Publicité

Campagne électorale : France Culture garante du pluralisme sur son antenne

micro invites
micro invites
© Radio France

La direction de la chaine rappelle la loi et les règles en vigueur concernant la comptabilisation du temps de parole politique en période électorale tant pour les candidats que pour leurs soutiens.

La loi de 1986 relative à la liberté de communication a fixé les grands cadres de l’expression politique sur les antennes audiovisuelles, publiques comme privées. Elle stipule qu’en temps de campagne électorale présidentielle chaque candidat à l’élection et chaque soutien officiel d’un candidat, chaque fois qu’il s’exprime, voit son temps de parole comptabilisé. De plus, toute personne qui fait connaître publiquement son soutien à un candidat voit son temps de parole obligatoirement décompté et ajouté au temps de parole du candidat.

Depuis le 1er février, date du début de la campagne officielle, tous les collaborateurs de France Culture ont été avertis des détails de la législation, dont le CSA est garant. Jean-Louis Bourlanges s’est déclaré soutien d’un candidat, en l’espèce d’Emmanuel Macron le 23 février. Depuis, toutes ses interventions, y compris lorsqu’il ne s’exprime pas sur la politique, sont décomptées. C’est pourquoi il ne peut plus être collaborateur régulier d’une émission, en l’espèce L’Esprit public, jusqu’à l’issue du second tour de l’élection.

Publicité

A France Culture, où l’on accueille moins souvent de parole politique que sur les grandes antennes généralistes d’information, il est demandé depuis longtemps à chaque émission d’équilibrer en son sein les temps de parole, seule manière de veiller au respect du pluralisme. L’Esprit public n’étant plus en mesure de le faire, ni la chaine en mesure de le compenser, nous ne pouvions que prendre la décision de demander à Jean-Louis Bourlanges de se retirer de l’émission, jusqu’au 8 mai. A bien des égards, tant pour la qualité de l’antenne que pour l’amitié d’un long compagnonnage, nous sommes les premiers à être navrés de devoir nous priver d’une parole forte durant deux mois.