de son cahier.

Bienvenue dans le Box Office, le rendez-vous hebdomadaire de l’émission Soft Power. On y épluche chaque semaine les tendances de la culture et les plus gros succès du moment. En partenariat avec l’institut d’études GfK pour les livres et les jeux vidéos et CBO Box Office pour le cinéma.

Dans la catégorie Essais-Doc, le classement est dominé cette semaine par un livre de développement personnel au succès étonnant. Il s’appelle (non-traduit dans la version française) Burn After Writing, de Sharon Jones, qui est sauf erreur une parfaite inconnue. Quand on ouvre le livre, on comprend vite qu’il n’y a rien à y lire ou presque, mais qu’il va falloir écrire. 

Publicité

Le concept est le suivant. Sur les réseaux sociaux, on est toujours en représentation - c’est-à-dire jamais tout à fait soi, constamment sous le regard d'autrui et donc toujours un peu autre que nous-même. Mais où trouver, alors, cet espace intime, ce lieu secret, où le « je » se raconte seul, où l’on s’exprime avec la certitude de n'être jamais vu ? Un journal intime, tout simplement ? Sans doute trop désuet pour la génération TikTok, qui préfère Burn After Writing. 

Burn After Writing, c'est le journal intime que personne d’autre ne lira, puisque l’autrice nous demande de le brûler ou de l’enfouir après avoir terminé. On peut donc y écrire les choses les plus inavouables - et donc, d'après l'autrice, les plus vraies. Et le journal mâche considérablement le travail, puisque qu'il pose toutes les questions. La dernière fois que j’ai pleuré ? La dernière chose que j’ai pensé avant de dormir ? Le premier mot que j’utilise pour me décrire ? Sachez qu’ils sont des millions à avoir vu des influenceurs filmer sur TikTok leur ouverture admirative de l'ouvrage - à tel point que l'éditeur le présente directement comme "un phénomène mondial des réseaux sociaux".  “C’est magique”, soufflent les jeunes internautes en réaction aux vidéos qui en ventent les vertus thérapeutiques. Un succès incompréhensible à première vue : qui a besoin de la dictée d'un cahier à 12,90 euros pour écrire son for intérieur ? 

Pourtant, ce n'est pas un hasard s'il paraît si stimulant à la génération Y +. N'est-elle pas celle pour laquelle tout depuis l'enfance est répertorié, tracé et mémorisé ? Pour eux, le secret tient du privilège perdu et oublié, d'un pouvoir presque magique. L’autrice a bien senti et capté ce manque, offrant aux enfants des réseaux sociaux la possibilité de ce qu'ils n'ont plus : la confession intime.

En somme, Burn After Writing, premier des ventes en Essais, n’est pas vraiment un livre : c’est au mieux un cahier de vacances existentiel. Le néo-journal intime de la génération TikTok – qui est visiblement en train de réinventer le fil à couper le beurre.

Le classement des meilleures ventes de la semaine en Essais-Documents, par l'institut GfK 

En fiction, la première place des ventes revient cette semaine à Guillaume Musso, pour le retour de La vie est un roman avec des chiffres de ventes remarquables (comme d’habitude avec Musso, surtout pour un livre qui est sorti l’année dernière). À la deuxième place, les tomes 3 et 4 de la Chronique des Bridgerton, sorti le 17 mars 2021, qui continuent de prouver le succès du nouveau tandem vertueux : la technique Arsène Lupin. La maison d’édition fait la passe à Netflix qui sort une adaptation télévisée d'un roman à succès, Netflix fait un gros coup et le ping-pong s'installe entre les nouveaux épisodes de la série et les rééditions du livre. À la fin, tout le monde gagne.

Le classement des meilleures ventes de la semaine en fiction, par l'institut GfK 

"Avatar" redevient le film le plus lucratif de l'histoire du cinéma

Au cinéma, on s’était promis de freiner un peu sur l’analyse des succès insolents du box office chinois, qui enchaîne depuis quelques mois les blockbusters locaux, les records de billetterie et les salles combles, ce qui nous rend follement jaloux. Mais les Chinois s’amusent tellement, ils ne veulent pas s’arrêter en si bon chemin. Alors, ils ont décidé de ressortir en salle Avatar, le film de James Cameron, 10 ans après, pour le revoir – juste comme ça, pour le plaisir. Et leur enthousiasme est tel qu’Avatar est redevenu la semaine dernière, grâce aux spectateurs chinois, le film le plus lucratif de l’histoire du cinéma. Il est repassé devant Avengers Endgame, et a franchi la barre des 2,8 milliards de recettes. 

Lil Nas X choque la droite américaine

On finit avec la musique qui choque la droite américaine : Montero, de Lil Nas X. Le chanteur-rappeur ouvertement gay s’y représente successivement en Adam du paradis et en diablotin de perversion. Il y a le serpent tentateur, la descente aux enfers sur une barre de lap dance, les corps lascifs qui se contorsionnent : toute une imagerie homoérotique, jusqu’au strip-tease final avec Satan himself. Une véritable saison en enfer et un vrai coming-out artistique. C’en est trop pour les bons pères de famille de la droite américaine, qui dénoncent le mal, le vice, la décadence, le satanisme qui ne se cache même plus.

Lil Nas X à la 62ème cérémonie des Grammys, le 26 janvier 2020 à Los Angeles, Californie.
Lil Nas X à la 62ème cérémonie des Grammys, le 26 janvier 2020 à Los Angeles, Californie.
© Getty - David Crotty

De son côté, Lil Nas X prend de la hauteur. Montero, le titre de la musique, c’est aussi son prénom. Comment l’interpréter ? Lil Nas a justement publié sur Twitter une lettre “au petit Montero”, c’est-à-dire à lui-même, au petit enfant qu’il était, déjà gay mais le dissimulant au plus profond de lui. Il lui dit : “on s’était promis qu’on ne le dirait jamais publiquement, qu’on ne serait jamais “ce genre” de gay". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le sous-titre de la chanson fait écho au film éponyme : "Call Me By Your Name". Dire ce que l’on est, mettre un nom sur soi-même, Lil Nas X est plus subtil que sa vidéo chaude ne le laisse croire. Et le rappeur d’envoyer finalement, au terme de sa lettre, une note d’espoir : "love from the future". 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

CETTE CHRONIQUE EST À REECOUTER DANS LE PODCAST DE L'EMISSION DU 28/03/2021

LES RÉSEAUX SOCIAUX | Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter | Facebook | LinkedIn | Spotify

L’ACTUALITÉ DE SOFT POWER | Pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique. Et pour en savoir plus sur la pensée de l'écologie, nous avons créé notre bibliothèque idéale des penseurs de l'écologie.