Publicité

Burundi : quel pays laisse le Président Pierre Nkurunziza après sa mort soudaine ?

Par
Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza (Centre) réagit aux sympathisants à son arrivée à l'ouverture de la campagne du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie. Le 27 avril 2020.
Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza (Centre) réagit aux sympathisants à son arrivée à l'ouverture de la campagne du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie. Le 27 avril 2020.
© AFP - Tchandrou Nitanga

La face cachée du globe. La mort lundi "par arrêt cardiaque" du Président burundais n’empêche pas les questions sur les véritables causes de son décès. Pierre Nkurunziza, qui estimait son pays "protégé par Dieu", serait-il le premier chef d’État à avoir succombé au coronavirus ? Et quel héritage laisse-t-il ?

La mort de Pierre Nkurunziza a réveillé les craintes d’une nouvelle instabilité politique dans un pays qui a connu une guerre civile de 1993 à 2006 et une grave crise politique en 2015. 

Cette disparition intervenue moins d’un mois après les élections présidentielles et générales du 20 mai s’accompagne d’un climat de suspicion et de questionnements sur les causes réelles de sa mort et l’épidémie de coronavirus, totalement occultée par les dirigeants de ce pays.

Publicité

Colette Braeckman est journaliste au quotidien belge Le Soir et spécialiste de la région des Grands Lacs. 

Pierre Nkurunziza qui avait incarné un pouvoir autoritaire au Burundi pendant quinze ans est mort lundi à 55 ans. L’homme, qui n’avait pas brigué de nouveau mandat lors du scrutin du 20 mai mais se réservait un rôle de "guide suprême du patriotisme", a officiellement succombé à "un arrêt cardiaque". Les Burundais se posent toutefois des questions sur les causes de son décès. En sait-on un peu plus aujourd’hui ?

En fait, on savait "sous le manteau" que le Président Nkurunziza souffrait d’une maladie incurable, probablement d’un cancer, ce qui l’avait amené à ne pas briguer un nouveau mandat. Sur cet organisme affaibli, le coronavirus s’est invité et c’est vraisemblablement la cause de son décès. Par ailleurs au Burundi, il y a toujours beaucoup de suspicions et la rumeur d’un empoisonnement avait même couru un moment car sa mort a été soudaine mais c’est une rumeur totalement invérifiable.

Si la cause de l’aggravation de son état et de sa mort s’avère être liée au  coronavirus, il est l’un des rares chefs d’état africains à avoir opté pour une position de déni total face à cette pandémie ?

Cela ajoute un côté dramatique à la situation car le Burundi a encouragé la campagne électorale en ne lésinant pas sur les meetings et les réunions publiques. Pierre Nkurunziza martelait que l’on ne devait pas s’inquiéter. Or, maintenant, c’est pratiquement toute l’élite dirigeante qui est, ou a été frappée par la maladie. Le Président sortant a disparu. Son successeur élu était à l'hôpital vendredi encore, atteint du coronavirus. Celui qui doit assurer l’intérim, le président de l’Assemblée nationale a contracté, lui aussi, la maladie. Et donc c’est toute l’élite dirigeante du Burundi qui a très peur d’avoir été contaminée.

5 min

En proclamant que "l’air du Burundi était purifié par Dieu", en encourageant ses concitoyens à aller aux meetings électoraux, à la messe et à ne pas bouder les matchs de football, le Président défunt n’a pas seulement exposé l’élite mais aussi  sa population ?

Tout à fait, toutes sortes de rassemblements politiques ou autres se sont poursuivis, de même que les compétitions sportives et les matchs de football. Les représentants de l’OMS (l’Organisation internationale de la santé) à Bujumbura qui multipliaient les mises en garde ont été expulsés, sans autre forme de procès, pour que les élections puissent se tenir "sans  trouble-fête". 

Aujourd’hui, la situation sanitaire dans le pays suscite des inquiétudes. De plus, un millier de citoyens congolais qui se trouvaient au Burundi sont rentrés il y a dix jours à Bukavu, au Sud Kivu, et maintenant l’épidémie touche cette région de la RDC.

6 min

Le défunt président Nkurunziza, un évangélique "Born Again", était connu pour être un homme redoutable face à tous ceux qui s’opposaient à lui. Des centaines de milliers de Burundais ont dû fuir le pays, notamment lors de la grave crise politique de 2015 qui a fait 1 200 morts. Le Burundi est sans cesse épinglé par  les organisations de défense des droits de l’homme. 

Sur la question ethnique, ce pays voisin du Rwanda compte, lui aussi, une population hutue et tutsie. Il a connu de 1993 à 2006 une guerre civile qui a fait 300 000 morts. Aujourd’hui et après quinze ans de règne, quelle image laisse Pierre Nkurunziza en termes de réconciliation du pays ? 

Il a mis hors course les formations politiques tutsies. Des milliers de Burundais, essentiellement tutsis, 60 000 environ, se sont réfugiés au Rwanda. Pierre Nkurunziza a dirigé le pays avec son parti, le CNDD, une sorte de parti unique composé d’anciens rebelles formés en Tanzanie et ce fut essentiellement un pouvoir hutu. Ce qui est à noter dans la situation du Burundi, c’est que les Tutsis ne sont pas partie prenante dans le jeu politique actuel et que les dissensions opposent surtout les partis hutus. 

Le principal rival du vainqueur supposé de l’élection présidentielle du 20 mai est lui-même un ancien chef rebelle hutu, Agathon Rwasa, qui aurait gagné les élections. Mais le scrutin a été entaché d’irrégularités, aucun observateur étranger n’a été autorisé et malgré la contestation des résultats, c’est le candidat du parti au pouvoir qui a donc été proclamé vainqueur.

Et pourtant Evariste Ndayishimiye, le vainqueur proclamé de l’élection, n’était pas vu comme le premier choix du défunt Président mais celui d’un clan de généraux au sein du  parti présidentiel ?

Evariste Ndayishimiye, président élu du Burundi du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), signe le livre de condoléances à la maison d'État de Bujumbura le 13 juin
Evariste Ndayishimiye, président élu du Burundi du parti au pouvoir, le Conseil national pour la défense de la démocratie - Forces pour la défense de la démocratie (CNDD-FDD), signe le livre de condoléances à la maison d'État de Bujumbura le 13 juin
© Maxppp - TCHANDROU NITANGA

Oui, car le parti au pouvoir est lui-même divisé. Les "durs" du régime, que je qualifierais de composante mafieuse du parti, n’ont pas approuvé la candidature du général Ndayishimiye. Il est un des fondateurs du parti au pouvoir qui a participé à la lutte armée depuis la Tanzanie, mais un clan du pouvoir le considère aujourd’hui comme un modéré. 

Les Etats-Unis ont d’ailleurs reconnu très vite sa victoire et se sont dits  prêts à travailler avec lui dans l’espoir qu’il réduise le niveau de corruption. Cela n’a pas plu à l’aile dure du régime qui le conteste. Donc la situation qui n’était déjà pas stable au lendemain des élections l’est encore moins maintenant que le coronavirus fait des ravages parmi l’élite dirigeante.

Est-ce la raison pour laquelle la cour constitutionnelle a décidé vendredi d’investir le plus rapidement possible le nouveau Président et de ne pas attendre jusqu’au 20 août comme le veut la Constitution ? 

La Constitution prévoyait que le président de l'Assemblée assure  l’intérim. Le problème est que tout le monde est tombé malade, ce qui rendait  les dispositions constitutionnelles difficiles à appliquer. De plus, certains au Burundi craignaient des violences, d’autant qu’à l’heure actuelle on se demande qui commande les milices ethniques "les imbonerakure". 

Le parti au pouvoir a crée, à l’image de ce que l’on a vu au Rwanda avant 1994, ces redoutables milices hutues armées. Déployées dans tout le pays, elles agissent comme des "unités de choc" et aujourd’hui on ne sait pas qui les dirige et ce qui peut se passer. Une explosion de violence est à craindre et la situation devenait inquiétante.

En bref ailleurs dans le monde 

L’ONU "horrifiée" par des informations sur la récente découverte de huit charniers aux abords de la capitale libyenne

Des fosses recouvertes de terre fraîche ont été découvertes à Tarhouna, à une soixantaine au sud-est de Tripoli. C’était le dernier fief des forces du maréchal Haftar, délogées la semaine dernière par une offensive militaire du gouvernement d’union nationale. La mission d’appui de l’Onu en Libye appelle à "des enquêtes rapides efficaces et transparentes sur les cas présumés de décès illégaux".

Un combattant fidèle au gouvernement libyen d'accord national (GNA) reconnu par l'ONU. Tarhouna (dernier bastion des forces du général Haftar)le 5 juin 2020
Un combattant fidèle au gouvernement libyen d'accord national (GNA) reconnu par l'ONU. Tarhouna (dernier bastion des forces du général Haftar)le 5 juin 2020
© AFP - MAHMUD TURKIA

Depuis avril 2019, toutes les tentatives de cessez-le feu ont échoué en Libye où s’affrontent le camp de l’homme fort de l’Est, le maréchal Haftar, et celui du gouvernement de Tripoli reconnu par l’ONU. Une guerre menée sur fond d’implication croissante de puissances étrangères.

Les Etats-Unis vont réduire leur dispositif militaire en Irak

Après des mois de tension entre Washington et Bagdad, les deux pays ont repris langue cette semaine via une visio conférence axée sur leur dialogue stratégique. Les Etats-Unis y déclarent notamment qu’ils vont réduire leur présence en Irak au cours des prochains mois. Dans une déclaration conjointe, les deux parties expliquent que cette réduction est liée "aux progrès significatifs réalisés vers une éradication de la menace représentée par l’organisation Etat islamique". Toutefois, aucun chiffre ou calendrier n’a été précisé. Washington a aussi évoqué la possibilité que des conseillers économiques travaillent directement avec le gouvernement irakien.

Une nouvelle loi électorale pour l'Afrique du Sud 

La loi actuelle imposait à tout candidat à une élection législative ou provinciale de se présenter sous les couleurs d’un parti. Plusieurs associations ont saisi la cour constitutionnelle pour contester "une disposition qui limite la liberté d’expression politique". La plus haute instance judiciaire du pays a rendu sa décision jeudi et ordonne donc au parlement de réviser la loi électorale de 1998 dans un délai de deux ans. 

Un jugement qui va changer la donne car les candidatures sans étiquettes n’étaient possibles que pour les scrutins municipaux.   

Twitter a supprimé plus de 170 000 comptes liés aux états chinois, russe et turc accusés d’être utilisés à des fins de propagande et de désinformation. Les comptes ont été désactivés mais leur contenu a été sauvegardé sur une base de données à des fins de recherche scientifique, explique le réseau social.

Avec la collaboration de Caroline Bennetot